Accéder au contenu principal

Nous tenir prêts

coronavirus


Parce que le confinement a lourdement pesé sur les populations qui y ont été contraintes et parce qu’il a durablement impacté les économies des pays touchés par l’épidémie du coronavirus, le retour à la normale, à la vie d’"avant", était, logiquement, le premier souhait de tous, particulièrement en Europe à l’approche de la saison touristique. "Nous allons donc pouvoir retrouver le plaisir d’être ensemble, de reprendre pleinement le travail mais aussi de nous divertir, de nous cultiver", assurait Emmanuel Macron dimanche soir en annonçant aux Français le passage en vert de tout le territoire métropolitain.

Un soulagement qui a aussi étreint l’Italie, l’Espagne et de nombreux autres pays européens qui ont commencé à rouvrir leurs frontières, leurs écoles et leurs restaurants. Le fil de notre quotidien a ainsi repris peu à peu et, très vite, les restrictions sanitaires strictes que nous avons scrupuleusement respectées pendant trois mois nous semblent presque lointaines et, pour certains d’entre nous, sont perçues comme superflues.

Et pourtant… L’épidémie n’est pas terminée. Elle ravage l’Amérique du Sud, nouvel épicentre de la Covid-19, et le virus continue de circuler partout, à bas bruit ou de façon très soutenue. Depuis ce week-end, des hausses de contaminations survenues en Inde, en Iran, et surtout en Chine – où l’on pensait avoir triomphé du virus né à Wuhan fin 2019 – commencent à inquiéter et questionnent les scientifiques. Prémices d’une deuxième vague ou simple rebond épidémique ?

La prudence, pour l’heure, est de mise chez les épidémiologistes, mais elle doit être mère de sûreté. C’est-à-dire qu’en attendant l’arrivée d’un vaccin dont la course s’accélère, il faut que nous respections, si pesants soient-ils, les gestes barrière et la distanciation physique, et que nous portions à chaque fois que cela est utile un masque – d’autant plus qu’il y en a en quantité suffisante pour tous. Ne pas relâcher notre vigilance et apprendre à vivre avec le virus doit être notre leitmotiv, d’autant plus que le coronavirus pourrait bien être saisonnier. "Il est certain que nous serons amenés à retrouver le SARS-CoV-2 dans les années à venir" assure le professeur Yves Buisson, président du groupe Covid-19 à l’Académie de médecine.

Le retour de ce virus qui a paralysé le monde ou l’apparition probable d’un nouveau virus qui surviendrait dans les mois et les années à venir doivent nous inciter à vivre avec cette menace et à nous tenir prêts.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 18 juin 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …