Accéder au contenu principal

Irréconciliables

ours


La présence de l’ours dans les Pyrénées ? Sans doute une bataille sans fin entre les partisans de la présence des plantigrades et les éleveurs excédés par les prédations. Deux camps irréconciliables qui se font face sans se comprendre ou si peu. Vingt-quatre ans après l’arrivée de Ziva dans les Pyrénées, le dossier ours est donc toujours aussi clivant et aucun des gouvernements qui se sont succédé n’a su mettre en place les conditions d’un dialogue fructueux pour résoudre cette aporie. La cohabitation entre l’homme et l’ours est pourtant réalisable : la mission d’inspection des ministères de l’Agriculture et de l’Écologie avait rendu un rapport en ce sens en mars 2019, et l’exemple d’une cohabitation réussie existe bien en Slovénie. Mais en France, les Pyrénées restent un champ de bataille au sens figuré comme au sens littéral avec la mort par balle d’un ours découvert en Ariège mardi.

Deux logiques s’affrontent avec chacune sa légitimité. D’un côté donc, les partisans de l’ours. Caricaturés en bobos parisiens déconnectés – ce qu’ils ne sont évidemment pas tous puisque beaucoup vivent dans les Pyrénées de longue date – ils défendent la préservation de la biodiversité, un trésor pour l’humanité que la France s’est d’ailleurs engagée à défendre. De l’autre côté, des éleveurs, eux aussi caricaturés en butors butés incapables d’évoluer – ce qu’ils ne sont évidemment pas tous, là aussi – qui veulent pourtant simplement vivre dans ces Pyrénées en élevant leurs bêtes dans la nature généreuse de leurs montagnes.

Tous les gouvernements ont essayé de tisser le dialogue entre ces deux communautés qui partagent pourtant chacune à leur manière l’amour des Pyrénées. Et tous les gouvernements ont échoué : un nouveau lâcher d’ours pour conforter la population d’ursidés et c’est le tollé chez les éleveurs ; un moratoire pour permettre aux éleveurs de souffler face aux prédations et c’est la bronca dans le camp d’en face. Spécialiste du " en même temps ", Emmanuel Macron a promis en janvier dernier de renoncer à toute nouvelle réintroduction après un discret double lâché fin 2018. La mort d’un ours rouvre donc un dossier où la voie du compromis n’a toujours pas été trouvée en un quart de siècle. Il serait sans doute temps que les hommes de bonne volonté de part et d’autre se retrouvent pour sortir de l’impasse.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 11 juin 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t