Accéder au contenu principal

Nécessaire solidarité

passeport


Après plusieurs semaines de confinement – 55 jours en France – pour endiguer la propagation du coronavirus meurtrier, la situation s’améliore peu à peu et la perspective de voir la fin de l’épidémie se rapproche enfin. Les Européens, dont beaucoup ont difficilement vécu ces assignations à résidence, veulent désormais – c’est bien naturel – renouer avec la vie d’avant et, à l’approche de l’été, penser aux vacances qui auront cette année un double mérite. D’abord soulager autant que faire se peut, en famille, les épreuves psychologiques du confinement alors que la rentrée s’annonce difficile avec la récession qui menace. Ensuite, soutenir l’un des secteurs les plus impactés par l’épidémie : le tourisme.

Alors que l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) prévoit une réduction de 20 % à 30 % des arrivées internationales, ce qui représente une perte de 280 à 420 milliards d’euros pour le secteur du voyage au niveau mondial, en Europe, l’été est une saison cruciale avec 360 millions d’arrivées représentant 150 milliards d’euros en moyenne. Si le tourisme contribue à près de 10 % du PIB de l’Union européenne, et représente une source essentielle d’emplois et de revenus, il constitue surtout un écosystème complexe et fragile, qui participe de la vie quotidienne et du mode de vie de tous les Européens ; car restaurants, cafés, loisirs sont utilisés autant par les touristes que par les locaux.

On comprend donc que chaque Etat membre de l’Union ait construit des plans d’aides massifs – 18 milliards d’euros en France – pour ce secteur si important et ait envie de rouvrir le plus rapidement possible ses frontières pour faire revenir la clientèle étrangère… quitte à confondre vitesse et précipitation. Alors que les frontières extérieures de l’espace Schengen sont fermées jusqu’au 15 juin, certains pays ont d’ores et déjà annoncé la réouverture des leurs, sans aucune concertation avec les autres Etats ou avec des accords particuliers avec un ou deux pays voisins. Ce déconfinement égoïste, en ordre dispersé, met ainsi à l’épreuve la solidarité européenne. La Commission, présidée par Ursula von der Leyen, a eu raison de rappeler qu’il ne saurait y avoir de discrimination entre pays et régions qui connaissent des conditions épidémiologiques similaires. S’il est légitime pour chaque pays de promouvoir ses atouts touristiques pour sa propre population comme pour les futurs visiteurs étrangers, il convient aussi de ne pas déroger à la libre circulation des citoyens au sein de l’UE, qui reste l’une des conquêtes les plus importantes de l’Europe et un principe fondateur de son identité qui doit être préservé.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 2 juin 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…