Accéder au contenu principal

Articles

Epée de Damoclès

C'est peu dire que les tremblements de terre nous interpellent, d'une part parce que nous sommes démunis face à ces catastrophes et d'autre part parce que les émotions qu'ils soulèvent révèlent aussi des failles humaines. La soudaineté de leur survenue, la violence de leurs secousses, les destructions et la ruine qui en découlent ont accablé et fasciné les hommes depuis l'Antiquité, nourri les croyances en une punition divine et irrigué les grands récits comme ceux de la Bible ou du Coran qui narrent l'apocalypse et la fin du monde provoquées par de puissants séismes capables de rayer de la carte des cités entières. Platon lui-même ne contribua-t-il pas à créer le mythe de l'Atlantide engloutie après un tremblement de terre ? Et le séisme de Lisbonne de 1755 ne donna-t-il pas lieu à un célèbre poème de Voltaire auquel répondit Rousseau qui pointait – déjà ! – vices de construction et mauvaises réactions des populations…

Depuis, la science a levé les doutes…
Articles récents

Champs d'honneur

Depuis une loi de 2012, le 11-Novembre, date anniversaire de l'armistice qui mit fin à la Première Guerre mondiale, est aussi un jour d'hommage à l'ensemble de ceux qui sont « Morts pour la France », qu'ils soient civils ou militaires, qu'ils aient péri dans des conflits contemporains ou des conflits plus anciens. Mais parmi eux, des militaires français n'avaient pas suffisamment été pris en compte : les soldats tués lors des Opex, acronyme pour opérations extérieures. Ces « interventions des forces militaires françaises en dehors du territoire national » selon la terminologie officielle, restent souvent abstraites et lointaines aux yeux des Français, qui en mesurent mal les enjeux et les risques. Conduites sous mandat des Nations unies, de l'Union européenne ou de l'Otan, ces opérations menées par des militaires professionnels, souvent au sein de coalitions internationales ou de forces de maintien de la paix, s'inscrivent dans la durée – parfois p…

Passion française

Ils ont beau critiquer son entre-soi germanopratin, l’emprise « galligraseuil » du nom des trois grandes maisons d’édition Gallimard, Grasset, le Seuil, les grands auteurs qu’il n’a pas su découvrir ou la faible proportion de femmes qu’il a distinguées depuis sa création en 1914 : il n’en reste pas moins que le prix Goncourt, le plus prestigieux de la dizaine décernée chaque année, reste incontestablement un temps fort de la foisonnante rentrée littéraire et une immense reconnaissance pour un écrivain et pour sa maison d’édition.

Ce lundi, après Lydie Salvayre en 2014, c’est un autre toulousain, Jean-Paul Dubois, qui a été honoré pour « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon » et qui va donc connaître la fortune. Non pas en espèces sonnantes et trébuchante puisque l’auteur ne recevra de Bernard Pivot, le président de l’Académie Goncourt, que 10 euros, mais la fortune dans les rayons des librairies où le Goncourt s’écoule à plusieurs centaines de milliers d’exemplair…

Joie amère

Au moins dix petits oursons seraient nés dans les Pyrénées cette année. Voilà une nouvelle qui va ravir les partisans de la réintroduction de l'ours entamée en 1996, et affliger les éleveurs du Massif qui n'en peuvent plus de devoir cohabiter avec le plantigrade. Pour les premiers, ces naissances ne sont certes pas une surprise puisque les deux ourses slovènes introduites l'an passé en Béarn dans des conditions houleuses, Claverina et Sorita, étaient gravides. Mais ces nouvelles naissances – même si deux des oursons n'auraient pas survécu – confortent le programme qui aurait pu, faute de nouvelles réintroductions, mettre en péril la présence de l'ours en Pyrénées Occidentales, où il ne reste que deux mâles. Les associations de défense des ursidés, qui martèlent qu'une cohabitation homme-ours est possible comme en Slovénie, n'en restent toutefois pas là et viennent d'ailleurs d'attaquer l'Etat fin octobre. Elles contestent devant la justice admi…

Voix d'or

« La nostalgie, c’est le bonheur d’être triste » disait Victor Hugo. La nostalgie de Johnny, disparu il y a bientôt deux ans, c’est assurément le bonheur de retrouver la voix de celui qui reste LE rockeur numéro un dans le cœur des Français. Ni les disputes familiales de l’héritage entre sa dernière épouse Laeticia et ses enfants David Hallyday et Laura Smet, ni les déclarations vipérines des uns contre les autres, ni les vacheries savamment distillées par les entourages, ni l’interminable feuilleton judiciaire qui alimente la chronique people n’ont entaché l’affection des Français pour l’artiste aux 110 millions d’albums. La preuve de cette fidélité se trouve tout simplement dans les ventes de son dernier opus sobrement intitulé Johnny, sorti le 25 octobre. Près de 150 000 ventes en quelques jours : un carton, qui en appellera sans doute d’autres et qui montre, si besoin était, que le public de Johnny, celui-là même qui s’était retrouvé à la Madeleine pour des obsèques quasi-nationa…

Nouvelle prohibition

La décision de la ville de New York était attendue sans illusion par les producteurs. L'interdiction du foie gras votée hier dans la mégalopole américaine n'est donc pas une surprise, d'autant qu'elle fait suite à une autre interdiction prise en Californie. Et pourtant, cette décision, pour symbolique qu'elle soit, interroge car elle intervient dans un contexte particulier où les positions des uns et des autres se sont radicalisées au point d'être irréconciliables.

D'un côté, nous avons donc les défenseurs de la cause animale. Né dans les années 70 le mouvement antispéciste, c'est-à-dire ce courant de pensée philosophique et moral qui refuse de placer l'Homme au-dessus des autres espèces animales, est sorti de la confidentialité au fur et à mesure que se sont développés le végétarisme, le véganisme et la prise en compte du bien-être animal. Les divers scandales sanitaires qui ont touché l'agroalimentaire ces dernières années, les vidéos terribl…

Penser global, agir local

Fonte des neiges et des glaces, élévation du niveau de la mer, épisodes caniculaires plus intenses et plus longs, sécheresses plus dures, etc. Les conséquences du réchauffement climatique sur les réserves en eau et donc sur la vie des millions d'humains sur la planète sont tangibles, soulignés régulièrement par les nombreux rapports des scientifiques dont ceux du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC). Parallèlement à ces données climatiques, le constat humain est sans appel : 2,1 milliards de personnes n'ont pas accès à des services d'eau potable gérés de manière sûre, 340000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque année de maladies diarrhéiques et la pénurie d'eau affecte quatre personnes sur dix, selon l'Unicef, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'Unesco et la FAO...

Des chiffres terribles que «Le droit de l'homme à l'eau et à l'assainissement», résolution adoptée par l'Assemblée générale des Nations U…

Anticiper

Un peu plus d'un an après les terribles inondations qui ont frappé l'Aude, ravageant des villages entiers comme Villegailhenc et son pont emporté qui avait marqué les esprits ; brisant des vies lorsque des familles ont tout perdu ; et jetant dans le chagrin ceux qui ont vu des proches périr, voilà que de nouvelles intempéries ont frappé notre région et plus largement le sud de la France ces dernières heures. Ces épisodes pluvio-orageux suivis d'inondations ne sont pas nouveaux. Ces phénomènes cévenols sont même bien connus des habitants du littoral et de l'arrière-pays méditerranéen. Mais plus que leur nombre, c'est leur intensité qui interpelle, qui pourrait être liée au changement climatique.

Si l'on ne pourra bien sûr pas arrêter ces phénomènes météorologiques, il n'y a pas de fatalité lorsqu'il s'agit de les anticiper et de faire en sorte d'en limiter les conséquences sur les villes et villages.

La prévision a extraordinairement progressé c…

IA, science et conscience

C'est une révolution qui s'amorce et dont on ne mesure sans doute pas suffisamment les enjeux. Une révolution aussi importante que l'arrivée de l'imprimerie, de la machine à vapeur, celle de l'électricité ou de l'informatique, car elle transforme notre monde, ouvre des perspectives inédites pour l'humanité, et appelle dès à présent à relever de nouveaux défis. L'intelligence artificielle, puisque c'est d'elle dont il s'agit, n'en est qu'à ses débuts mais elle soulève déjà, particulièrement pour l'Europe et donc la France, de nombreuses questions politiques, éthiques, sociales, économiques, et de souveraineté numérique. L'intelligence artificielle, bâtie aujourd'hui sur des algorithmes fonctionnant avec les millions de données que nous produisons, suscite de l'inquiétude mais aussi de l'enthousiasme dans l'opinion, comme le montre le sondage Harris interactive réalisé pour Occitanie Data et Civiteo, dont nous …

Tournant

En 1943, le PDG d'IBM Thomas Watson assurait « Je pense qu'il y a un marché mondial pour environ cinq ordinateurs. » Une phrase restée comme l'une des prédictions erronées parmi les plus célèbres, car le grand patron n'avait pas su voir le potentiel de ses machines. Le 29 octobre 1969, les chercheurs de l'université de Californie à Los Angeles, qui venaient d'échanger pour la première fois un message entre leur ordinateur et celui de leurs collègues de Stanford, auraient pu tout aussi bien affirmer qu'un tel échange ne resterait que dans le cercle universitaire. Ils s'en sont bien gardés et l'avenir leur a donné raison car leur exploit constituait le premier acte de la naissance d'internet.

Cinquante ans plus tard, internet connecte la moitié de l'humanité et s'est grandement éloigné des idéaux des pères fondateurs – le partage, l'échange, la gratuité, la collaboration – pour devenir non pas un village global mais un archipel d'…

Défiance

Quatre ans après le début de leur déploiement en France, les compteurs électriques communicants Linky suscitent toujours autant de questions, de méfiance et, parfois, de franches oppositions, dans les familles, dans les médias et devant les tribunaux. À deux ans de l'échéance d'installation de 35 millions de ces compteurs vert-jaune, qui doivent permettre à la France, à l'instar d'autres pays européens, de bâtir un réseau électrique performant et de mieux maîtriser la consommation, la polémique n'en finit toujours pas de durer. Ni les explications pourtant nombreuses d'Enedis, ni les études scientifiques ne parviennent à contenir une défiance populaire qui s'est installée durablement et qui pose question sur l'état de notre société.

D'un côté, plusieurs études scientifiques ont montré l'innocuité des compteurs Linky sur la santé humaine et l'absence de lien de causalité entre l'installation d'un compteur et des pathologies attribuée…

La tête et le cœur

En début d'année, Emmanuel Macron et Angela Merkel, fragilisés sur leur scène intérieure, entendaient bien redonner de la vigueur à la relation entre la France et l'Allemagne, en signant le traité d'Aix-la-Chapelle. Contesté dans les deux pays par l'extrême droite, qui y voyait une perte de souveraineté nationale, ce nouveau traité – qui prolongeait celui de l'Elysée conclu en 1963 entre de Gaulle et Adenauer – était censé renforcer la relation franco-allemande et envoyer un message de soutien à la construction européenne malmenée par la poussée des populistes et extrémistes. Politiques économique, étrangère, de défense, Assemblée parlementaire commune : le champ des collaborations était ambitieux.

Las, neuf mois plus tard, et après des élections européennes surtout marquées par une poussée verte, Emmanuel Macron et Angela Merkel apparaissent toujours fragilisés. Affectée par des interrogation sur sa santé, la chancelière Merkel, qui se prépare à laisser son poste…