Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du janvier, 2018

Fracture énergétique

« L'énergie est notre avenir, économisons-la. » La phrase est dans toutes les têtes. Et pour cause puisque ce qui n'était qu'un slogan publicitaire pour EDF entre 2006 et 2009 est devenu une obligation légale – bientôt une injonction ? Depuis la loi du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique française, la sentence est, en effet, systématiquement présente dans les publicités de tous les acteurs de l'énergie. Mais l'État aurait tout aussi bien pu expliquer que l'énergie est notre avenir pour peu qu'on ne la gaspille pas. Car, s'il est bien sûr primordial d'un côté de redéfinir notre mix énergétique pour donner moins d'importance à l'énergie nucléaire et davantage de place aux énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque, hydraulique, géothermique) afin de respecter les accords de Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique, il est tout aussi crucial de s'attaquer à l'amélioration de l'habita…

Bac : pari politique

Un peu plus de deux siècles après son institutionnalisation par Napoléon Ier, le baccalauréat va donc être réformé. Et ce n'est pas le moindre des paradoxes que de voir que cette réforme sera portée par un ministre de l'Éducation nationale réputé pour être conservateur. De Jean-Michel Blanquer, certains se sont gaussés de son côté «vieille France», réactivant, ici la dictée quotidienne ou la méthode de lecture syllabique; là, le chant choral matinal; ailleurs, son penchant pour un retour de l'uniforme à l'école. Ses défenseurs ont, a contrario, souligné son pragmatisme. Avec la réforme du bac, si elle est menée à son terme, il faudra aussi saluer le courage de ce ministre « techno » qui déploie, d'évidence, un vrai sens politique. Car, en s'attaquant à ce « monument national » , pour reprendre l'expression de Jack Lang, l'un de ses prédécesseurs rue de Grenelle, Jean-Michel Blanquer fait ce que tous les ministres de l'Éducation nationale ont rêvé d…