Accéder au contenu principal

Bac : pari politique



Un peu plus de deux siècles après son institutionnalisation par Napoléon Ier, le baccalauréat va donc être réformé. Et ce n'est pas le moindre des paradoxes que de voir que cette réforme sera portée par un ministre de l'Éducation nationale réputé pour être conservateur. De Jean-Michel Blanquer, certains se sont gaussés de son côté «vieille France», réactivant, ici la dictée quotidienne ou la méthode de lecture syllabique; là, le chant choral matinal; ailleurs, son penchant pour un retour de l'uniforme à l'école. Ses défenseurs ont, a contrario, souligné son pragmatisme. Avec la réforme du bac, si elle est menée à son terme, il faudra aussi saluer le courage de ce ministre « techno » qui déploie, d'évidence, un vrai sens politique. Car, en s'attaquant à ce « monument national » , pour reprendre l'expression de Jack Lang, l'un de ses prédécesseurs rue de Grenelle, Jean-Michel Blanquer fait ce que tous les ministres de l'Éducation nationale ont rêvé de faire depuis au moins trente ans sans jamais y parvenir.

Alléger et moderniser le bac pour l'adapter au monde d'aujourd'hui : chaque gouvernement, de droite comme de gauche, en a caressé l'idée, se nourrissant de copieux rapports rédigés par les meilleurs experts qui, aussitôt présentés, se retrouvaient enterrés au gré des réactions, parfois par ceux-là mêmes qui les avaient commandés ! Car toucher au « monument national », c'est forcément froisser des parents-électeurs nostalgiques de leur propre bac, crisper des enseignants-électeurs gardiens du temple de leur discipline, mettre potentiellement dans la rue une jeunesse lycéenne soupçonnant d'odieuses tentatives de sélection… De fait, depuis 1995 et la transformation des sections (A, B, C, etc.) nées en 1959 en séries (L, ES, S, etc.), le baccalauréat général n'a pas connu de remise en jeu véritable.

Mais les temps ont changé : Emmanuel Macron, qui a fait de la réforme de l'examen une promesse de campagne, et Jean-Michel Blanquer sentent que l'opinion est prête à accepter une réforme du bac. Ce bac qui, aujourd'hui, est acquis par 80 % d'une classe d'âge – et c'est une bonne chose quoi qu'on en dise –, mais qui ne permet pas à une majorité de bacheliers de dépasser la licence…

En réformant le bac à marche forcée, après avoir récemment réformé l'accès à l'université, l'exécutif fait un pari politique osé en instaurant notamment l'évaluation continue, possiblement sujette à l'arbitraire. La réussite de cette réforme dépendra de l'adhésion de l'ensemble de la communauté éducative, souvent rétive au changement lorsqu'on la brusque. Mais aussi au sentiment qu'avec cette réforme, chaque jeune, quel que soit son milieu social, quelles que soient ses capacités à l'entrée en seconde et quel que soit l'emplacement de son lycée en France, aura les mêmes chances de décrocher, ce qui reste, bien plus qu'un monument national, un rite de passage vers l'âge adulte.

(Editorial publié dans La Dépêche du 25 janvier 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …