Accéder au contenu principal

Fiasco

laboratoire


Au début de l’épidémie du coronavirus, un film de Steven Soderbergh sorti en 2011 s’est retrouvé propulsé en tête des plateformes de vidéo à la demande : Contagion. Ce long-métrage raconte comment un virus mortel né en Asie se propage partout dans le monde, provoquant des millions de morts et la panique dans une population prête à céder à toutes les théories du complot avant que l’on ne trouve un vaccin. Cette fiction, étonnamment prémonitoire, est aujourd’hui dépassée par la réalité de l’épidémie que nous traversons avec le scandale qui ébranle la communauté scientifique, après la publication par The Lancet d’un étude biaisée sur la chloroquine, cette molécule dont on ne sait toujours pas avec certitude si elle peut constituer un traitement pertinent ou non contre le coronavirus SARS-CoV-2.

La prestigieuse revue médicale s’est, d’évidence, fait abuser par une start-up inconnue jusque là, Surgisphere, qui lui a fourni des données en nombre prétendûment issues de centaines d’hôpitaux. Le prestige de la revue et les conclusions inquiétantes de l’étude – la chloroquine a non seulement aucun effet sur la maladie Covid-19 mais elle augmente fortement les risques de décès des patients – ont conduit l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les autorités de plusieurs pays dont la France à prendre des décisions aussi rapides que radicales en interrompant les autorisations de prescription et les essais cliniques. Ce n’est que grâce à l’opiniâtreté de quelques chercheurs mués en lanceurs d’alerte, qui ont passé au peigne fin l’étude du Lancet, qu’on a découvert que les données étaient potentiellement falsifiées, décrédibilisant du coup l’étude, désormais retirée, contraignant l’OMS à faire machine arrière, et ravivant la controverse autour de la chloroquine, notamment en France entre les partisans et les contempteurs du professeur Raoult, ce dernier ne cachant évidemment pas sa joie...

Ce fiasco, qui intervient alors que l’épidémie est loin d’être terminée dans le monde, est finalement, hélas, l’aboutissement de semaines d’emballement au cours desquelles les scientifiques travaillant sur le Covid-19 ont subi des pressions de toutes parts. Pressions politiques, pression médiatique des chaînes d’information en continu en recherche permanente du buzz, pressions feutrées des lobbys pharmaceutiques ou tonitruantes des complotistes sur les réseaux sociaux, et pression aussi des scientifiques entre eux, on le voit avec le professeur Raoult qui se vit en franc tireur marseillais vertueux face à des mandarins parisiens qui lui en voudraient personnellement...

L’espoir de trouver le plus rapidement possible le meilleur traitement avant un vaccin est évidemment légitime pour des populations qui ont peur du virus meurtrier. Mais le temps de la science ne peut être le temps politique et médiatique. En voulant s’immiscer trop vite dans le débat, sans suffisamment de vérifications, The Lancet a jeté le soupçon sur la communauté scientifique et miné un élément fondamental, particulièrement dans le contexte d’une pandémie : la confiance des citoyens dans la science.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 6 juin 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon