Accéder au contenu principal

En quête de consensus

5G


La 5G est-elle en train de devenir le nouveau Linky ? La question mérite d’être posée car le déploiement de la 5e génération de la téléphonie mobile commence à provoquer le même type de débats que ceux qui entourent déjà depuis plusieurs années le compteur électrique communicant. Méfiance de la population à l’égard de cette nouvelle technologie, inquiétude de parlementaires sur la nocivité pour la santé humaine des ondes électromagnétiques émises, controverses virulentes entre scientifiques, poids des lobbys industriels, impatience des opérateurs, mais aussi dégradations d’antennes qui se multiplient avec parfois des revendications anticapitalistes primaires, le tout sur fond de théories conspirationnistes dont les plus échevelées ont fait ces derniers mois un lien entre la 5G et la progression de l’épidémie du coronavirus… N’en jetez plus !

Cette incapacité à accueillir sereinement, avec sang froid, une innovation qu’elle soit médicale, technologique ou scientifique, est devenu une constante. Les faits – c’est-à-dire l’état de nos connaissances à un instant T – sont quasi systématiquement contestés, parfois de bonne foi, mais trop souvent par un tombereau de fake news contre lesquelles il est de plus en plus difficile de lutter. Entre d’un côté le principe de précaution absolu au nom duquel il faudrait empêcher toute forme de recherche scientifique (sur les OGM par exemple), toute innovation potentiellement utile pour l’Homme ; et de l’autre des industriels, des scientifiques ou des politiques qui réclament d’aller le plus vite possible sans étudier les impacts, il pourrait – il devrait – y avoir un juste milieu qu’on peut appeler le principe de réalité, autour duquel tous les acteurs d’un dossier se réuniraient pour rechercher le consensus en admettant que le "risque zéro" n’existe pas.

Chacun peut apporter sa pierre. Sur la téléphonie mobile, les associations écologiques, par leur action déterminée, ont obligé les industriels à abaisser les normes d’émission tant des téléphones mobiles que des antennes. Les élus locaux, soucieux de répondre à l’inquiétude légitime de leurs administrés, ont édicté l’élaboration de règles nouvelles pour l’implantation d’antennes, créant des zones davantage protégées comme les écoles. Et les industriels ont remis sur le métier leur technologie pour l’adapter à de nouvelles normes plus strictes et ce faisant l’améliorer.

Ce chemin de crête est exigeant, difficile, mais il est le seul valable pour ne pas se priver d’outils indispensables pour l’avenir. Car la 5G est tout sauf un débat franco-français ou européen. Cette technologie emporte avec elle une dimension géopolitique majeure dans laquelle la Chine est leader. Incapable d’avoir su construire des géants du numérique qui sont quasiment tous américains et d’avoir préservé l’avance technologique qu’elle a longtemps eue en matière de télécoms, l’Europe peut-elle rater le train de la 5G ? Il en va de sa souveraineté et de sa crédibilité…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 24 juin 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en