Accéder au contenu principal

En quête de consensus

5G


La 5G est-elle en train de devenir le nouveau Linky ? La question mérite d’être posée car le déploiement de la 5e génération de la téléphonie mobile commence à provoquer le même type de débats que ceux qui entourent déjà depuis plusieurs années le compteur électrique communicant. Méfiance de la population à l’égard de cette nouvelle technologie, inquiétude de parlementaires sur la nocivité pour la santé humaine des ondes électromagnétiques émises, controverses virulentes entre scientifiques, poids des lobbys industriels, impatience des opérateurs, mais aussi dégradations d’antennes qui se multiplient avec parfois des revendications anticapitalistes primaires, le tout sur fond de théories conspirationnistes dont les plus échevelées ont fait ces derniers mois un lien entre la 5G et la progression de l’épidémie du coronavirus… N’en jetez plus !

Cette incapacité à accueillir sereinement, avec sang froid, une innovation qu’elle soit médicale, technologique ou scientifique, est devenu une constante. Les faits – c’est-à-dire l’état de nos connaissances à un instant T – sont quasi systématiquement contestés, parfois de bonne foi, mais trop souvent par un tombereau de fake news contre lesquelles il est de plus en plus difficile de lutter. Entre d’un côté le principe de précaution absolu au nom duquel il faudrait empêcher toute forme de recherche scientifique (sur les OGM par exemple), toute innovation potentiellement utile pour l’Homme ; et de l’autre des industriels, des scientifiques ou des politiques qui réclament d’aller le plus vite possible sans étudier les impacts, il pourrait – il devrait – y avoir un juste milieu qu’on peut appeler le principe de réalité, autour duquel tous les acteurs d’un dossier se réuniraient pour rechercher le consensus en admettant que le "risque zéro" n’existe pas.

Chacun peut apporter sa pierre. Sur la téléphonie mobile, les associations écologiques, par leur action déterminée, ont obligé les industriels à abaisser les normes d’émission tant des téléphones mobiles que des antennes. Les élus locaux, soucieux de répondre à l’inquiétude légitime de leurs administrés, ont édicté l’élaboration de règles nouvelles pour l’implantation d’antennes, créant des zones davantage protégées comme les écoles. Et les industriels ont remis sur le métier leur technologie pour l’adapter à de nouvelles normes plus strictes et ce faisant l’améliorer.

Ce chemin de crête est exigeant, difficile, mais il est le seul valable pour ne pas se priver d’outils indispensables pour l’avenir. Car la 5G est tout sauf un débat franco-français ou européen. Cette technologie emporte avec elle une dimension géopolitique majeure dans laquelle la Chine est leader. Incapable d’avoir su construire des géants du numérique qui sont quasiment tous américains et d’avoir préservé l’avance technologique qu’elle a longtemps eue en matière de télécoms, l’Europe peut-elle rater le train de la 5G ? Il en va de sa souveraineté et de sa crédibilité…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 24 juin 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t