Accéder au contenu principal

Fusions et frictions

mairie
Mairie de Serres-Castet dans les Pyrénées-Atlantiques. Photo Marcel Roblin (Wikipedia)


Depuis hier et le dépôt des listes pour le second tour des élections municipales, qui se tiendra le 28 juin, la France retrouve le fil de sa vie démocratique brutalement interrompu par le confinement après un premier tour que d’aucuns – a posteriori – regrettent qu’il ait été organisé. Ce retour du débat politique reste une bonne chose car la démocratie locale ne pouvait être confinée plus longtemps, ne serait-ce que pour que les collectivités puissent lancer d’indispensables chantiers.

Ce très long entre-deux tours – qui aurait d’ailleurs pu ne jamais finir si les élections avaient été entièrement reportées pour toutes les communes – a donné lieu à de multiples tractations, des mains tendues puis refusées, des coups de chaud et des coups de mou, bref toute une cuisine politique, une tambouille d’appareils nécessaire mais qui a tendance à agacer les Français. Sans préjuger des résultats finaux, la constitution des listes de second tour a aussi donné une bonne photographie du paysage politique, à deux ans de la course vers l’Elysée...

Laminés par la présidentielle de 2017, la droite et la gauche semblent – enfin – sortir la tête de l’eau. Les Républicains comme le Parti socialiste redeviennent audibles, forts de leur ancrage local, du bilan de leurs maires sortants – deux solides bases qui font cruellement défaut à La République en Marche – mais aussi de leur action pour gérer la crise du coronavirus. À droite comme à gauche, on espère ainsi conforter ses bastions voire conquérir quelques villes.

Mais à l’heure de nouer les alliances du second tour, droite et gauche ont dû prendre en compte la poussée des écologistes. Portés par leur score aux Européennes, mais aussi par la préoccupation des Français de plus en plus aiguë pour les questions environnementales, les Verts entendent bien transformer enfin dans les urnes municipales une situation qui est à leur avantage, et se poser autant que faire se peut en arbitres. Ainsi, une ligne de fracture s’est dessinée : d’un côté des alliances entre les Verts et leurs anciens partenaires de la gauche plurielle, en dépit de quelques exceptions comme à Lille, Strasbourg ou Toulouse où les écologistes ont trop fait monter les enchères ; et de l’autre côté, un front du refus, porté par la droite, qui redoute de voir arriver aux commandes des villes des majorités vertes-rouges radicales adeptes de décroissance et d’ "écologie punitive".

Dans cette mécanique, le Rassemblement national comme La République en Marche – les deux premiers des Européennes – ont raté le coche. Hormis Perpignan, le RN a revu à la baisse ses ambitions. De son côté, LREM, dont la stratégie d’alliance au premier tour est apparue incohérente, semble perdue. Après un premier tour catastrophique, le parti présidentiel, qui rêvait de s’enraciner avec les municipales, se retrouve en porte-à-faux sur la forme et sur le fond. Sur la forme, alors qu’elle voulait incarner le dépassement politique "et de droite et de gauche", LREM n’est apparue que comme le supplétif de majorités sortantes de droite, dès le premier tour comme à Toulouse ou pour le second à Bordeaux ou à Lyon. Sur le fond, le parti se retrouve embarqué dans des listes dont le discours est souvent aux antipodes de celui que veut tenir Emmanuel Macron par exemple sur l’environnement… Réagissant à cette stratégie illisible, Stéphane Séjourné, ex-conseiller du Président, a estimé qu’il préférait "perdre une élection" que sceller des alliances avec "une droite rétrograde, à l’opposé de nos valeurs."

Envisager de perdre une élection, sans doute le plus difficile pour un parti qui n’a que trois ans d’existence, mais une leçon politique qui vaut pour tout le monde.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 3 juin 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…