Accéder au contenu principal

Tsunamis

Graeme MacKay


On ne dira jamais assez l’importance des dessinateurs de presse pour saisir une situation. Le 11 mars dernier, alors que l’épidémie du coronavirus se propage dans le monde, Graeme MacKay, dessinateur pour le journal canadien The Hamilton Spectator, publiait un "cartoon" très partagé ensuite sur les réseaux sociaux. On y voit une ville où quelqu’un livre un conseil "Assurez-vous de vous laver les mains et tout ira bien". La ville est alors sous la menace d’une vague "Covid-19", elle-même en passe d’être engloutie par une autre vague plus grosse marquée "récession". Ce dessin, prémonitoire, a depuis été détourné par certains qui ont rajouté une troisième vague, "changement climatique".

Ces dessins illustrent simplement la situation complexe qui nous attend. Alors que l’épidémie est "sous contrôle" en France depuis la semaine dernière selon le Conseil scientifique, nous allons faire face à un tsunami socio-économique ravageur dont on commence à mesurer l’ampleur. Un déficit qui chute à 11 % du PIB, une dette publique qui explose, une croissance qui se ralentit et un chômage qui a connu une hausse spectaculaire : la France est en passe de faire face à une "récession historique" jamais vue depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Jusqu’à présent, grâce à notre Etat social qui a joué le rôle d’amortisseur, notamment avec le mécanisme du chômage partiel, on a évité un "écroulement" de notre économie, pour reprendre le mot d’Edouard Philippe. Mais demain ? Des secteurs entiers sont dans des situations périlleuses, l’habillement, l’automobile, la culture, le tourisme, l’aéronautique… Le gouvernement, tout comme l’Europe, planche sur des plans de relance massifs ; demain, Emmanuel Macron annoncera des mesures en faveur de la filière aéronautique. Tout cela est évidemment nécessaire mais ne sera sans doute pas suffisant pour empêcher des plans sociaux et les drames familiaux qu’ils entraînent…

La pandémie du Covid-19 nous impose de revoir nos façons de penser, tant pour répondre à la vague de la récession qu’à celle du changement climatique, aux inquiétudes des chefs d’entreprise qu’à celle des Français – plus de 4 actifs sur 10 ont peur de perdre leur emploi… Certains, à droite, reprennent les vieilles recettes, raniment le débat sur l’abrogation des 35 heures ou proposent d’amputer les salaires en échange d’un maintien de l’emploi. Face à ces solutions court-termistes, il existe d’autres possibilités.

Emmanuel Macron, qui se doit de réussir la fin de son quinquennat, l’a parfaitement théorisé ce samedi : "Le monde d’après sera résolument écologique. Je m’y engage. Nous le bâtirons ensemble. Nous avons une opportunité historique de reconstruire notre économie et notre société sur de nouvelles bases, de nous réinventer, d’investir dans un avenir décarboné." Le Président a souvent déçu en matière d’écologie avec son "Make your planet great again" peu suivi d’effets ; c’est peu dire que sur cette croissance verte, il est attendu et n’a plus droit à l’erreur.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 8 juin 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…