Accéder au contenu principal

Tourner la page

vote


Quelle élection ! On connaissait le Jour le plus long, 2020 nous aura offert la campagne électorale la plus longue et la plus inédite. Elle va enfin s’achever dans six jours avec l’organisation du second tour des municipales qui reste encore plein d’inconnues avec un risque d’abstention massif . C’est peu dire que le coronavirus aura bousculé notre démocratie locale, celle qui permet pourtant d’élire l’homme ou la femme préféré des Français : leur maire. Après un premier tour organisé à la veille d’un confinement jamais vu du pays et marqué par une abstention historique, la campagne électorale s’était mise en sommeil, ne sachant d’ailleurs si elle pourrait reprendre. Les maires sortants candidats à leur réélection ont redoublé de présence sur le terrain pour rassurer leurs administrés face à la pandémie quand ceux dont c’était le dernier mandat ont dû jouer les prolongations. Les challengers, de leur côté, ont dû souvent se résigner à ne faire que de la figuration. Tous les candidats ont toutefois amendé leurs programmes pour tenir compte des nouvelles priorités imposées par le Covid-19 afin de préparer "le monde d’après". Une nouvelle donne où les sujets comme la santé, l’environnement, la relance économique locale sont désormais en tête des préoccupations. Les alliances de second tour, qui ont tantôt été surprenantes ou laborieuses, ont également redessiné le paysage politique. Laminés par la présidentielle de 2017, le Parti socialiste et les Républicains ont montré la pertinence de leur ancrage local, les listes écologistes et citoyennes se sentent pousser des ailes pour ravir des métropoles, suscitant des "fronts anti-Verts", tandis que la République en marche, à force d’atermoiements et d’alliances illisibles à droite ou à gauche se prépare au choc d’une berezina.

Après cette si longue élection perce aussi l’envie de passer à autre chose, de clore la séquence municipale, de tourner la page pour entamer comme une nouvelle ère. Emmanuel Macron, qui ne s’étendra sans doute pas sur le résultat calamiteux qui attend son parti, entend d’ailleurs reprendre la main dès le lendemain du second tour. Le 29 juin, le chef de l’Etat recevra les 150 membres de la Convention citoyenne sur le climat qui ont rendu hier leurs propositions afin de leur apporter une réponse. Un référendum à questions multiples pourrait ainsi ouvrir l’Acte III du quinquennat. Pour cette dernière séquence avant la présidentielle de 2022, Emmanuel Macron a esquissé un plan pour que la France retrouve "l’indépendance" et pour "reconstruire une économie forte, écologique, souveraine et solidaire" dans un cadre européen. Reste que le référendum est à double tranchant ; l’histoire a montré que les Français répondaient davantage à celui qui pose la question qu’à la question elle-même…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 22 juin 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t