Accéder au contenu principal

Fierté partagée

A380


C’était le dernier convoi, autant dire presque le dernier voyage pour l’Airbus A380 dont les dernières pièces ont été convoyées par la route vers Toulouse dans la nuit de mercredi à jeudi, sur le fameux itinéraire à grand gabarit. Le géant des airs, dont les derniers exemplaires sortiront des chaînes de montage de l’avionneur européen l’année prochaine, aura marqué son époque et ouvert un chapitre important de l’histoire de l’aéronautique mondiale. Lancé au tournant du siècle, l’A380 – qui aura coûté quelque 30 milliards d’euros, surcoûts compris – était "une décision risquée", prise sans savoir ce que le marché allait réellement devenir. Un pari osé qui s’est révélé infructueux. L’A380 devait répondre à la congestion du trafic, mais en dépit d’un triplement de celui-ci en 15 ans, les aéroports n’ont pas été saturés. Il ambitionnait de relier le monde entier, mais ne pouvait pas atterrir partout compte tenu des infrastructures dont il avait besoin et donc des investissements que devaient faire les aéroports pour pouvoir accueillir un tel superjumbo. Il portait la promesse de faire des économies avec ses deux ponts, mais les compagnies ont souvent peiné à remplir l’avion en basse saison, et le coût de l’appareil est devenu trop important après la crise financière de 2008. Il était un géant, mais le marché préférait des bimoteurs plus performants, plus économes chez Boeing et même chez Airbus avec l’A350.

Tel l’Albatros de Baudelaire, magnifique dans le ciel, pataud sur terre, l’A380 s’est ainsi révélé être une prouesse technologique mais un cuisant échec commercial. Il ne saurait toutefois se résumer à cela. L’A380 a été un instrument fort pour souder les différentes composantes européennes d’Airbus ; il a permis à l’avionneur européen de devenir un géant, d’épater le monde et de faire la fierté de l’Europe comme de notre région. Ce programme a aussi permis à Airbus d’acquérir un savoir-faire qui fait que sans l’A380, cet avion mal né, Airbus n’en serait pas là où il est aujourd’hui.

Le dernier convoi de la nuit passée est venu rappeler combien l’A380 a été une incroyable épopée aéronautique, à une époque où elles se font rares. Une formidable aventure humaine, qui a réuni des milliers de compagnons, auxquels le PDG d’Airbus Guillaume Faury a rendu hommage en étant sur le passage du convoi, et dont certains avaient leur visage affiché sur le dernier tronçon de fuselage de l’A380. Aventure humaine aussi pour tous les habitants des villages du Sud-Ouest traversés par ces impressionnants convois.

La nuit dernière, ils étaient descendus nombreux dans les rues pour saluer un moment historique et dire notre émotion et notre fierté partagée.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 19 juin 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio