Accéder au contenu principal

Paradoxe français

france

Il y a 50 ans cette année, le roi du Bouthan, Jigme Singye Wangchuck, imaginait le Bonheur national brut (BNB), un indicateur mesurant le bien-être de la population à partir de critères comme un développement économique et social durable et équitable, la sauvegarde de l’environnement ou une bonne gouvernance. « Le bonheur national brut est plus important que le produit national brut », proclamait alors le jeune roi, dont l’outil ne se concrétisa qu’en 1998, mais dont l’idée – prémonitoire quant à la prise en compte des effets de la mondialisation – a été reprise sous diverses formes, notamment par l’ONU. Pour la première fois, cette année, la France est d’ailleurs entrée dans le top 20 mondial de l’indice du bonheur des Nations unies, à la 20e position sur 146 pays scrutés.

Mais le bonheur seul ne saurait définir l’état d’esprit d’un peuple. Pour aller plus loin que de savoir seulement si les Français sont heureux, l’institut Harris Interactive a mené une très vaste enquête pour le magazine Challenges, dont nous publions en partenariat les résultats. Intitulée « Le cœur des Français 2022 », cette étude constitue une radiographie riche d’enseignements sur l’humeur de nos concitoyens à l’heure où des nuages s’accumulent au-dessus de la rentrée, entre inflation galopante, guerre en Ukraine qui se prolonge, potentielle crise de l’énergie cet hiver, dérèglement climatique et inquiétudes sur le pouvoir d’achat. Au final, ce sondage, réalisé en juillet auprès de 10 000 Français, souligne les paradoxes, les fractures et les espoirs qui traversent une société française à la fois résiliente mais inquiète, confiante mais déterminée. Confirmant le classement de l’ONU, les Français sont effectivement plus optimistes cette année que l’an passé, où l’épidémie de Covid-19 et le chômage sévissaient plus durement. Ils sont plus déterminés, plus enthousiastes, et même, pour certains, plus joyeux. Une majorité est ainsi satisfaite de son niveau de vie, même si le sentiment qu’il pourrait stagner ou se dégrader gagne les esprits.

Et pourtant, paradoxalement, 6 Français sur 10 estiment que la France est en déclin, une vision décliniste qui progresse davantage chez les catégories populaires et les classes moyennes. Le bonheur, l’optimisme individuels de certains semblent ainsi côtoyer une affliction, un pessimisme, un marasme collectif. Comme si les Français avaient perdu la confiance en leur capacité de relever, ensemble, les défis qui arrivent, à commencer par les trois sujets d’inquiétude qu’ils ont placés en tête de leurs préoccupations : le dérèglement climatique, le pouvoir d’achat et l’avenir des jeunes. A ce manque de confiance, qui peut s’expliquer par la persistance d’inégalités socio-économiques – 82 % des Français pensent que la France est un pays inégalitaire où les richesses sont mal redistribuées – s’ajoute une inquiétante défiance quant à notre système démocratique, jugé dysfonctionnel et même comme étant un « régime autoritaire ».

Réagissant à l’enquête, Emmanuel Macron a salué « la clairvoyance » des Français et estime que « nous devons nous tenir unis » pour faire face aux « grands défis ». Mais si le chef de l’État loue, à raison, les atouts de notre pays, c’est bien à lui de créer les conditions de l’unité qu’il appelle de ces vœux pour que l’optimisme individuel retrouvé soit bien partagé par tous.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 25 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio