Accéder au contenu principal

Equilibres

fruits

Depuis le début de l’année, les prix à la consommation ne cessent de grimper. Après une hausse continue de +2,9 % sur un an en janvier à +6,1 % en juillet, on s’achemine vers une inflation qui dépasserait les 7 % en septembre et jusqu’à la fin de l’année. Autant dire que la rentrée s’annonce chère pour les Français dans tous les domaines de leurs budgets : énergie, rentrée scolaire ou alimentation. Concernant ce dernier poste, les Français ont déjà pu mesurer une hausse des prix sur les fruits et les légumes. Qu’elle soit de +11 % en un an sur un panier moyen de 9 fruits et 10 légumes issus de l’agriculture conventionnelle et de l’agriculture biologique, selon le dernier Observatoire des prix de l’association Familles rurales, ou qu’elle soit contenue à environ 5 % ou moins comme l’affirment les professionnels du secteur, cette augmentation des prix des abricots ou des pêches, des courgettes ou des poivrons est évidemment difficile à encaisser par les ménages.

Elle pourrait se poursuivre à la rentrée en raison des conséquences de la sécheresse historique qui frappe le pays. Le manque d’eau, les restrictions d’usages, qui touchent quasiment tous les départements, mettent en difficulté les cultures. Les rendements s’en trouveront affectés et, in fine, les prix affichés sur les étals. On peut certes remplacer un fruit ou un légume trop cher par d’autres, regarder les promotions ou faire jouer les circuits courts et les bons plans, mais, selon Famille de France, il devient de plus en plus difficile de suivre la prescription du Programme national nutrition santé qui recommande « 5 fruits et légumes par jour ». Par ailleurs la sécheresse a conduit les agriculteurs à ne pas avoir assez d’herbe pour leurs vaches laitières qui produiront donc moins de lait. Cette pénurie, et en suivant celle de tous les dérivés du lait (beurre, crème, fromages…), va aboutir à une inéluctable hausse du prix des produits laitiers.

Cette situation nourrit l’inquiétude des consommateurs et des producteurs. Inquiets, les consommateurs les plus modestes attendent sans doute le versement du chèque alimentaire, rebaptisé aide exceptionnelle de rentrée, d’un montant de 100 euros et 50 euros par enfant à charge. Un décret doit en préciser les modalités. De leur côté les agriculteurs, qui subissent déjà le coût des matières premières, craignent de voir leurs marges fondre ; et s’inquiètent pour leur avenir, certains d’entre eux ayant décidé, la mort dans l’âme, de se séparer de leurs troupeaux…

L’inflation galopante et les bouleversements climatiques ne sont pas des épiphénomènes. Ils imposent aujourd’hui – au-delà des aides ou subventions d’urgences, aussi nécessaires soient-elles – de trouver de nouveaux équilibres, de nouveaux partages des ressources, de nouvelles organisations entre producteurs, consommateurs, distributeurs. « Le climat change : changeons ! » lance Christiane Lambert, présidente de la FNSEA. Ce mot d’ordre s’impose à toute la société et devrait être la boussole du « plan national d’adaptation » au dérèglement climatique promis par Elisabeth Borne.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 18 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio