Accéder au contenu principal

Equilibres

fruits

Depuis le début de l’année, les prix à la consommation ne cessent de grimper. Après une hausse continue de +2,9 % sur un an en janvier à +6,1 % en juillet, on s’achemine vers une inflation qui dépasserait les 7 % en septembre et jusqu’à la fin de l’année. Autant dire que la rentrée s’annonce chère pour les Français dans tous les domaines de leurs budgets : énergie, rentrée scolaire ou alimentation. Concernant ce dernier poste, les Français ont déjà pu mesurer une hausse des prix sur les fruits et les légumes. Qu’elle soit de +11 % en un an sur un panier moyen de 9 fruits et 10 légumes issus de l’agriculture conventionnelle et de l’agriculture biologique, selon le dernier Observatoire des prix de l’association Familles rurales, ou qu’elle soit contenue à environ 5 % ou moins comme l’affirment les professionnels du secteur, cette augmentation des prix des abricots ou des pêches, des courgettes ou des poivrons est évidemment difficile à encaisser par les ménages.

Elle pourrait se poursuivre à la rentrée en raison des conséquences de la sécheresse historique qui frappe le pays. Le manque d’eau, les restrictions d’usages, qui touchent quasiment tous les départements, mettent en difficulté les cultures. Les rendements s’en trouveront affectés et, in fine, les prix affichés sur les étals. On peut certes remplacer un fruit ou un légume trop cher par d’autres, regarder les promotions ou faire jouer les circuits courts et les bons plans, mais, selon Famille de France, il devient de plus en plus difficile de suivre la prescription du Programme national nutrition santé qui recommande « 5 fruits et légumes par jour ». Par ailleurs la sécheresse a conduit les agriculteurs à ne pas avoir assez d’herbe pour leurs vaches laitières qui produiront donc moins de lait. Cette pénurie, et en suivant celle de tous les dérivés du lait (beurre, crème, fromages…), va aboutir à une inéluctable hausse du prix des produits laitiers.

Cette situation nourrit l’inquiétude des consommateurs et des producteurs. Inquiets, les consommateurs les plus modestes attendent sans doute le versement du chèque alimentaire, rebaptisé aide exceptionnelle de rentrée, d’un montant de 100 euros et 50 euros par enfant à charge. Un décret doit en préciser les modalités. De leur côté les agriculteurs, qui subissent déjà le coût des matières premières, craignent de voir leurs marges fondre ; et s’inquiètent pour leur avenir, certains d’entre eux ayant décidé, la mort dans l’âme, de se séparer de leurs troupeaux…

L’inflation galopante et les bouleversements climatiques ne sont pas des épiphénomènes. Ils imposent aujourd’hui – au-delà des aides ou subventions d’urgences, aussi nécessaires soient-elles – de trouver de nouveaux équilibres, de nouveaux partages des ressources, de nouvelles organisations entre producteurs, consommateurs, distributeurs. « Le climat change : changeons ! » lance Christiane Lambert, présidente de la FNSEA. Ce mot d’ordre s’impose à toute la société et devrait être la boussole du « plan national d’adaptation » au dérèglement climatique promis par Elisabeth Borne.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 18 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan