Accéder au contenu principal

Guerre du feu

Photo SDIS 12

Des files de voitures qui roulent en pleine nuit et en toute urgence pour fuir un incendie qui menace et dont on voit au loin les flammes. Des habitants ou des touristes hébétés qui doivent tout quitter en cinq minutes, résidence principale, caravane ou tente de camping. Ces images-là, spectaculaires et angoissantes, ne nous sont hélas pas étrangères car nous les avons souvent vues à la télévision, notamment en provenance des États-Unis, de l’Australie, de la Turquie ou de la Grèce lorsque ces pays ont été confrontés à des mégafeux incontrôlables. La France à son tour se trouve face à ce type nouveau d’incendies dont on a pu voir un exemple en juillet à la Teste-de-Buch en Gironde.

Le feu qui s’est déclaré entre la Lozère et l’Aveyron, lundi soir, et qui a conduit à l’évacuation de quelque 3 000 personnes de Mostuéjouls et Rivière-sur-Tarn est, certes, sans commune mesure avec ceux qu’ont pu vivre les habitants de Californie ou de l’île grecque d’Eubée, mais il s’ajoute à une longue série estivale qui fait que, cette année, la France a connu un record de surfaces incendiées, avec quelque 47 000 hectares brûlés selon le Système européen d’information sur les feux de forêt (EFFIS).

Cette situation devrait s’accentuer dans les années à venir selon un rapport sénatorial « Feux de forêt et de végétation : prévenir l’embrasement » remis le 3 août dernier. Dans ce document, fruit d’un remarquable travail, les sénateurs indiquent que « le développement de feux hors normes met à mal la stratégie française de lutte contre les incendies » car d’ici 2050, les surfaces brûlées pourraient augmenter de 80 %, près de 50 % des landes et forêts de métropole pourraient être concernées par un risque élevé de feu (contre un tiers en 2010), et la période à risque fort devrait être trois fois plus longue avec une multiplication de feux hivernaux.

Face à cette nouvelle donne, il ne convient pas de s’habituer mais bien de s’adapter. Il faut une mobilisation générale et transversale impliquant tous les acteurs pour revoir, corriger et renforcer nos dispositifs pour les adapter au changement climatique et ses conséquences. De la gestion de nos forêts, privées à 75 %, qui couvrent 31 % du territoire et dont certaines dépendent d’un statut remontant au Moyen-Âge, jusqu’au renforcement des effectifs et des moyens de l’Office national des forêts (ONF) et des sapeurs-pompiers, en passant par des actions fortes pour renforcer les objectifs de débroussaillage ou pour insister sur la prévention – qui sait comment on prépare son kit d’urgence préconisé par la Sécurité civile ? – le Sénat a proposé 70 mesures. Des propositions pour pouvoir gagner une « guerre du feu » qui ne doit pas être une fatalité, mais bien l’opportunité d’une profonde remise à plat.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 10 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio