Accéder au contenu principal

Lever les blocages

immobilier

La pandémie de Covid-19 et particulièrement les périodes de confinements ont conduit de nombreux Français à se lancer dans un projet immobilier ou à chercher à concrétiser celui qui nourrissait une réflexion depuis parfois des années. Partir d’un logement devenu trop étroit en centre-ville pour une maison avec un jardin, quitte à s’éloigner un peu vers la campagne, voilà ce à quoi aspiraient nombre de Français. Les taux d’intérêt bas et la reprise économique post-Covid constituaient le cadre idéal pour réaliser enfin ce rêve de devenir propriétaire. C’était sans compter sur la guerre en Ukraine et ses conséquences économiques en cascade : le retour d’une inflation galopante et la hausse des taux d’intérêt. À cette situation moins avantageuse, mais pas bloquante, s’est alors ajouté un bouleversement supplémentaire : le taux d’usure, censé protéger les consommateurs, est devenu un frein à leurs projets immobiliers.

Ce taux d’usure - qui correspond au taux annuel effectif global (TAEG) maximal au-delà duquel une banque ne peut prêter de l’argent - est jugé trop faible et ne reflétant plus la réalité du marché par les banques, qui souhaitent continuer à gagner de l’argent. Dès lors, des dossiers qui seraient passés sans problème il y a un an sont aujourd’hui retoqués, l’exclusion des crédits immobiliers touchant non seulement des familles modestes et moyennes mais aussi parfois des ménages aux revenus pourtant confortables. Le taux d’usure est ainsi à l’origine de 45 % des refus de dossiers de prêts immobiliers depuis janvier 2022, selon un sondage Opinion Way commandé par l’Association Française des Intermédiaires en Bancassurance (Afib). Le taux d’usure étant fixé par la banque de France chaque trimestre, il ne reste plus à espérer pour les candidats au crédit qu’une révision suffisante intervienne le 1er octobre pour débloquer leur dossier.

Sans attendre cette échéance, de nombreux acteurs du crédit et du logement ont tiré la sonnette d’alarme. Les courtiers en crédit alertent depuis plusieurs semaines sur les rejets de demandes de prêts ; l’Agence nationale pour l’information sur le logement (Anil) déplore que « seuls les ménages bénéficiant des taux les plus bas peuvent espérer accéder actuellement à un prêt » ; et le président du Crédit social des fonctionnaires (CSF), Jean-Marie Alexandre, estimant que « le marché immobilier fonctionne avec les clientèles les plus aisées, au détriment des ménages plus modestes », a appelé à « retirer les frais d’assurance emprunteur du calcul du taux d’usure » sans remettre en cause le taux d’usure.

Ces alertes, ces propositions devraient en tout cas nourrir les réunions organisées par Bercy avec la Banque de France, les prêteurs et les associations de consommateurs. Le gouvernement, après leur avoir demandé un effort sur les frais, devrait solliciter des banques « un petit geste » pour qu’elles ralentissent la hausse des taux du crédit immobilier. Il pourrait aussi leur rappeler que lors d’une autre crise, celle des subprimes en 2008, l’État - donc tous les Français - a été au rendez-vous pour soutenir largement les banques quand elles rencontraient des difficultés. Il est aujourd’hui de leur responsabilité de lever les blocages.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 31 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio