Accéder au contenu principal

Progrès

vaccin

La grande enquête de Challenges et d’Harris interactive sur l’état d’esprit des Français, à laquelle s’est associé notre journal, est riche d'enseignements pour comprendre l’état de la France. Parmi toutes les données socio-économiques, l’une n’a pas été assez soulignée : 78 % des Français considèrent que les évolutions de la médecine et 77 % la science sont la marque d’un progrès pour notre pays.

Cette foi, exprimée à une écrasante majorité, dans la médecine et la recherche scientifique est évidemment une bonne nouvelle pour tous les professionnels de ces secteurs qui œuvrent sans relâche et avec abnégation dans leurs laboratoires ou dans leurs hôpitaux pour améliorer le sort de l’humanité ou de leurs patients. Elle remet aussi en perspective et à leurs justes places toutes les fake news, tous les propos outranciers ou complotistes, toutes les insultes et toutes les manipulations orchestrés par certains autour de la science en général et des vaccins contre le Covid-19 en particulier.

Car si les Français expriment si nettement leur certitude que médecine et sciences contribuent au progrès, c’est sans doute aussi qu’ils ont vu comment, grâce à une mobilisation internationale totalement inédite, des vaccins contre le Covid-19 ont pu être trouvés dans des délais historiquement courts, mettant en œuvre de nouvelles techniques comme celle de l’ARN messager par rapport à ce que nous connaissions et de nouvelles façons de travailler entre jeunes sociétés de biotechnologie (BioNTech, Moderna) et grands laboratoires pharmaceutiques (Pfizer, Janssen).

Aujourd’hui, de nouveaux vaccins sont en préparation pour s’adapter encore mieux aux nouveaux variants d’Omicron, BA4 et BA5. Car si l’épidémie a été supplantée par la guerre en Ukraine ou la question du pouvoir d’achat sur la scène médiatique, l’épidémie est loin d’être terminée, en France comme ailleurs dans le monde. Notre pays a recensé 30 000 décès à l’hôpital ou en Ehpad depuis le début de l’année, au moment de l’arrivée du variant Omicron, d’après les chiffres de Santé publique France (SPF). Et au niveau mondial, le million de décès de patients Covid depuis le 1er janvier est désormais dépassé… D’où l’importance des vaccins contre le Covid-19 qui évitent les formes graves de la maladie et l’importance de faire les doses de rappel nécessaires pour maintenir une bonne couverture vaccinale, ce qui est essentiel.

Pour le Covid comme pour les autres maladies, les nouvelles comme la variole du singe ou certaines qu’on croyait disparues et qui reviennent comme la polio. « Les vaccins contre la poliomyélite ont entraîné une diminution de 99,9 % des cas paralytiques au cours des dernières décennies, mais les récentes épidémies suscitent des inquiétudes. La couverture vaccinale doit rester élevée et doit être augmentée dans les populations sous-immunisées », a réagi l’Organisation mondiale de la santé. Concernant le Covid, son directeur, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a indiqué qu’il restait encore beaucoup à faire car un tiers de la population mondiale n’est toujours pas vacciné.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 28 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio