Accéder au contenu principal

S'émerveiller

telescope

« L’astronomie est utile, parce qu’elle nous élève au-dessus de nous-même ; elle est utile, parce qu’elle est grande ; elle est utile, parce qu’elle est belle… » disait le mathématicien Henri Poincaré. La 32e édition de la Nuit des étoiles, qui se déroule ce week-end, nous invite, d’évidence, à contempler la beauté de l’univers, à (re) découvrir notre ciel, à avoir une approche d’émerveillement avec la science.

Depuis la survenue de l’épidémie de Covid-19 il y a deux ans, notre rapport avec la science a souvent été placé sous l’épée de Damoclès de l’angoisse, entre vaccins à ARN messager et fake news complotistes, tâtonnements de la recherche et prises de becs entre infectiologues. L’astronomie nous montre, au contraire, combien la science peut révéler la beauté qui entoure notre planète et donc nous révéler à nous-mêmes.

Les photos dévoilées par la NASA depuis juillet, prises par le nouveau télescope James Webb – le remplaçant du vénérable Hubble – le montrent bien. À la prouesse technique et scientifique d’avoir déployé dans l’espace le plus grand et le plus onéreux télescope jamais construit s’ajoute désormais l’éblouissement de découvrir des clichés de l’univers tel qu’on ne l’avait jamais vu. La constellation de la Carène, la Nébuleuse de l’anneau du Sud ou encore le Quintet de Stephan : autant d’horizons lointains, distants de milliers d’années-lumière de la Terre, qui nous apparaissent avec une finesse de détails que n’auraient jamais imaginés nos anciens.

Ces découvertes participent de la longue histoire de l’astronomie qui, depuis l’Antiquité passionne et fascine. L’observation du ciel a, en effet, nourri autant la mythologie que la science, posé des problèmes scientifiques autant que des questionnements philosophiques sur la place de l’Homme dans l’immensité – « Sans l’astronomie, l’homme ignore la place qu’il occupe » relevait Aristote. En se retrouvant cette nuit et les nuits suivantes de ce mois d’août, à la belle étoile, pour observer la voûte céleste, les Français vont prolonger cette histoire millénaire.

Grande ourse, petite ourse, Andromède, Cassiopée, Pégase, Antarès, Voie Lactée ou Perséides… Autant de noms connus qui enchantent petits et grands et que l’on va tenter d’apercevoir ce soir, aidé par des centaines d’astronomes amateurs bénévoles ou par de grands scientifiques heureux de partager leurs connaissances avec le grand public. Car ce n’est pas la moindre des qualités de la Nuit des étoiles : cet événement populaire est aussi celui de la vulgarisation scientifique, de la transmission, du partage, des débats, que ce soit à la ferme des Étoiles de Fleurance, à la Cité de l’Espace de Toulouse ou au sommet du Pic du Midi dont l’observatoire, depuis 140 ans, est notre fierté.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 6 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m