Accéder au contenu principal

Agenda climatique

feu

Une surface de forêts brûlées – 60 000 hectares au 15 août – parmi les plus importantes depuis 1976, des feux d’une intensité rarement vue, avivés par une sécheresse historique, un mois de juillet parmi les plus secs depuis 1959, et maintenant des épisodes orageux et des phénomènes cévenols particulièrement violents en Corse comme en métropole. S’il fallait faire la démonstration que le changement climatique est à l’œuvre et qu’il ne concerne plus seulement des contrées lointaines – chacun se rappelle des mégafeux de Californie ou de Grèce – mais bel et bien des paysages, des lieux familiers qui nous sont chers et tous ceux qui y vivent, les événements de cet été 2022 sont là. Face à cette situation inédite, il convient de répondre d’abord à l’urgence, mais aussi de réfléchir au long terme en apportant les bonnes réponses, réponses en premier lieu politiques.

Pour Emmanuel Macron et Elisabeth Borne, qui tous deux se sont déplacés en Gironde, théâtre de gigantesques incendies, il y a là un agenda climatique qui devrait supplanter les autres rendez-vous de la rentrée, qui apparaissent secondaires. Que valent, en effet, un énième débat clivant sur l’immigration ou les rodéos urbains – là où il suffit d’appliquer les lois existantes en donnant suffisamment de moyens aux forces de l’ordre et aux magistrats – quand le cadre de vie de milliers de Français est déjà bouleversé ou menacé par des incendies, des inondations ou autres conséquences du dérèglement du climat ? Que valent des réformes controversées comme celle des retraites – inutile selon le Conseil d’orientation des retraites – ou du RSA, ou la création du nébuleux Conseil national de la refondation, quand l’ampleur de la tâche pour mettre en place la transition écologique nécessitera toutes les énergies de la société ?

D’ores et déjà il faut agir à court et long termes. Le court terme c’est, comme l’a rappelé Elisabeth Borne à Hostens le 11 août, muscler les moyens des pompiers, en matériels comme en effectifs. Ce renforcement doit aussi s’inscrire dans un cadre européen puisque toute l’Europe est touchée par des incendies ou des phénomènes météorologiques d’ampleur. Et, on l’a vu récemment, la solidarité européenne qui n’est pas un vain mot, fonctionne bien et pourrait être renforcée.

Le long terme, concernant la forêt, c’est imaginer une autre façon de la gérer et de la préparer à la hausse inéluctable des températures. Emmanuel Macron a raison de dire qu’il s’agit d’un « grand chantier national » car il engage non seulement le renouvellement des bois partis en fumée mais plus généralement la façon dont on pense l’aménagement du territoire, entre urbanisation et artificialisation des sols. Là aussi, il faudra des moyens, notamment pour l’ONF – qui a pâti de bien trop de suppressions d’agents – mais aussi de nouvelles méthodes de concertation avec les élus locaux, les agriculteurs, les habitants, etc.

À l’entame de son second quinquennat, Emmanuel Macron a, d’évidence, l’opportunité de préparer le pays non pas au quinquennat d’après, mais bien aux décennies futures en opérant dès aujourd’hui des choix environnementaux courageux.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 21 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan