Accéder au contenu principal

En rodage

 

assemblee

Tout au long de son histoire, le vénérable Palais Bourbon aura connu des grands moments de vie parlementaire, des coups d’éclat et des coups de gueule qui sont entrés dans l’histoire de France. Pour cette XVIe législature de la Ve République, l’Assemblée nationale a retrouvé cette vitalité-là qui s’était perdue dans le ronron d’un hémicycle devenu davantage une chambre d’enregistrement des textes présentés par les gouvernements successifs. Les élections de juin dernier, qui ont privé Emmanuel Macron d’une majorité absolue, ont, d’évidence, changé la donne.

Cette situation inédite a contribué à la « reparlementarisation » de la vie politique française : tout se passe désormais à l’Assemblée, cœur battant de notre démocratie. Tout, c’est-à-dire surtout des débats enlevés, passionnés souvent, houleux parfois, menés par des députés néophytes – ou confirmés – qui ont apporté un vent de fraîcheur. Qu’ils s’appellent Rachel Kéké, Louis Boyard, Sandrine Rousseau, Karl Olive ou Jean-Philippe Tanguy nouvellement élus ou Valérie Rabault, Aurore Bergé ou Charles de Courson pour leurs aînés plus expérimentés, tous ont fait vivre le débat politique comme on ne l’avait plus vu depuis longtemps. Parfois jusqu’au bout de nuits interminables avec des votes au petit matin. Si certains décèlent dans ces débats trop de « bololo », pour reprendre l’expression imagée d’Edouard Philippe, force est de constater que le travail parlementaire a été conduit à son terme, sous la houlette de Yaël Braun-Pivet, première femme présidente de l’Assemblée nationale.

À l’heure des vacances parlementaires, cette session – qui a vu l’adoption du projet de loi de finances rectificative pour 2022 et celui portant les mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat – résonne comme un rodage d’un nouveau fonctionnement institutionnel dans lequel chacun peut trouver matière à satisfaction. La Nupes a peu obtenu dans les deux textes mais elle est restée unie là où beaucoup pariaient sur son éclatement, même si on a plus entendu LFI que le PS, le PC ou EELV. La majorité présidentielle est restée debout malgré quelques velléités venues d’Horizons. Les Républicains ont réussi à droitiser les projets du gouvernement et montrer qu’ils sont incontournables pour les macronistes. Le RN a évité tout dérapage. Et Elisabeth Borne, dont certains – François Bayrou en tête – estimaient qu’elle n’avait pas les épaules pour le poste, a montré tout le contraire, surmontant les embarrassantes affaires Abad et Cayeux, et trouvant finalement son ton, son style. Quant à Emmanuel Macron, ce Jupiter duquel tout procédait dans le précédent quinquennat, il est étonnamment resté en retrait, se concentrant sur le pré-carré présidentiel de l’international et se félicitant de voir son gouvernement avancer.

En bousculant le système, en introduisant une sorte de proportionnelle dans une assemblée élue au scrutin majoritaire, les Français ont-ils inventé une Ve République hybride, contraignant la classe politique à une nouvelle grammaire, celle du compromis ? L’avenir le dira car les stratégies des uns et des autres sont aussi fragiles que les ambitions fortes pour l’après. L’examen de réformes plus corsées que le texte consensuel en faveur du pouvoir d’achat – retraites, assurance chômage, immigration… – donneront davantage le « la » que les six semaines mouvementées mais passionnantes qui viennent de s’écouler.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 7 août 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan