Accéder au contenu principal

En rodage

 

assemblee

Tout au long de son histoire, le vénérable Palais Bourbon aura connu des grands moments de vie parlementaire, des coups d’éclat et des coups de gueule qui sont entrés dans l’histoire de France. Pour cette XVIe législature de la Ve République, l’Assemblée nationale a retrouvé cette vitalité-là qui s’était perdue dans le ronron d’un hémicycle devenu davantage une chambre d’enregistrement des textes présentés par les gouvernements successifs. Les élections de juin dernier, qui ont privé Emmanuel Macron d’une majorité absolue, ont, d’évidence, changé la donne.

Cette situation inédite a contribué à la « reparlementarisation » de la vie politique française : tout se passe désormais à l’Assemblée, cœur battant de notre démocratie. Tout, c’est-à-dire surtout des débats enlevés, passionnés souvent, houleux parfois, menés par des députés néophytes – ou confirmés – qui ont apporté un vent de fraîcheur. Qu’ils s’appellent Rachel Kéké, Louis Boyard, Sandrine Rousseau, Karl Olive ou Jean-Philippe Tanguy nouvellement élus ou Valérie Rabault, Aurore Bergé ou Charles de Courson pour leurs aînés plus expérimentés, tous ont fait vivre le débat politique comme on ne l’avait plus vu depuis longtemps. Parfois jusqu’au bout de nuits interminables avec des votes au petit matin. Si certains décèlent dans ces débats trop de « bololo », pour reprendre l’expression imagée d’Edouard Philippe, force est de constater que le travail parlementaire a été conduit à son terme, sous la houlette de Yaël Braun-Pivet, première femme présidente de l’Assemblée nationale.

À l’heure des vacances parlementaires, cette session – qui a vu l’adoption du projet de loi de finances rectificative pour 2022 et celui portant les mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat – résonne comme un rodage d’un nouveau fonctionnement institutionnel dans lequel chacun peut trouver matière à satisfaction. La Nupes a peu obtenu dans les deux textes mais elle est restée unie là où beaucoup pariaient sur son éclatement, même si on a plus entendu LFI que le PS, le PC ou EELV. La majorité présidentielle est restée debout malgré quelques velléités venues d’Horizons. Les Républicains ont réussi à droitiser les projets du gouvernement et montrer qu’ils sont incontournables pour les macronistes. Le RN a évité tout dérapage. Et Elisabeth Borne, dont certains – François Bayrou en tête – estimaient qu’elle n’avait pas les épaules pour le poste, a montré tout le contraire, surmontant les embarrassantes affaires Abad et Cayeux, et trouvant finalement son ton, son style. Quant à Emmanuel Macron, ce Jupiter duquel tout procédait dans le précédent quinquennat, il est étonnamment resté en retrait, se concentrant sur le pré-carré présidentiel de l’international et se félicitant de voir son gouvernement avancer.

En bousculant le système, en introduisant une sorte de proportionnelle dans une assemblée élue au scrutin majoritaire, les Français ont-ils inventé une Ve République hybride, contraignant la classe politique à une nouvelle grammaire, celle du compromis ? L’avenir le dira car les stratégies des uns et des autres sont aussi fragiles que les ambitions fortes pour l’après. L’examen de réformes plus corsées que le texte consensuel en faveur du pouvoir d’achat – retraites, assurance chômage, immigration… – donneront davantage le « la » que les six semaines mouvementées mais passionnantes qui viennent de s’écouler.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 7 août 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio