Accéder au contenu principal

Mobilisation

eau

Face à la sécheresse historique qui frappe la France, la Première ministre Elisabeth Borne a décidé hier de sonner la mobilisation générale en activant la cellule interministérielle de crise (CIC). Il était temps… Car depuis plusieurs jours maintenant, le pays – qui va subir la semaine prochaine sa 4e vague de chaleurs caniculaires – affronte une situation inédite après un mois de juillet qui a été le plus sec jamais observé depuis 1959… Conséquence du déficit hydrique : plus d’une centaine de communes en France n’ont aujourd’hui plus d’eau potable et doivent s’astreindre pour économiser l’eau à de très contraignantes restrictions, qui pèsent sur la vie quotidienne des habitants… Des situations qui pourraient se multiplier si la cellule de crise décide de déclencher dans les prochains jours des plans Orsec « Eau » pour les territoires les plus touchés.

Mais au-delà de l’urgence du moment – sur laquelle les associations écologiques ou les experts du climat ont alerté depuis longtemps en réclamant davantage d’anticipation – il est évident qu’il va falloir aller plus loin, tous les scientifiques s’accordant à dire que les épisodes de sécheresse intense se multiplieront dans les années à venir. La Première ministre, qui est chargée depuis sa nomination de piloter la Planification écologique et énergétique, en est certainement consciente. Rappelant hier que, « dès mai 2022, le comité d’anticipation et de suivi hydrologique (CASH) avait été réuni », Elisabeth Borne a appelé les Français « à être très vigilants quant à l’utilisation de nos ressources en eau » et a invité les commissions locales de l’eau et structures assimilées à « organiser un dialogue local sur la priorisation des usages en cas de nécessité ».

Car c’est bien là le nœud du problème : la ressource en eau se raréfiant, il va falloir apprendre à la partager pour répondre aux besoins de tous et, le cas échéant, opérer les transformations nécessaires… Une vraie gageure mais aussi le défi de notre temps. Satisfaire tout le monde ne sera évidemment pas possible et il va falloir trouver le subtil équilibre entre les besoins de l’agriculture, ceux de la population et la préservation de la biodiversité, faune et flore. Des solutions existent : la FNSEA, les associations de défense de l’environnement, les industriels de l’eau ou les Agences de l’eau, tous ont réfléchi à des pistes, des solutions concrètes pour économiser, ne pas gâcher et distribuer le plus équitablement possible l’eau.

Cette pénurie d’eau qui menace, tout comme les incendies qui ont ravagé plus de 47 000 hectares depuis le début de l’année – un record – montrent qu’il est plus que temps désormais de fixer une feuille de route écologique globale et ambitieuse autour de la lutte contre le réchauffement climatique dans toutes ses composantes et d’y adjoindre les fonds nécessaires. Pour le gouvernement, cela devrait paraître bien plus urgent qu’un énième projet de loi sur l’immigration à la rentrée ou qu’une réforme des retraites à l’utilité controversée…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 6 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan