Accéder au contenu principal

Révolution ADN

adn

L’année prochaine cela fera 70 ans que James Watson et Francis Crick ont proposé une structure de l’ADN, l’acide désoxyribonucléique : la célèbre double hélice hélicoïdale. Associés avec Maurice Wilkins, qui permit une visualisation de la molécule d’ADN par diffraction des rayons X, ils reçurent le prix Nobel de Physiologie et de Médecine en 1962, ouvrant la voie à la compréhension de l’ensemble des mécanismes moléculaires de l’expression génétique : de la réplication de l’ADN au code génétique, en passant par la transcription. Les trois scientifiques, pionniers de la biologie moléculaire, ne se doutaient sans doute pas que la découverte de la structure de l’ADN permettrait des avancées majeures dans des domaines aussi différents que la médecine, les enquêtes criminelles pour confondre des coupables ou les décisions de justice pour établir des liens de filiation. Ils se doutaient encore mois que le test ADN se banaliserait au point d’être aujourd’hui aussi facile à commander qu’un livre sur internet.

La démocratisation des techniques scientifiques d’analyse ont, en effet, conduit à l’émergence d’un véritable business de l’ADN. Connaître son groupe ethnique, vérifier que l’on est bien le fils de ses parents ou le frère de sa sœur, comparer son ADN à une immense base de données génétiques pour tenter de retrouver un père, reconstituer son arbre généalogique ou détecter les risques de maladies comme un cancer : autant de promesses alléchantes que proposent de nombreuses sociétés de biotechnologie. Pour quelques dizaines d’euros, elles s’occupent de tout de l’envoi à domicile d’un kit de prélèvement à la livraison des résultats sur un compte personnel en ligne. Simple, basique, ludique… mais risqué.

Car ces entreprises, la plupart américaines, ne collectent pas des préférences de consommation pour alimenter des bases de données marketing mais bien des données génétiques sensibles, données de santé considérées comme « à risque » par la Cnil et protégées en Europe par le RGPD, le règlement général sur la protection des données. Malgré toutes les garanties que mettent en avant ces sociétés privées, un doute subsiste sur le devenir des données collectées, potentiellement piratables ou vendables à des tiers. Entre l’Union européenne et les États-Unis, la vision de la donnée personnelle est bien différente, entre un bien commercialisable comme un autre et une caractéristique individuelle à laquelle doivent d’attacher des droits.

C’est la raison pour laquelle la France persiste à interdire et à punir pénalement ces tests ADN organisés hors d’un cadre médical ou judiciaire protecteur pour les utilisateurs. Un combat qui se heurte à l’engouement mondial pour les kits ADN et l’envie du public de tout connaître de ses origines ou de son patrimoine génétique. Les kits ADN ne sont pas près de disparaître et s’ils doivent sans doute être mieux encadrés et offrir davantage de garanties ils pourraient bien au final être très utiles à la médecine. Les immenses bases de données génétiques issues des kits peuvent ainsi permettre de faire émerger de nouvelles thérapies géniques. La révolution ADN commencée en 1953 est loin d’être terminée…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 14 août 2022).

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio