Accéder au contenu principal

Le bruit et la fureur

rodeo

La simple consultation de la presse régionale l’atteste : les rodéos urbains sont loin d’avoir été stoppés. Ce week-end, dans le Doubs, un jeune conducteur sous le coup d’une annulation du permis de conduire, a été interpellé par les policiers en plein rodéo urbain au volant d’une grosse cylindrée louée en Suisse. Fin juillet, la brigade motorisée de la direction départementale de la sécurité publique de Bastia a arrêté un homme réalisant des rodéos urbains sur la RT11. Fin juillet toujours, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Versailles (Yvelines) et Pont-Sainte-Maxence (Oise) des rodéos ont été constatés à l’issue de cérémonies de mariage… Et à Toulouse ce sont trois jeunes hommes adeptes des rodéos qui ont été interpellés au guidon de leur moto.

Certes, différents types de comportements sont résumés sous le vocable de « rodéo » : il y a les passionnés d’automobile et de tuning qui se réunissent sur des parkings pour faire des drifts et faire fumer leurs pneus, ceux qui se rêvent héritiers de James Dean et se lancent avec fureur dans des courses à grande vitesse au mépris de toutes les règles de sécurité, ou ceux qui font pétarader leur moto ou leur quad dans les rues de leurs quartiers. Mais toutes ces manifestations – entre passion et provocation, exutoire et transgression – partagent un point commun : leur illégalité, le quotidien infernal qu’elles font souvent vivre aux riverains et le danger qu’elles représentent, toujours, pour les autres usagers de la route…

La loi votée en 2008 pour « renforcer la lutte contre les rodéos motorisés », a bien constitué un premier pas en augmentant notamment les sanctions pour les participants comme pour les organisateurs. Un premier pas assurément nécessaire, mais encore insuffisant. L’an dernier, une mission d’information parlementaire chargée d’évaluer la loi a bien fait des propositions pour renforcer les contrôles, la confiscation des engins ou l’utilisation de drone. Mais pour les forces de l’ordre, qui ne vont pas au contact lorsqu’un rodéo est en cours, notamment pour éviter que ne surviennent des accidents, ou pour les maires qui font face à l’exaspération de leurs administrés, agir contre les rodéos reste encore très compliqué.

Trois ans après cette loi, peut-être faudra-t-il élargir la focale pour prendre le problème dans toutes ses dimensions : juridique, de sécurité routière mais aussi sociétale. La sortie d’un film, « Rodeo » le 7 septembre, est l’occasion d’aborder cette dernière. Au-delà des propos chocs de sa réalisatrice, ce long-métrage explore tout un univers de culture urbaine et mécanique qui s’est développé notamment dans les quartiers de banlieues. Des banlieues et une jeunesse qui sont toujours en souffrance et en déficit de structures culturelles ou sportives. Le plan Borloo sur les banlieues en 2018 avait laissé espérer un vrai changement… avant qu’Emmanuel Macron ne l’enterre à peine publié. Trois ans après, les problématiques restent entières. Le nouveau ministre de la ville, Olivier Klein, issu des quartiers populaires a dès lors l’occasion d’ouvrir une nouvelle page et d’envoyer les bons signaux.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 3 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan