Accéder au contenu principal

Epreuve du feu

 

borne

Pour Emmanuel Macron et ses Premiers ministres successifs, les étés sont tout sauf calmes. On se souvient de l’affaire Benalla qui éclata en 2018 ou de la nouvelle vague de Covid-19 au début du mandat de Jean Castex à l’été 2020. Cette année, Elisabeth Borne doit faire face à un nouveau dossier sensible qui représente pour elle une « épreuve du feu », au sens littéral, puisqu’il s’agit des incendies de forêts.

La sécheresse historique qui frappe la France, la pénurie d’eau, les vagues de chaleurs caniculaires qui écrasent le pays, toutes conséquences bien concrètes du réchauffement climatique, ont favorisé la multiplication des incendies cet été sur tout le territoire. Plus de 55 000 hectares ont d’ores et déjà brûlé – un record – et des milliers de personnes, habitants ou vacanciers, ont été évacués en urgence, parfois de nuit, face à des feux géants contre lesquels les pompiers luttent de toutes leurs forces mais avec quelquefois un manque de moyens.

Un manque de moyens justement pointé par un rapport sénatorial tombé au plus mauvais moment pour l’exécutif. Intitulé « Feux de forêt et de végétation : prévenir l’embrasement », ce document émet 70 propositions fortes pour prévenir les feux de forêts, lutter contre eux lorsqu’ils surviennent et gérer différemment la forêt ensuite. Parmi les mesures préconisées, celle de « revenir sur les 500 suppressions de postes de l’Office national des forêts prévues d’ici à 2025 – alors que l’ONF, qui n’a plus de directeur depuis quatre mois, a déjà vu 5 000 postes supprimés depuis 20 ans – ou encore d’ « atteindre d’ici 2027 l’objectif de 250 000 sapeurs-pompiers volontaires. »

Des points sur lesquels l’exécutif ne veut pas être accusé d’avoir manqué d’anticipation, comme le disent plusieurs élus écologistes. Depuis le fort de Brégançon, Emmanuel Macron, jusqu’ici silencieux, a ainsi tweeté hier pour se féliciter de voir la solidarité européenne à l’œuvre dans son envoi de moyens à la France, saluer les pompiers engagés – « nos héros » – et promettre que « personne ne sera oublié » parmi les habitants sinistrés. De son côté, Elisabeth Borne, qui s’est déplacée en Gironde avec Gérald Darmanin, a répondu aux critiques concernant le manque de moyens aériens, promis « un nouveau plan national d’adaptation » au dérèglement climatique qui « sera mis en concertation à la rentrée », un « renforcement de nos moyens de sécurité civile » lui aussi attendu à la rentrée dans la loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur et une réflexion sur « la façon de gérer nos forêts demain », chantier de très longue haleine, complexe mais vital pour la forêt française.

Si elle sera considérée comme bien trop tardive par les experts, les syndicats ou les associations qui alertent depuis longtemps sur tous ces sujets, la prise de conscience de l’exécutif est heureuse, à condition qu’elle débouche sur des mesures fortes à la hauteur des enjeux. À l’heure où les Français voient concrètement les conséquences du changement climatique sur leur vie quotidienne, Emmanuel Macron, qui a beaucoup déçu sur l’écologie durant son premier quinquennat, et Elisabeth Borne, Première ministre chargée d’une planification écologique inédite, n’ont pas droit à l’erreur…

(Editorial publié dans La Dépêche du vendredi 12 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio