Accéder au contenu principal

Reconnaissance

nimes

Le Taj Mahal en Inde, le Machu Picchu au Pérou, le parc national américain de Yellowstone, les pierres de Stonehenge en Angleterre, la statue de la Liberté à New York, la cité antique de Pétra en Jordanie, le temple égyptien d’Abou Simbel, les villages italiens des Cinque Terre, ou, en France, le château de Versailles, le site des Pyrénées-Mont Perdu ou la cité épiscopale d’Albi : tous ces sites figurent au patrimoine mondial de l’Unesco, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, dont le siège est à Paris. Obtenir de figurer dans cette prestigieuse liste qui comprend aujourd’hui quelque 1 154 biens culturels ou naturels dans 167 pays – dont 49 en France –, c’est s’inscrire pleinement dans l’histoire de l’Humanité, c’est la reconnaissance souvent d’un long travail de restauration, de préservation, de mise en valeur et de promotion. C’est être dépositaire d’un patrimoine dont la valeur est reconnue comme inestimable et qui doit être transmis aux générations futures. C’est aussi entrer dans une communauté internationale rare, un cercle restreint d’excellence qui honore et qui oblige.

r depuis l’adoption de la convention du 16 novembre 1972, une inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco n’est pas un chèque en blanc et contraint à un certain nombre d’actions comme assurer la conservation efficace des biens classés, au risque de se voir retirer le label. Les sites classés sont ainsi pour cela accompagnés par les experts de l’Unesco.

Dpuis cinquante ans, le classement Unesco a beaucoup évolué pour tenir compte d’une meilleure représentativité. Centrées au début sur les grands sites patrimoniaux incontournables et sur des sites européens, les inscriptions se sont progressivement diversifiées, reconnaissant le caractère unique de lieux, monuments ou sites partout dans le monde. Ce rééquilibrage était nécessaire même s’il a pu donner lieu à des batailles géopolitiques auxquelles les Nations unies sont habituées. Car un classement – on l’a vu avec Albi – porte aussi en lui un développement et des retombées touristiques et économiques importants.

Cette volonté de diversification des sites classés ne doit toutefois pas exclure les pays déjà « gâtés » par des inscriptions au patrimoine mondial. Et, en l’occurrence, on comprendrait mal que la Maison Carrée de Nîmes, qui représente avec Rome l’un des témoignages urbains les plus complets en Occident de la civilisation romaine, ne voit pas sa nouvelle candidature honorée par un classement.

Cinquante ans après la convention Unesco, le patrimoine mondial est confronté aujourd’hui à de nouveaux défis : le changement climatique et le tourisme de masse qui contraint certains sites à limiter leur accès à un nombre prédéfini de visiteurs. Ces deux thèmes seront au cœur de la Conférence de Delphes en octobre prochain pour éviter que les chefs-d’œuvre du monde soient le moins possible en péril et restent bien accessibles équitablement à l’Humanité tout entière.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 20 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio