Accéder au contenu principal

Reconnaissance

nimes

Le Taj Mahal en Inde, le Machu Picchu au Pérou, le parc national américain de Yellowstone, les pierres de Stonehenge en Angleterre, la statue de la Liberté à New York, la cité antique de Pétra en Jordanie, le temple égyptien d’Abou Simbel, les villages italiens des Cinque Terre, ou, en France, le château de Versailles, le site des Pyrénées-Mont Perdu ou la cité épiscopale d’Albi : tous ces sites figurent au patrimoine mondial de l’Unesco, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, dont le siège est à Paris. Obtenir de figurer dans cette prestigieuse liste qui comprend aujourd’hui quelque 1 154 biens culturels ou naturels dans 167 pays – dont 49 en France –, c’est s’inscrire pleinement dans l’histoire de l’Humanité, c’est la reconnaissance souvent d’un long travail de restauration, de préservation, de mise en valeur et de promotion. C’est être dépositaire d’un patrimoine dont la valeur est reconnue comme inestimable et qui doit être transmis aux générations futures. C’est aussi entrer dans une communauté internationale rare, un cercle restreint d’excellence qui honore et qui oblige.

r depuis l’adoption de la convention du 16 novembre 1972, une inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco n’est pas un chèque en blanc et contraint à un certain nombre d’actions comme assurer la conservation efficace des biens classés, au risque de se voir retirer le label. Les sites classés sont ainsi pour cela accompagnés par les experts de l’Unesco.

Dpuis cinquante ans, le classement Unesco a beaucoup évolué pour tenir compte d’une meilleure représentativité. Centrées au début sur les grands sites patrimoniaux incontournables et sur des sites européens, les inscriptions se sont progressivement diversifiées, reconnaissant le caractère unique de lieux, monuments ou sites partout dans le monde. Ce rééquilibrage était nécessaire même s’il a pu donner lieu à des batailles géopolitiques auxquelles les Nations unies sont habituées. Car un classement – on l’a vu avec Albi – porte aussi en lui un développement et des retombées touristiques et économiques importants.

Cette volonté de diversification des sites classés ne doit toutefois pas exclure les pays déjà « gâtés » par des inscriptions au patrimoine mondial. Et, en l’occurrence, on comprendrait mal que la Maison Carrée de Nîmes, qui représente avec Rome l’un des témoignages urbains les plus complets en Occident de la civilisation romaine, ne voit pas sa nouvelle candidature honorée par un classement.

Cinquante ans après la convention Unesco, le patrimoine mondial est confronté aujourd’hui à de nouveaux défis : le changement climatique et le tourisme de masse qui contraint certains sites à limiter leur accès à un nombre prédéfini de visiteurs. Ces deux thèmes seront au cœur de la Conférence de Delphes en octobre prochain pour éviter que les chefs-d’œuvre du monde soient le moins possible en péril et restent bien accessibles équitablement à l’Humanité tout entière.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 20 août 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan