Accéder au contenu principal

Réaliser un rêve

 

boom

L’année prochaine, cela fera vingt ans, que l’exploitation commerciale du Concorde aura été arrêtée, fragilisé qu’il était alors à la suite du crash survenu à Gonesse le 25 juillet 2000. Le drame avait provoqué la mort de 113 personnes et signé le début de la fin pour le seul avion supersonique civil. Vingt ans après, le Concorde, pourtant, fascine toujours autant. Sa ligne est devenue une icône intemporelle du design, son allure, le symbole de la modernité, sa technologie, celle d’une industrie résolument innovante, son histoire, celle d’une France – et d’une Grande Bretagne – qui croyait au progrès technique et savait tirer le meilleur de ses ingénieurs pour viser l’excellence. Le Concorde fait partie de l’histoire de l’aéronautique et son nom figure dans la longue liste des avions de légende du Spirit of Saint-Louis de Charles Lindberg au P38 d’Antoine de Saint-Exupéry.

Pas étonnant dès lors que d’Aeroscopia, à Toulouse, où un exemplaire est exposé, aux diverses ventes aux enchères de pièces détachées qui se tiennent régulièrement, la nostalgie Concorde ne se dément pas et semble inépuisable. Elle fait vibrer la fierté nationale car l’avion représente toujours la France à l’étranger. Le clip promotionnel des prochains Jeux Olympiques de Paris de 2024 ne comporte-t-il pas des images d’un Concorde au décollage ?

L’idée de donner un successeur à cet avion mythique taraude de nombreux passionnés partout dans le monde, mais à la difficulté technique de concevoir un avion supersonique s’ajoutent les nouvelles contraintes environnementales et sociétales. Un tel avion est-il finalement pertinent et bien raisonnable à l’heure de la sobriété énergétique et des critiques virulentes contre les jets de l’aviation d’affaire qui émettent de colossales quantités de CO2 rapportés au nombre des riches passagers ? Et à quoi bon se déplacer si rapidement dans un monde post-Covid qui a montré que le télétravail et les visioconférences pouvaient remplacer de coûteux voyages ? Un tel avion, forcément réservé à une petite poignée de privilégiés fortunés, est-il enfin utile pour un secteur aéronautique qui se remet à peine de la chute du trafic dû à deux années de pandémie et qui doit se concentrer sur la meilleure façon de répondre aux besoins du plus grand nombre ?

Le défi est donc d’autant plus grand pour toutes les sociétés qui ont voulu se lancer dans la conception d’un nouveau supersonique plus sûr, plus économe, plus « vert ». Beaucoup de ces start-up ont jeté l’éponge y compris celles qui avaient le soutien d’acteurs majeurs de l’aéronautique comme l’américain Aerion corporation qui avait l’appui de Boeing.

Aujourd’hui, le projet de Boom Supersonic semble le plus solide pour ne pas dire le seul. Son Overture, dont le design définitif a été présenté le 19 juillet au salon de Farnborough, évoque d’ailleurs le Concorde. « 707… 747… Concorde… Overture. Le prochain avion emblématique » s’est enthousiasmé le PDG de Boom, Blake Scholl, qui a bien compris que derrière toutes les questions économiques ou écologiques il y a dans son projet une part de rêve. Comme Saint-Exupéry, il ne veut pas essayer de prévoir l’avenir mais bien de le rendre possible.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 8 août 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio