Accéder au contenu principal

Un combat permanent

pancarte

Des pancartes qui reprennent le nouveau slogan préféré des antisémites, « Qui ? », entouré sur l’une par les noms de personnalités publiques juives ou supposées l’être, des étoiles jaunes bariolées de la mention « non-vaccinés » arborées sur les poitrines de manifestants, des cris haineux « collabo » lancés, entre autres, à des pharmacies pratiquant des tests PCR ou à des journalistes physiquement agressés pour certains, des slogans « dictature sanitaire » dans lesquels le « s » est remplacé par le graphisme des « SS » des nazis, Emmanuel Macron affublé d’une moustache comme Adolf Hitler ou sous les traits du maréchal Pétain, et jusqu’au détournement de la photo du portail d’entrée du camp de concentration d’Auschwitz où l’inscription originale « Arbeit macht frei » a été remplacée par « le pass sanitaire rend libre. » 

Ces images écœurantes, vues par les Français à la télévision ou sur les réseaux sociaux, à l’occasion des manifestations anti-pass sanitaire – et en 2018-2019 dans certains cortèges des Gilets jaunes – ont légitimement révulsé tout républicain digne de ce nom et donné la nausée aux descendants des victimes de la Shoah ou à nos compatriotes de confession juive. La condamnation de ces slogans jusqu’au sommet de l’Etat a été évidemment la bienvenue et l’on attend maintenant que les poursuites judiciaires qui ont été engagées à plusieurs reprises aboutissent à de sévères condamnations car, faut-il le rappeler, l’antisémitisme et le racisme ne sont pas des opinions mais des délits.

Au-delà, l’émergence ou la persistance de ces slogans antisémites doivent nous interroger. Comment peut-on, en 2021, faire un lien entre l’outil provisoire de lutte contre une épidémie que constitue un pass sanitaire – que tout un chacun peut obtenir par le vaccin, des tests réguliers ou un certificat de rémission de la Covid-19 – et un symbole de l’ignominie nazie qui discriminait des personnes, non pas pour ce qu’elles faisaient, mais pour ce qu’elles étaient, dans le but ultime d’être déportées et tuées pour nombre d’entre elles ? Pourquoi établir un lien entre des contraintes sanitaires, votées par le Parlement et validées par le Conseil constitutionnel, et des faits remontant à la Seconde Guerre mondiale ? Et comment expliquer que ces slogans antisémites, qui sont le fait d’une minorité dans les rangs des manifestants, n’aient pas été davantage et explicitement condamnés par tous ceux qui marchaient à leur côté ?

Par envie de choquer en faisant référence à un épisode de l’Histoire mondiale qui a le plus marqué l’Humanité ? En raison d’une méconnaissance totale des faits historiques de cette période ? Par idéologie pour certains, qui voient dans les manifestations l’occasion de cracher leur haine anti-Juifs ? Ou par la conviction que ces slogans relèvent de la liberté d’expression ?

L’utilisation de ces mots résulte sans doute un peu de tout cela et créé un dangereux « antisémitisme d’atmosphère » selon l’expression de l’historien Jean Garrigues. Un antisémitisme qui se nourrit de la crise que traverse notre société et se renforce sur les réseaux sociaux avec les vieilles théories complotistes véhiculées sur le lobby juif mondial qui contrôlerait le pouvoir économique, politique et médiatique. Un antisémitisme qui doit faire l’objet d’un combat permanent, aujourd’hui comme hier lorsque Bertold Brecht nous disait, dans La résistible ascension d’Arturo Ui : « Vous, apprenez à voir, plutôt que de rester les yeux ronds… Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde ».

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 21 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon