Accéder au contenu principal

La déroute et le déshonneur

 

taliban

"Je le sais maintenant, c’est une erreur d’affirmer que l’on peut enterrer le passé : il s’accroche tant et si bien qu’il remonte toujours à la surface", écrivait Khaled Hosseini dans son livre "Les cerfs-volants de Kaboul" paru en 2003. L’avenir, hélas, lui a donné raison.

La chute de Kaboul, conquise hier par les talibans au terme d’une offensive éclair qui n’a rencontré que très peu de résistance de la part d’une armée afghane anémique, signe un retour vers l’enfer islamiste pour une population qui, depuis 1978 et l’invasion soviétique, n’aura connu que la guerre et le chaos. Si les talibans, appuyés en sous-main par le Pakistan voisin, assurent qu’ils ont changé par rapport à l’époque où ils étaient au pouvoir entre 1996 et 2001, la réalité est, hélas, tout autre. Un rapport de la Commission afghane indépendante des droits de l’Homme (AIHRC) a d’ailleurs clairement documenté des violences – massacres de civils, décapitations, enlèvements d’adolescentes pour les marier de force – perpétrées durant la conquête des capitales provinciales qui sont tombées une à une depuis le mois de mai.

La chute de Kaboul signe aussi un terrible échec pour les Occidentaux et une déroute cinglante pour les Etats-Unis. On comprend que le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken réfute toute comparaison entre la situation afghane et la chute de Saïgon en 1975. Et pourtant, les rotations d’hélicoptères US qui doivent évacuer près de 30 000 personnes rappellent évidemment les évacuations de l’opération Frequent Wind qui marqua la fin de la guerre au Vietnam et une traumatisante défaite pour les Etats-Unis. En décidant de confirmer le retrait des troupes américaines décidé en 2018 par son prédécesseur Donald Trump, Joe Biden a acté la fin d’une présence militaire de vingt ans qui aura coûté des milliards de dollars sans finalement obtenir le résultat escompté, mais aussi pris le risque d’endosser la création d’une situation chaotique et explosive. Le 11 septembre 2021, vingt ans après les attentats des tours jumelles, lorsque le retrait des troupes américaines sera effectif, on sera comme revenu à la situation de 2001… avec à nouveau au pouvoir ceux-là mêmes qui en avaient été chassés.

"Si les talibans arrivent à Kaboul, je me suicide avant d’être tuée ou réduite en esclavage". Tel était le message, le 28 juillet dernier, de Fatima A., une jeune Afghane de 28 ans, employée comme auxiliaire par l’armée française en Afghanistan entre 2011 et 2012 et qui s’est vu refuser une demande de visa par la France au prétexte qu’elle ne pouvait prouver la réalité des menaces la visant… La France ne peut pas ne pas entendre ce SOS, ni l’appel du fils du commandant Massoud à ce qu’elle n’abandonne pas les combattants de la liberté. Autrement dit, que le déshonneur ne s’ajoute pas à la déroute…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 16 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat