Accéder au contenu principal

La déroute et le déshonneur

 

taliban

"Je le sais maintenant, c’est une erreur d’affirmer que l’on peut enterrer le passé : il s’accroche tant et si bien qu’il remonte toujours à la surface", écrivait Khaled Hosseini dans son livre "Les cerfs-volants de Kaboul" paru en 2003. L’avenir, hélas, lui a donné raison.

La chute de Kaboul, conquise hier par les talibans au terme d’une offensive éclair qui n’a rencontré que très peu de résistance de la part d’une armée afghane anémique, signe un retour vers l’enfer islamiste pour une population qui, depuis 1978 et l’invasion soviétique, n’aura connu que la guerre et le chaos. Si les talibans, appuyés en sous-main par le Pakistan voisin, assurent qu’ils ont changé par rapport à l’époque où ils étaient au pouvoir entre 1996 et 2001, la réalité est, hélas, tout autre. Un rapport de la Commission afghane indépendante des droits de l’Homme (AIHRC) a d’ailleurs clairement documenté des violences – massacres de civils, décapitations, enlèvements d’adolescentes pour les marier de force – perpétrées durant la conquête des capitales provinciales qui sont tombées une à une depuis le mois de mai.

La chute de Kaboul signe aussi un terrible échec pour les Occidentaux et une déroute cinglante pour les Etats-Unis. On comprend que le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken réfute toute comparaison entre la situation afghane et la chute de Saïgon en 1975. Et pourtant, les rotations d’hélicoptères US qui doivent évacuer près de 30 000 personnes rappellent évidemment les évacuations de l’opération Frequent Wind qui marqua la fin de la guerre au Vietnam et une traumatisante défaite pour les Etats-Unis. En décidant de confirmer le retrait des troupes américaines décidé en 2018 par son prédécesseur Donald Trump, Joe Biden a acté la fin d’une présence militaire de vingt ans qui aura coûté des milliards de dollars sans finalement obtenir le résultat escompté, mais aussi pris le risque d’endosser la création d’une situation chaotique et explosive. Le 11 septembre 2021, vingt ans après les attentats des tours jumelles, lorsque le retrait des troupes américaines sera effectif, on sera comme revenu à la situation de 2001… avec à nouveau au pouvoir ceux-là mêmes qui en avaient été chassés.

"Si les talibans arrivent à Kaboul, je me suicide avant d’être tuée ou réduite en esclavage". Tel était le message, le 28 juillet dernier, de Fatima A., une jeune Afghane de 28 ans, employée comme auxiliaire par l’armée française en Afghanistan entre 2011 et 2012 et qui s’est vu refuser une demande de visa par la France au prétexte qu’elle ne pouvait prouver la réalité des menaces la visant… La France ne peut pas ne pas entendre ce SOS, ni l’appel du fils du commandant Massoud à ce qu’elle n’abandonne pas les combattants de la liberté. Autrement dit, que le déshonneur ne s’ajoute pas à la déroute…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 16 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Amers adieux

Un anniversaire… qui vire aux adieux. Air France, qui fête cette année ses 90 ans, a annoncé hier, à la surprise générale, qu’elle allait quitter en 2026 l’aéroport d’Orly et recentrer ses vols intérieurs sur son hub de Roissy-Charles de Gaulle. En quittant ainsi le deuxième aéroport du pays, la compagnie française tourne la page d’une histoire qui avait commencé en 1952, année de son arrivée à Orly. Histoire partagée depuis par des millions de Français qui, tous, peu ou prou, pour le travail ou les loisirs, ont un jour pris un avion d’Air France pour Paris-Orly, ont parfois confondu Orly-Ouest et Orly-Sud, ont accompagné le développement de la compagnie avec le lancement des Navettes vers Toulouse, Nice, Bordeaux, Marseille puis Montpellier, ont découvert au fil des ans les nouveaux Airbus, apprécié la qualité du service à bord, puis, une fois arrivés, emprunté l’OrlyVal pour rejoindre le centre de Paris ou continuer leur voyage avec une correspondance. Si l’annonce du départ d’Air Fr