Accéder au contenu principal

Prise de conscience

 

bruit

L’ampleur des chiffres du coût social du bruit en France, révélé fin juillet par une nouvelle étude conduite conjointement par le Conseil national du bruit (CNB) et par l’Ademe (Agence de la transition écologique), aurait dû créer un électrochoc. 155,7 milliards d’euros, c’est plus que les budgets de l’Education nationale et des Armées réunis, plus que le Plan de Relance post-Covid, l’équivalent de 420 Airbus A350… Et pourtant, ce coût social, c’est-à-dire les effets sanitaires induits par le bruit (gêne, perturbations du sommeil, maladies cardiovasculaires, obésité, diabète, troubles de la santé mentale, difficultés d’apprentissage, médication, hospitalisation, maladies et accidents professionnels…) et les effets non sanitaires (pertes de productivité et dépréciation immobilière…) est quasiment passé inaperçu en dépit de sa progression. Entre 2016, date du précédent rapport et 2021, le coût social annuel a bondi de plus de 98,3 milliards d’euros. Certes, le périmètre a été élargi, les mesures affinées, mais cette hausse spectaculaire doit nous interroger et, surtout, déclencher la prise de conscience qui nous permettra d’agir.

Car le bruit n’est pas une fatalité ; des solutions existent pour en limiter les nuisances et les conséquences, notamment en agissant sur les trois domaines responsables du coût social : les transports, le voisinage et le travail. La réduction de la vitesse sur les voies rapides, la création de Zone à Faibles Emissions et la diminution du trafic, l’amélioration de la qualité acoustique des bâtiments (en lien avec l’enjeu de rénovation globale) incluant ceux d’enseignement pour traiter notamment le bruit en milieu scolaire, la réduction des émissions (sonores et pollution) des chantiers de construction et de démolition en milieu urbain sont quelques-unes des pistes lancées par le CNR et l’Ademe.

À ces pistes qui bousculent les habitudes on peut également ajouter l’innovation technique qui peut permettre de diminuer les nuisances. Cela passe par exemple par de nouveaux enrobés routiers : depuis 2020, le Cerema accompagne Limoges Métropole et Colas pour l’évaluation des performances acoustiques d’un enrobé intégrant du liège. Cela passe aussi par la mesure du bruit, par exemple avec des bornes indiquant quand le bruit d’un open space en entreprise est trop élevé. Et cela passe aussi par des réglementations comme la limitation du volume sonore des casques audio ou les décibels émis lors de concerts. 

Au final, c’est bien une culture de la gestion du bruit qu’il convient de développer, sur laquelle tout le monde devrait pouvoir s’entendre…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 3 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat