Accéder au contenu principal

Prise de conscience

 

bruit

L’ampleur des chiffres du coût social du bruit en France, révélé fin juillet par une nouvelle étude conduite conjointement par le Conseil national du bruit (CNB) et par l’Ademe (Agence de la transition écologique), aurait dû créer un électrochoc. 155,7 milliards d’euros, c’est plus que les budgets de l’Education nationale et des Armées réunis, plus que le Plan de Relance post-Covid, l’équivalent de 420 Airbus A350… Et pourtant, ce coût social, c’est-à-dire les effets sanitaires induits par le bruit (gêne, perturbations du sommeil, maladies cardiovasculaires, obésité, diabète, troubles de la santé mentale, difficultés d’apprentissage, médication, hospitalisation, maladies et accidents professionnels…) et les effets non sanitaires (pertes de productivité et dépréciation immobilière…) est quasiment passé inaperçu en dépit de sa progression. Entre 2016, date du précédent rapport et 2021, le coût social annuel a bondi de plus de 98,3 milliards d’euros. Certes, le périmètre a été élargi, les mesures affinées, mais cette hausse spectaculaire doit nous interroger et, surtout, déclencher la prise de conscience qui nous permettra d’agir.

Car le bruit n’est pas une fatalité ; des solutions existent pour en limiter les nuisances et les conséquences, notamment en agissant sur les trois domaines responsables du coût social : les transports, le voisinage et le travail. La réduction de la vitesse sur les voies rapides, la création de Zone à Faibles Emissions et la diminution du trafic, l’amélioration de la qualité acoustique des bâtiments (en lien avec l’enjeu de rénovation globale) incluant ceux d’enseignement pour traiter notamment le bruit en milieu scolaire, la réduction des émissions (sonores et pollution) des chantiers de construction et de démolition en milieu urbain sont quelques-unes des pistes lancées par le CNR et l’Ademe.

À ces pistes qui bousculent les habitudes on peut également ajouter l’innovation technique qui peut permettre de diminuer les nuisances. Cela passe par exemple par de nouveaux enrobés routiers : depuis 2020, le Cerema accompagne Limoges Métropole et Colas pour l’évaluation des performances acoustiques d’un enrobé intégrant du liège. Cela passe aussi par la mesure du bruit, par exemple avec des bornes indiquant quand le bruit d’un open space en entreprise est trop élevé. Et cela passe aussi par des réglementations comme la limitation du volume sonore des casques audio ou les décibels émis lors de concerts. 

Au final, c’est bien une culture de la gestion du bruit qu’il convient de développer, sur laquelle tout le monde devrait pouvoir s’entendre…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 3 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à