Accéder au contenu principal

Prise de conscience

 

bruit

L’ampleur des chiffres du coût social du bruit en France, révélé fin juillet par une nouvelle étude conduite conjointement par le Conseil national du bruit (CNB) et par l’Ademe (Agence de la transition écologique), aurait dû créer un électrochoc. 155,7 milliards d’euros, c’est plus que les budgets de l’Education nationale et des Armées réunis, plus que le Plan de Relance post-Covid, l’équivalent de 420 Airbus A350… Et pourtant, ce coût social, c’est-à-dire les effets sanitaires induits par le bruit (gêne, perturbations du sommeil, maladies cardiovasculaires, obésité, diabète, troubles de la santé mentale, difficultés d’apprentissage, médication, hospitalisation, maladies et accidents professionnels…) et les effets non sanitaires (pertes de productivité et dépréciation immobilière…) est quasiment passé inaperçu en dépit de sa progression. Entre 2016, date du précédent rapport et 2021, le coût social annuel a bondi de plus de 98,3 milliards d’euros. Certes, le périmètre a été élargi, les mesures affinées, mais cette hausse spectaculaire doit nous interroger et, surtout, déclencher la prise de conscience qui nous permettra d’agir.

Car le bruit n’est pas une fatalité ; des solutions existent pour en limiter les nuisances et les conséquences, notamment en agissant sur les trois domaines responsables du coût social : les transports, le voisinage et le travail. La réduction de la vitesse sur les voies rapides, la création de Zone à Faibles Emissions et la diminution du trafic, l’amélioration de la qualité acoustique des bâtiments (en lien avec l’enjeu de rénovation globale) incluant ceux d’enseignement pour traiter notamment le bruit en milieu scolaire, la réduction des émissions (sonores et pollution) des chantiers de construction et de démolition en milieu urbain sont quelques-unes des pistes lancées par le CNR et l’Ademe.

À ces pistes qui bousculent les habitudes on peut également ajouter l’innovation technique qui peut permettre de diminuer les nuisances. Cela passe par exemple par de nouveaux enrobés routiers : depuis 2020, le Cerema accompagne Limoges Métropole et Colas pour l’évaluation des performances acoustiques d’un enrobé intégrant du liège. Cela passe aussi par la mesure du bruit, par exemple avec des bornes indiquant quand le bruit d’un open space en entreprise est trop élevé. Et cela passe aussi par des réglementations comme la limitation du volume sonore des casques audio ou les décibels émis lors de concerts. 

Au final, c’est bien une culture de la gestion du bruit qu’il convient de développer, sur laquelle tout le monde devrait pouvoir s’entendre…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 3 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en