Accéder au contenu principal

Une rentrée contrariée

classe

 

Jean-Michel Blanquer a beau répéter que la rentrée scolaire sera « la plus normale possible », il n’empêche que, pour la deuxième fois, elle sera bien anormale, en tout cas fortement contrariée par l’épidémie de Covid-19. Les 12,2 millions d’élèves et les 869 300 enseignants qui reprendront le chemin de l’école le 2 septembre n’en ont pas fini avec le coronavirus, d’autant plus que la quatrième vague implique un variant beaucoup plus contagieux et que les enfants de moins de 12 ans y sont particulièrement vulnérables puisque non vaccinés. 

Dès lors, tandis que certains épidémiologistes alertent sur une possible « épidémie scolaire » et que la question de la vaccination des moins de 12 ans est dans le débat, le ministre de l’Education nationale a voulu rassurer hier pour apaiser les inquiétudes des parents et enseignants. Concédant qu’il y aurait des difficultés, il a assuré que la réponse du gouvernement saurait s’adapter, beaucoup mieux en tout cas qu’auparavant, à partir d’un nouveau protocole sanitaire construit sur quatre niveaux de gravité. L’objectif de l’exécutif reste, en revanche, le même que par le passé : maintenir autant que possible le maximum de classes ouvertes. Le décrochage de 500 000 élèves lors du premier confinement, mais aussi les difficultés et les conséquences de la « classe à la maison » sur le niveau des élèves sont évidemment dans tous les esprits. La France ne peut se permettre de revivre une telle situation.

Mais cette rentrée scolaire contrariée l’est aussi pour le ministre lui-même, contraint de davantage parler de problématiques sanitaires que de questions pédagogiques. Jean-Michel Blanquer – qui va battre le record de longévité rue de Grenelle détenu par Christian Fouchet le ministre de De Gaulle – arrive, en effet, à l’heure du bilan de son action. Une action pour le moins contrastée.

Au début du quinquennat, l’ancien haut fonctionnaire, plusieurs fois recteur, qui a fait toute sa carrière au sein du ministère de l’Éducation nationale, notamment à l’époque de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, a très vite été le bon élève de la macronie. Salué à droite pour son discours sur des valeurs conservatrices comme l’uniforme à l’école, la dictée quotidienne, la défense des langues mortes, le choix de la méthode syllabique pour l’apprentissage de la lecture, ou encore ses positions sur le portable à l’école ou l’écriture inclusive, il avait aussi l’onction de certains à gauche pour son discours intransigeant sur la laïcité ou le dédoublement des classes de CP. Son appétence pour des sujets méconnus comme les neurosciences ou sa volonté de remettre le chant choral au goût du jour l’ont fait apprécier des Français – comme de la Première dame Brigitte Macron.

Mais l’exercice du pouvoir, on le sait, est un puissant abrasif et l’étoile de Jean-Michel Blanquer a pâli. Là où il assurait de son pragmatisme, les enseignants ont souvent vu un vrai dogmatisme, notamment lors de la réforme du bac, et le spécialiste pondéré de l’éducation s’est parfois mué en un polémiste très politique par exemple sur l’islamo-gauchisme. Il a dû aussi en rabattre sur ses ambitions : il n’a pas décroché le ministère de l’Intérieur qu’il convoitait, et encore moins Matignon. Partie remise ? Jean-Michel Blanquer entend bien s’engager dans la prochaine campagne présidentielle car dans un gouvernement qui compte peu de personnalités fortes, il est davantage un atout qu’un handicap pour Emmanuel Macron.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 27 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan