Accéder au contenu principal

Opération déverrouillage

 

ours

Du dossier de la réintroduction de l’ours dans les Pyrénées, tout aura été dit. Depuis vingt-cinq ans, depuis le 19 mai 1996 exactement, date à laquelle s’est déroulé le premier lâcher d’une ourse slovène – organisé dans le cadre d’un plan de réintroduction européen pour sauver l’ours des Pyrénées – les oppositions sont restées à vif entre les pro et les anti, chacun campant sur sa logique et sur deux idées que l’on se fait de la place de l’homme dans la montagne.

D’un côté, fortes du soutien d’une opinion publique qui connaît finalement peu l’économie de la montagne et le quotidien des éleveurs qui y vivent à l’année, les associations de défense de l’environnement et de la biodiversité se félicitent de voir que la population d’ursidés a considérablement augmenté, que l’image de l’ours et son impact touristique sont désormais consubstantiels aux Pyrénées et qu’il faut évidemment poursuivre le programme ours. 

De l’autre, les éleveurs ont consenti de nombreux efforts pour sécuriser leurs troupeaux avec des chiens Patou ou réalisé des aménagements. Engagés dans des démarches de valorisation et de labellisation de leur production qui participent elles aussi à la renommée de la région, ces éleveurs n’en peuvent plus des déprédations commises par les ours qui, même si elles sont indemnisées, constituent un stress permanent.

Entre les deux camps, chacun soutenu par des élus locaux et nationaux, l’Etat a toujours tenté de contenter les uns et les autres, de trouver dans ce dossier miné, une voie médiane entre deux conceptions quasi irréconciliables, ménageant les engagements internationaux de la France et en même temps préservant l’économie de la montagne. Cette voie médiane, assumée avec plus ou moins de courage et de clarté par les différents présidents de la République, est un chemin de crête qui ne satisfait personne. Vingt-cinq ans après, le dossier paraît toujours aussi verrouillé.

C’est pour tenter de le débloquer que des éleveurs et des élus ariégeois veulent lancer l’idée d’un « Parlement de la montagne ariégeoise », en s’appuyant sur le projet de loi « 4D » (décentralisation, différenciation, déconcentration et décomplexification). Adopté en première lecture au Sénat fin juillet, celui-ci veut promouvoir la démocratie locale et donner aux élus locaux la capacité de prendre des décisions aujourd’hui prises à l’échelle nationale, notamment sur des questions écologiques. L’objectif de ce « parlement » serait au final d’obtenir de l’Etat le transfert du dossier ours de Paris vers les Pyrénées pour une gestion plus locale. Reste que si cette instance traduit incontestablement l’exaspération des éleveurs face à un Etat jugé sourd à leurs difficultés, elle soulève de nombreux problèmes : quid de sa représentativité ? de sa légitimité démocratique ? de sa composition ? de son articulation avec la kyrielle d’instances politiques, associatives ou syndicales qui représentent déjà les habitants du territoire ?

Le dossier ours est un dossier complexe, qui soulève évidemment des enjeux locaux mais aussi d’autres nationaux et internationaux. L’État ne peut pas s’en désengager et ne pas en être le garant, à condition qu’il sache donner la parole et écouter vraiment ceux qui vivent dans les Pyrénées.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 13 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan