Accéder au contenu principal

Opération déverrouillage

 

ours

Du dossier de la réintroduction de l’ours dans les Pyrénées, tout aura été dit. Depuis vingt-cinq ans, depuis le 19 mai 1996 exactement, date à laquelle s’est déroulé le premier lâcher d’une ourse slovène – organisé dans le cadre d’un plan de réintroduction européen pour sauver l’ours des Pyrénées – les oppositions sont restées à vif entre les pro et les anti, chacun campant sur sa logique et sur deux idées que l’on se fait de la place de l’homme dans la montagne.

D’un côté, fortes du soutien d’une opinion publique qui connaît finalement peu l’économie de la montagne et le quotidien des éleveurs qui y vivent à l’année, les associations de défense de l’environnement et de la biodiversité se félicitent de voir que la population d’ursidés a considérablement augmenté, que l’image de l’ours et son impact touristique sont désormais consubstantiels aux Pyrénées et qu’il faut évidemment poursuivre le programme ours. 

De l’autre, les éleveurs ont consenti de nombreux efforts pour sécuriser leurs troupeaux avec des chiens Patou ou réalisé des aménagements. Engagés dans des démarches de valorisation et de labellisation de leur production qui participent elles aussi à la renommée de la région, ces éleveurs n’en peuvent plus des déprédations commises par les ours qui, même si elles sont indemnisées, constituent un stress permanent.

Entre les deux camps, chacun soutenu par des élus locaux et nationaux, l’Etat a toujours tenté de contenter les uns et les autres, de trouver dans ce dossier miné, une voie médiane entre deux conceptions quasi irréconciliables, ménageant les engagements internationaux de la France et en même temps préservant l’économie de la montagne. Cette voie médiane, assumée avec plus ou moins de courage et de clarté par les différents présidents de la République, est un chemin de crête qui ne satisfait personne. Vingt-cinq ans après, le dossier paraît toujours aussi verrouillé.

C’est pour tenter de le débloquer que des éleveurs et des élus ariégeois veulent lancer l’idée d’un « Parlement de la montagne ariégeoise », en s’appuyant sur le projet de loi « 4D » (décentralisation, différenciation, déconcentration et décomplexification). Adopté en première lecture au Sénat fin juillet, celui-ci veut promouvoir la démocratie locale et donner aux élus locaux la capacité de prendre des décisions aujourd’hui prises à l’échelle nationale, notamment sur des questions écologiques. L’objectif de ce « parlement » serait au final d’obtenir de l’Etat le transfert du dossier ours de Paris vers les Pyrénées pour une gestion plus locale. Reste que si cette instance traduit incontestablement l’exaspération des éleveurs face à un Etat jugé sourd à leurs difficultés, elle soulève de nombreux problèmes : quid de sa représentativité ? de sa légitimité démocratique ? de sa composition ? de son articulation avec la kyrielle d’instances politiques, associatives ou syndicales qui représentent déjà les habitants du territoire ?

Le dossier ours est un dossier complexe, qui soulève évidemment des enjeux locaux mais aussi d’autres nationaux et internationaux. L’État ne peut pas s’en désengager et ne pas en être le garant, à condition qu’il sache donner la parole et écouter vraiment ceux qui vivent dans les Pyrénées.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 13 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio