Accéder au contenu principal

Nouvelle donne

 

tele

On l’a souvent enterrée, promise à un lent déclin face aux géants du numérique qui mettent des moyens colossaux dans leurs plateformes de vidéos à la demande et aux réseaux sociaux qui désormais rythment le débat public et souvent l’agenda politique. Et pourtant, la télévision – ou, plus exactement, les chaînes de télévision – est non seulement toujours là, mais elle a montré son incroyable capacité de résilience et d’adaptation à l’occasion des confinements de la crise sanitaire. Assignés à domicile pour endiguer la propagation du coronavirus à trois reprises depuis mars 2020, les Français ont, en effet, redécouvert leur télévision, à la fois pour son contenu, les programmes, vidéos ou jeux qui y étaient diffusés, et pour son contenant, c’est-à-dire un écran toujours plus grand proposant une expérience immersive toujours plus forte capable de réunir toute la famille.

Certes, le pic historique d’audience de 4 h 38 par jour en avril 2020 n’a plus jamais été atteint, et l’intérêt pour la télévision s’est érodé, mais pour le premier semestre de cette année, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a mesuré une durée d’écoute qui reste au-dessus de son niveau d’avant-crise, particulièrement à la mi-journée et le soir. En revanche, l’engouement suscité par les plateformes de vidéos à la demande comme Netflix, Amazon Prime, Disney +, Apple TV +, Salto ou OCS, ont continué leur vertigineuse progression. Cette télé à la carte, qui séduit massivement les jeunes, totalise en moyenne 8,7 millions de consommateurs quotidiens dont beaucoup de fans de séries. Paradoxalement, ces plateformes font face à l’embarras du choix dans lequel elles précipitent leurs abonnés, qui passent souvent beaucoup de temps avant de choisir leur programme. À telle enseigne que certaines comme Netflix ont comme réinventé la télé en proposant un flux continu, autant dire une chaîne. Sacrée revanche pour les acteurs historiques.

Face au poids sans cesse croissant des plateformes, le secteur de la télévision traditionnelle n’a donc pas dit son dernier mot et les dernières grandes manœuvres industrielles – rachat de M6 par TF1, convergence CNews-Europe 1 – montrent qu’une nouvelle donne est en train de se mettre en place.

Enfin, si cette rentrée télé est loin d’être spectaculaire en termes d’innovations ou de mercato des stars du petit écran, elle n’en reste pas moins marquée par la présidentielle à venir. À huit mois de l’élection, l’info apparaît comme un axe majeur de développement pour les groupes audiovisuels d’autant plus que les journaux télévisés ont réalisé leurs meilleures audiences en 2020, avec des records lors des allocutions gouvernementales liées à la crise. Et chacun sait qu’au soir du second tour de l’élection présidentielle, c’est bien devant leur télévision que seront les Français pour découvrir leur président élu.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 28 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon