Accéder au contenu principal

Être à la hauteur

afghanistan

Un aparté devant les caméras de télévision pour fustiger ses opposants qui le critiquent, plusieurs messages sur son compte Twitter pour dénoncer ceux qui voudraient « détourner » les propos qu’il a tenus durant son allocution de 11 minutes sur la situation en Afghanistan lundi soir, des ministres de premier plan et des responsables de la majorité présidentielle appelés à la rescousse et faisant feu de tout bois pour justifier les propos présidentiels. Rien n’y a fait, le malaise a persisté.

En expliquant qu’il fallait certes « protéger celles et ceux qui sont les plus menacés », mais – dans le même paragraphe – « nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants », Emmanuel Macron a, sinon commis une faute politique, fait une vraie maladresse, en opérant un « en même temps » aussi brutal que dénué d’empathie, 24 heures après la chute de Kaboul et alors que des milliers d’Afghanes et d’Afghans étaient terrorisés devant le nouveau régime islamiste des talibans. 

En allant si rapidement sur le terrain de la politique migratoire chère à la droite et l’extrême droite, Emmanuel Macron a donné l’impression de répondre davantage à des impératifs de campagne électorale présidentielle que de se hisser à la hauteur de l’enjeu humanitaire. Le contraste avec Angela Merkel – qui avait déjà sauvé l’honneur de l’Europe en 2015 en accueillant massivement des réfugiés Syriens fuyant le régime meurtrier de Bachar Al Assad – voire avec Boris Johnson était, dès lors, saisissant. 

Que la lutte contre l’immigration illégale soit importante, nul n’en disconvient, mais face au drame que vivent les Afghans, le Président aurait, d’abord, dû mettre en avant l’article 14 de la déclaration universelle des Droits de l’Homme qui stipule que « Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. »

Si les propos d’Emmanuel Macron ont vivement ému, particulièrement à gauche, ils ont aussi suscité un élan de générosité de la part de collectivités locales prêtes à accueillir, en lien avec les services de l’Etat, des réfugiés Afghans, comme l’a d’ailleurs demandé aux pays membres de l’ONU, son secrétaire général António Guterres.

De Lille à Strasbourg, de Paris à Bordeaux et jusqu’en Occitanie – où reste si vif le souvenir de la Retirada, l’exil et l’accueil des réfugiés républicains espagnols – des initiatives voient le jour. La France, dans cette affaire, a un évident devoir d’exemplarité humaniste et républicain, non seulement parce qu’elle a inspiré la déclaration universelle des Droits de l’Homme mais parce que le pays des Lumières doit protéger les « combattants de la liberté », comme les a appelés le fils du commandant Massoud, qui, en Afghanistan, font face aux ténèbres de l’obscurantisme religieux.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 20 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon