Accéder au contenu principal

Être à la hauteur

afghanistan

Un aparté devant les caméras de télévision pour fustiger ses opposants qui le critiquent, plusieurs messages sur son compte Twitter pour dénoncer ceux qui voudraient « détourner » les propos qu’il a tenus durant son allocution de 11 minutes sur la situation en Afghanistan lundi soir, des ministres de premier plan et des responsables de la majorité présidentielle appelés à la rescousse et faisant feu de tout bois pour justifier les propos présidentiels. Rien n’y a fait, le malaise a persisté.

En expliquant qu’il fallait certes « protéger celles et ceux qui sont les plus menacés », mais – dans le même paragraphe – « nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants », Emmanuel Macron a, sinon commis une faute politique, fait une vraie maladresse, en opérant un « en même temps » aussi brutal que dénué d’empathie, 24 heures après la chute de Kaboul et alors que des milliers d’Afghanes et d’Afghans étaient terrorisés devant le nouveau régime islamiste des talibans. 

En allant si rapidement sur le terrain de la politique migratoire chère à la droite et l’extrême droite, Emmanuel Macron a donné l’impression de répondre davantage à des impératifs de campagne électorale présidentielle que de se hisser à la hauteur de l’enjeu humanitaire. Le contraste avec Angela Merkel – qui avait déjà sauvé l’honneur de l’Europe en 2015 en accueillant massivement des réfugiés Syriens fuyant le régime meurtrier de Bachar Al Assad – voire avec Boris Johnson était, dès lors, saisissant. 

Que la lutte contre l’immigration illégale soit importante, nul n’en disconvient, mais face au drame que vivent les Afghans, le Président aurait, d’abord, dû mettre en avant l’article 14 de la déclaration universelle des Droits de l’Homme qui stipule que « Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. »

Si les propos d’Emmanuel Macron ont vivement ému, particulièrement à gauche, ils ont aussi suscité un élan de générosité de la part de collectivités locales prêtes à accueillir, en lien avec les services de l’Etat, des réfugiés Afghans, comme l’a d’ailleurs demandé aux pays membres de l’ONU, son secrétaire général António Guterres.

De Lille à Strasbourg, de Paris à Bordeaux et jusqu’en Occitanie – où reste si vif le souvenir de la Retirada, l’exil et l’accueil des réfugiés républicains espagnols – des initiatives voient le jour. La France, dans cette affaire, a un évident devoir d’exemplarité humaniste et républicain, non seulement parce qu’elle a inspiré la déclaration universelle des Droits de l’Homme mais parce que le pays des Lumières doit protéger les « combattants de la liberté », comme les a appelés le fils du commandant Massoud, qui, en Afghanistan, font face aux ténèbres de l’obscurantisme religieux.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 20 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en