Accéder au contenu principal

Ne pas désespérer

 

fire

Ce n’est pas la première fois que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), créé en 1988, tire la sonnette d’alarme. Mais le président britannique de la COP26, Alok Sharma, a beau dire que ce sixième rapport est « l’avertissement le plus sévère jamais lancé » par l’institution sur le rôle du comportement humain dans le réchauffement de la planète, rien ne dit que le sursaut politique qui serait nécessaire pour corriger la dangereuse courbe de la hausse des températures sera cette fois au rendez-vous. 

Depuis la COP21 en 2015 qui déboucha sur l’historique Accord de Paris sur le climat, la prise de conscience semble s’être émoussée, les promesses des états tardent toujours à se concrétiser, la communication et le greenwashing prennent parfois le pas sur des actions réelles et puissantes, et des décisions aberrantes sont toujours en cours. Dernier exemple en date : Alok Sharma lui-même défend le projet controversé du Royaume-Uni d’autoriser de nouvelles explorations de gisements de gaz et de pétrole, en contradiction avec les recommandations de l’Agence internationale de l’énergie pour limiter la hausse des températures à +1,5°…

D’évidence, seule une forte mobilisation citoyenne mondiale, qui dépasse le cercle des personnes sensibles à la cause environnementale, fera sans doute bouger les choses. Cet instant de bascule pourrait rapidement advenir, car le rapport du Giec intervient dans un moment où chacun peut mesurer concrètement des effets du réchauffement climatique, devenus « irréversibles ». On n’est plus sur les hypothèses à long terme des premiers constats, ou sur des événements sporadiques qui surviennent loin de chez nous. Désormais on voit concrètement à nos portes des catastrophes environnementales extrêmes : inondations en Allemagne et Belgique, méga-feux aux Etats-Unis, en Sibérie ou en Grèce, typhons en Asie, fonte accélérée des glaces… Autant de catastrophes qui jettent sur les routes de nouveaux réfugiés climatiques et qui devraient nous obliger à agir collectivement sans tarder avec au moins la même détermination que nous le faisons contre la pandémie de Covid-19.

Des solutions existent, combinant engagements politiques et innovations scientifiques et technologiques. Non pas celles qui veulent modifier et dominer le climat, mais plutôt celles qui veulent aider l’Homme à changer ses habitudes et entamer une transition écologique qui ne doit être ni punitive ni excluante. Partout dans le monde des initiatives vertueuses voient le jour, souvent ingénieuses et abordables. La Fondation Solar Impulse, présidée par l’explorateur Bertrand Piccard – qui sera le parrain en octobre du forum organisé par le Groupe La Dépêche, « Le Monde nouveau » – a déjà répertorié « 1 000 solutions pour la planète ». Il n’est peut-être pas encore trop tard pour tout. 

On peut encore agir et en tout cas ne pas désespérer.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 10 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat