Accéder au contenu principal

Ne pas désespérer

 

fire

Ce n’est pas la première fois que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), créé en 1988, tire la sonnette d’alarme. Mais le président britannique de la COP26, Alok Sharma, a beau dire que ce sixième rapport est « l’avertissement le plus sévère jamais lancé » par l’institution sur le rôle du comportement humain dans le réchauffement de la planète, rien ne dit que le sursaut politique qui serait nécessaire pour corriger la dangereuse courbe de la hausse des températures sera cette fois au rendez-vous. 

Depuis la COP21 en 2015 qui déboucha sur l’historique Accord de Paris sur le climat, la prise de conscience semble s’être émoussée, les promesses des états tardent toujours à se concrétiser, la communication et le greenwashing prennent parfois le pas sur des actions réelles et puissantes, et des décisions aberrantes sont toujours en cours. Dernier exemple en date : Alok Sharma lui-même défend le projet controversé du Royaume-Uni d’autoriser de nouvelles explorations de gisements de gaz et de pétrole, en contradiction avec les recommandations de l’Agence internationale de l’énergie pour limiter la hausse des températures à +1,5°…

D’évidence, seule une forte mobilisation citoyenne mondiale, qui dépasse le cercle des personnes sensibles à la cause environnementale, fera sans doute bouger les choses. Cet instant de bascule pourrait rapidement advenir, car le rapport du Giec intervient dans un moment où chacun peut mesurer concrètement des effets du réchauffement climatique, devenus « irréversibles ». On n’est plus sur les hypothèses à long terme des premiers constats, ou sur des événements sporadiques qui surviennent loin de chez nous. Désormais on voit concrètement à nos portes des catastrophes environnementales extrêmes : inondations en Allemagne et Belgique, méga-feux aux Etats-Unis, en Sibérie ou en Grèce, typhons en Asie, fonte accélérée des glaces… Autant de catastrophes qui jettent sur les routes de nouveaux réfugiés climatiques et qui devraient nous obliger à agir collectivement sans tarder avec au moins la même détermination que nous le faisons contre la pandémie de Covid-19.

Des solutions existent, combinant engagements politiques et innovations scientifiques et technologiques. Non pas celles qui veulent modifier et dominer le climat, mais plutôt celles qui veulent aider l’Homme à changer ses habitudes et entamer une transition écologique qui ne doit être ni punitive ni excluante. Partout dans le monde des initiatives vertueuses voient le jour, souvent ingénieuses et abordables. La Fondation Solar Impulse, présidée par l’explorateur Bertrand Piccard – qui sera le parrain en octobre du forum organisé par le Groupe La Dépêche, « Le Monde nouveau » – a déjà répertorié « 1 000 solutions pour la planète ». Il n’est peut-être pas encore trop tard pour tout. 

On peut encore agir et en tout cas ne pas désespérer.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 10 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio