Accéder au contenu principal

Histoire d’un fiasco

 

foot

À quelques heures du coup d’envoi de la saison 2021-2022, le football français a évité l’écran noir pour la retransmission des matchs de la Ligue 1. Sommée jeudi par la justice de payer la Ligue de football professionnel (LFP) et retransmettre deux matchs par journée, Canal + – qui a fait appel – va diffuser à contrecœur le foot français dès ce soir en compagnie d’Amazon, le géant américain d’internet aux appétits d’ogre dans le sport. La chaîne cryptée n’a pu résilier la sous-licence qui la liait au groupe qatari BeIN. Ce dernier a d’ailleurs lui aussi été contraint mercredi par le tribunal judiciaire de Paris de respecter le contrat le liant à la LFP et de payer cette dernière.

Cet happy end, on le sait, est évidemment provisoire tant l’imbroglio juridique est loin d’être terminé dans ce qui reste une affaire de gros sous qui a mal tourné. La LFP en porte la lourde responsabilité, elle qui s’était éloignée des acteurs historiques de diffusion pour choisir, à la surprise générale, le groupe Mediapro et sa promesse mirobolante de 800 millions d’euros. Il n’aura pas fallu six mois pour que le carrosse se transforme en citrouille et que la chaîne Téléfoot spécialement créée ne plie bagage.

D’un coup de théâtre à l’autre, la LFP a rebattu les cartes en choisissant Amazon et en déroulant le tapis rouge à la société de Jeff Bezos riche à millions : 250 millions d’euros pour 302 matchs quand BeIN et Canal doivent payer… 332 millions d’euros pour 76 matchs. On comprend dès lors que la bataille juridique est loin d’être terminée : quatre procédures au total sont ainsi lancées par Canal et/ou BeIN contre la LFP dont une qui remontera jusqu’à la Commission européenne pour "distorsion concurrentielle".

Dans ce long feuilleton, les téléspectateurs fans de foot apparaissent comme les plus lésés. Beaucoup se sentent tantôt perdus dans une offre devenue illisible, tantôt comme des "vaches à lait" obligées de jongler entre plusieurs abonnements au final très onéreux pour suivre les matchs. 75 % des Français et 59 % des amateurs de football ne savaient d’ailleurs pas sur quelles chaînes de télévision les matchs seront retransmis, indiquait un sondage Odoxa paru jeudi. Et seuls 11 % des Français et 20 % des amateurs avaient un abonnement ou comptent en prendre un… En revanche, 22 % des premiers et 40 % des seconds assurent qu’ils contourneront leur absence d’abonnement en se débrouillant pour voir tout de même les matchs. Autrement dit, le grand gagnant de ce fiasco sera bien le piratage, passé de 1,5 million personnes par mois il y a trois ans à 4 millions l’an passé.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 7 août 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en