Accéder au contenu principal

Vivre avec

 masque

Ce sont de petits témoignages qui fleurissent sur les réseaux sociaux. Un jeune homme qui raconte qu’il "serre la main de [sa] copine pour retrouver la sensation". Un autre, nostalgique, qui regrette "les jours où on pouvait se serrer la main, la bonne époque…" Un troisième qui avoue continuer à "serrer la main de ses amis et de ses clients". Une autre qui fait la bise à ses collègues qu’elle n’avait pas vues depuis des semaines. Ou encore ce médecin qui s’est surpris à serrer la main de son patient, mécaniquement et à leur grande surprise… avant qu’ils ne partent vite se saisir de leur gel hydroalcoolique.

Ces témoignages, dont les sociologues feront sans doute leur miel, montrent combien il est difficile d’abandonner ces gestes jadis banals, ciment de notre vie sociale… et professionnelle. Et c’est bien désormais en entreprise que le respect des règles sanitaires – gestes barrière et distanciation sociale – semble poser problème. La force de l’habitude fait que les salariés, notamment dans les open spaces, tendent, en effet, à retrouver leur fonctionnement d’avant le confinement, entre discussions devant la machine à café et réunion où les participants sont bien trop proches et nombreux. À leur décharge certaines entreprises n’ont pas réaménagé suffisamment leurs locaux, se contentant de laisser leur DRH rappeler les règles sanitaires dans des courriels infantilisants qui finissent par se perdre…

Alors que l’épidémie semble gagner chaque jour en vigueur, laissant craindre la deuxième vague que pronostiquent certains experts, la situation a fait réagir le Premier ministre qui a clairement évoqué, mardi dans l’Hérault, la généralisation du port du masque sur le lieu de travail, plus seulement donc dans les lieux recevant du public. L’exécutif– qui a sans doute beaucoup à se faire reprocher dans sa communication sur les masques depuis le début de l’épidémie – marche toutefois sur des œufs. De la même façon qu’il délègue la responsabilité du port du masque en extérieur aux préfets et aux maires, il renvoie toute décision d’une généralisation du port du masque en entreprises aux partenaires sociaux. En juillet, il avait d’ailleurs estimé que les entreprises "doivent gérer au cas par cas, en fonction des situations". Mais ce cas par cas atteint vite ses limites lorsqu’il provoque des situations si disparates que les Français ne s’y retrouvent plus. À un moment, seul un cadre national peut apporter la cohérence et la lisibilité nécessaires.

En juillet, plusieurs médecins et l’Académie de médecine ont plaidé pour le port du masque sur le lieu de travail. "Le risque est grand de devoir payer un prix sanitaire, social et économique sans commune mesure avec la contrainte raisonnable que représentent ces nouvelles habitudes", estimait l’Académie, soulevant finalement la seule interrogation qui vaille : préfère-t-on revivre le confinement ou l’éviter en portant le masque ? Poser la question, c’est y répondre. Et aussi désagréable soit-il, il va nous falloir apprendre à vivre avec le masque.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 13 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …