Accéder au contenu principal

Vivre avec

 masque

Ce sont de petits témoignages qui fleurissent sur les réseaux sociaux. Un jeune homme qui raconte qu’il "serre la main de [sa] copine pour retrouver la sensation". Un autre, nostalgique, qui regrette "les jours où on pouvait se serrer la main, la bonne époque…" Un troisième qui avoue continuer à "serrer la main de ses amis et de ses clients". Une autre qui fait la bise à ses collègues qu’elle n’avait pas vues depuis des semaines. Ou encore ce médecin qui s’est surpris à serrer la main de son patient, mécaniquement et à leur grande surprise… avant qu’ils ne partent vite se saisir de leur gel hydroalcoolique.

Ces témoignages, dont les sociologues feront sans doute leur miel, montrent combien il est difficile d’abandonner ces gestes jadis banals, ciment de notre vie sociale… et professionnelle. Et c’est bien désormais en entreprise que le respect des règles sanitaires – gestes barrière et distanciation sociale – semble poser problème. La force de l’habitude fait que les salariés, notamment dans les open spaces, tendent, en effet, à retrouver leur fonctionnement d’avant le confinement, entre discussions devant la machine à café et réunion où les participants sont bien trop proches et nombreux. À leur décharge certaines entreprises n’ont pas réaménagé suffisamment leurs locaux, se contentant de laisser leur DRH rappeler les règles sanitaires dans des courriels infantilisants qui finissent par se perdre…

Alors que l’épidémie semble gagner chaque jour en vigueur, laissant craindre la deuxième vague que pronostiquent certains experts, la situation a fait réagir le Premier ministre qui a clairement évoqué, mardi dans l’Hérault, la généralisation du port du masque sur le lieu de travail, plus seulement donc dans les lieux recevant du public. L’exécutif– qui a sans doute beaucoup à se faire reprocher dans sa communication sur les masques depuis le début de l’épidémie – marche toutefois sur des œufs. De la même façon qu’il délègue la responsabilité du port du masque en extérieur aux préfets et aux maires, il renvoie toute décision d’une généralisation du port du masque en entreprises aux partenaires sociaux. En juillet, il avait d’ailleurs estimé que les entreprises "doivent gérer au cas par cas, en fonction des situations". Mais ce cas par cas atteint vite ses limites lorsqu’il provoque des situations si disparates que les Français ne s’y retrouvent plus. À un moment, seul un cadre national peut apporter la cohérence et la lisibilité nécessaires.

En juillet, plusieurs médecins et l’Académie de médecine ont plaidé pour le port du masque sur le lieu de travail. "Le risque est grand de devoir payer un prix sanitaire, social et économique sans commune mesure avec la contrainte raisonnable que représentent ces nouvelles habitudes", estimait l’Académie, soulevant finalement la seule interrogation qui vaille : préfère-t-on revivre le confinement ou l’éviter en portant le masque ? Poser la question, c’est y répondre. Et aussi désagréable soit-il, il va nous falloir apprendre à vivre avec le masque.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 13 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E