Accéder au contenu principal

La rentrée anormale

Blanquer


 La scène se passe le 26 avril dernier. Alors que l’épidémie du coronavirus sévit en Europe et que la France en est à sa 6e semaine de confinement, les réseaux sociaux s’emballent autour de photos venues de Chine, de Hangzhou précisément, la grande métropole du Zhejiang, habitée par plus de 10 millions de personnes. C’est un jour de rentrée scolaire après quatre mois de vacances forcées et on voit les écoliers arborer de drôles de chapeaux affublés de chaque côté de tiges d’un mètre : la solution trouvée par les autorités et les enseignants pour faire respecter aux enfants le mètre de distanciation physique. Dans une autre vidéo publiée le 14 mai, on voit les enfants entrer dans une école et suivre un parcours millimétré avec prise de température, lavage des chaussures, des habits et des mains sous la supervision d’un personnel très attentif. Ces scènes avaient fait sourire à l’époque. Aujourd’hui elles feraient presque rire jaune, particulièrement les parents d’élèves et les enseignants français qui s’apprêtent à reprendre le chemin de l’école pour une rentrée la plus compliquée qui soit et qui aimeraient sans doute des mesures aussi draconniennes qu’en Chine pour calmer leur inquiétude....

La publication en catimini, le 5 août, au cœur de l’été, d’un nouveau protocole sanitaire pour la rentrée qui a allégé les préconisations du précédent, notamment pour la distanciation sociale, n’a, en effet, pas été de nature à rassurer parents et enseignants, alors que les cas de contamination sont depuis repartis à la hausse. Les récents propos du président du Comité scientifique Covid-19, n’ont, eux aussi, pas été rassurants pour la communauté éducative. "Il y aura des enfants qui vont se contaminer et il y aura probablement quelques enseignants qui vont se contaminer. Eh bien on va le gérer", a sèchement – et très maladroitement – assuré le Pr Delfraissy, rajoutant qu’"il n’y a pas de risque zéro". Certes, mais à quelques jours de la rentrée, de tels propos sans filtre ne sont pas de nature à apaiser les enseignants comme les parents qui ont été nombreux à nous interroger. Quant à la question – légitime – de la gratuité des masques devenus obligatoires pour les élèves de plus de 11 ans, la fin de non-recevoir prise par l’exécutif – à l’encontre même de certains parlementaires de la majorité présidentielle – après le Conseil de défense de mardi , elle reste difficilement compréhensible quand plusieurs départements et régions, dont l’Occitanie, vont distribuer gratuitement des masques aux collégiens et lycéens.

La crise sanitaire est complexe, mouvante et l’exécutif doit sans cesse s’adapter. Mais au final, cette rentrée si importante pour la scolarité des élèves, qui aurait nécessité une préparation millimétrée, une communication au cordeau, en s’inspirant peut-être de ce qui s’est pratiqué à l’étranger, et sans doute de nouveaux moyens pour l’école, laisse l’impression brouillonne d’une impréparation. Hier le ministre de l’Education nationale a tenté de rassurer et les parents et les enseignants. Les jours qui viennent diront si les précisions apportées auront été suffisantes. "L’objectif est d’avoir une rentrée normale, et c’est notre scénario principal", assurait Jean-Michel Blanquer fin juillet. Mais cette rentrée sera bien tout sauf normale...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 27 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan