Accéder au contenu principal

Droits et devoirs

 

chien

"L’enfer n’existe pas pour les animaux, ils y sont déjà" disait Victor Hugo. Certes la phrase du grand homme a été prononcée au XIXe siècle, une époque où les animaux n’avaient aucun droit. Mais les choses ont-elles réellement changé ? Les images terribles diffusées régulièrement par l’association de défense des animaux L214 ne montrent-elles pas l’enfer que subissent des poules, des canards ou des cochons dans des élevages indignes ? Les images d’oiseaux pris dans la glu, de gibier massacrés lors de chasse à courre au nom de méthodes de chasse ancestrales n’attestent-elles pas de la cruauté envers les animaux ? Les trafics d’animaux, en France, en Europe comme partout dans le monde, qui perdurent en dépit des conventions internationales comme celle de Washington et le travail des douanes, ne montrent-ils pas l’ampleur du travail qui reste à faire ? Plus près de nous encore les animaux faméliques et malheureux dans des cirques ou certains parcs animaliers n’existent-ils pas ? Et que dire des abandons d’animaux chaque été ?

L’enfer pour les animaux est bien là et tous ces exemples montrent bien qu’il faut aller plus loin que la loi de 2015 qui a reconnu dans le droit qu’un animal est "un être vivant doué de sensibilité". Celle-ci était l’aboutissement de deux phénomènes. D’une part l’étude commencée dans les années 70 dans les universités des relations entre l’Homme et l’animal, qui ont débouché sur la notion d’éthique animale. Et d’autre part l’émergence de mouvements militants, parfois aux actions chocs voire illégales : spécisme, welfarisme (reconnaissance du ressenti de la souffrance par les animaux), abolitionnisme de toutes les formes d’exploitations animales, mais aussi le végétarisme ou le véganisme.

Aujourd’hui, il faut aller plus loin tout simplement parce que les Français y sont prêts. Le référendum d’initiative partagée (RIP) qui a réuni en quelques semaines près de 580 000 signataires propose six mesures fortes en faveur du bien-être animal. Différents sondages montrent que les Français sont de plus en plus sensibles à la condition animale. 95 % d’entre eux s’accordent à dire qu’un animal a des droits et une large majorité se dégage pour prendre des mesures importantes pour changer la donne.

La balle est désormais dans le champ politique. Des députés ont écrit plusieurs propositions de loi contre la maltraitance. Mais c’est bien un signal que l’on attend désormais du gouvernement, à la fois dans sa capacité à résister à tous les lobbys – et ils sont nombreux – partisans du statu quo, mais aussi aux demandes les plus radicales qui voudraient nier les progrès réalisés par de nombreuses filières agroalimentaires entachées par le comportement indigne de certains, ou réclamer une citoyenneté animale. Ce chemin de crête s’est élargi avec la mobilisation citoyenne. "Les devoirs que nous avons en fait envers les animaux sont des devoirs envers l’humanité car les animaux sont un analogon de l’humanité. Un homme cruel envers les animaux le sera aussi envers les hommes", disait le philosophe Emmanuel Kant. Donner plus de droits aux animaux est donc éminemment un projet permettant d’élever l’humanité.

(Editorial publié dans La Dépêche du  Midi du mercredi 26 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t