Accéder au contenu principal

Droits et devoirs

 

chien

"L’enfer n’existe pas pour les animaux, ils y sont déjà" disait Victor Hugo. Certes la phrase du grand homme a été prononcée au XIXe siècle, une époque où les animaux n’avaient aucun droit. Mais les choses ont-elles réellement changé ? Les images terribles diffusées régulièrement par l’association de défense des animaux L214 ne montrent-elles pas l’enfer que subissent des poules, des canards ou des cochons dans des élevages indignes ? Les images d’oiseaux pris dans la glu, de gibier massacrés lors de chasse à courre au nom de méthodes de chasse ancestrales n’attestent-elles pas de la cruauté envers les animaux ? Les trafics d’animaux, en France, en Europe comme partout dans le monde, qui perdurent en dépit des conventions internationales comme celle de Washington et le travail des douanes, ne montrent-ils pas l’ampleur du travail qui reste à faire ? Plus près de nous encore les animaux faméliques et malheureux dans des cirques ou certains parcs animaliers n’existent-ils pas ? Et que dire des abandons d’animaux chaque été ?

L’enfer pour les animaux est bien là et tous ces exemples montrent bien qu’il faut aller plus loin que la loi de 2015 qui a reconnu dans le droit qu’un animal est "un être vivant doué de sensibilité". Celle-ci était l’aboutissement de deux phénomènes. D’une part l’étude commencée dans les années 70 dans les universités des relations entre l’Homme et l’animal, qui ont débouché sur la notion d’éthique animale. Et d’autre part l’émergence de mouvements militants, parfois aux actions chocs voire illégales : spécisme, welfarisme (reconnaissance du ressenti de la souffrance par les animaux), abolitionnisme de toutes les formes d’exploitations animales, mais aussi le végétarisme ou le véganisme.

Aujourd’hui, il faut aller plus loin tout simplement parce que les Français y sont prêts. Le référendum d’initiative partagée (RIP) qui a réuni en quelques semaines près de 580 000 signataires propose six mesures fortes en faveur du bien-être animal. Différents sondages montrent que les Français sont de plus en plus sensibles à la condition animale. 95 % d’entre eux s’accordent à dire qu’un animal a des droits et une large majorité se dégage pour prendre des mesures importantes pour changer la donne.

La balle est désormais dans le champ politique. Des députés ont écrit plusieurs propositions de loi contre la maltraitance. Mais c’est bien un signal que l’on attend désormais du gouvernement, à la fois dans sa capacité à résister à tous les lobbys – et ils sont nombreux – partisans du statu quo, mais aussi aux demandes les plus radicales qui voudraient nier les progrès réalisés par de nombreuses filières agroalimentaires entachées par le comportement indigne de certains, ou réclamer une citoyenneté animale. Ce chemin de crête s’est élargi avec la mobilisation citoyenne. "Les devoirs que nous avons en fait envers les animaux sont des devoirs envers l’humanité car les animaux sont un analogon de l’humanité. Un homme cruel envers les animaux le sera aussi envers les hommes", disait le philosophe Emmanuel Kant. Donner plus de droits aux animaux est donc éminemment un projet permettant d’élever l’humanité.

(Editorial publié dans La Dépêche du  Midi du mercredi 26 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en