Accéder au contenu principal

Génération Covid

 masque enfant

La rentrée scolaire 2020 qui se prépare dès à présent relève à la fois du pari et du casse-tête. Pari parce que la crise sanitaire est loin d’être derrière nous. Pire, après des signaux inquiétants de hausse des contaminations au coronavirus ces dernières semaines, l’épidémie pourrait s’intensifier pour constituer à l’automne cette deuxième vague que prédisent de nombreux experts. Une situation de circulation "très active" du virus que tout le monde redoute de vivre et qui constitue l’un des trois scénarios de rentrée – le pire – élaborés par le ministère de l’Education nationale. L’objectif d’une rentrée à même d’accueillir tous les élèves est donc bien un pari politique, de même nature que celui qu’avait pris Emmanuel Macron en décidant – contre l’avis de certains experts – la réouverture des écoles le 11 mai dernier après un éprouvant confinement.

Cette rentrée inédite sous Covid-19 constitue aussi un casse-tête organisationnel et pédagogique pour tous les acteurs de la communauté éducative. Dans quelles dispositions seront les élèves, ces jeunes dont les enquêtes montrent qu’ils ont particulièrement souffert du confinement ? Les élèves décrocheurs – 500 000 jeunes tout de même – parviendront-ils à se remettre à niveau ? Les enseignants doivent-ils anticiper et se préparer à nouveau à faire classe à distance comme ils ont su le faire avec un professionnalisme qui force l’admiration pendant près de deux mois ?

De leur côté, les collectivités locales, communes, départements et régions, respectivement responsables des écoles, collèges et lycées, s’activent pour s’adapter à un protocole sanitaire qui a été allégé le 5 août dernier, rendant le port du masque obligatoire pour les élèves de plus de 11 ans, actant la fin de la distanciation physique dans les cours de récréation voire dans les espaces clos. Des mesures conformes aux recommandations du Haut Conseil de la santé publique.

"L’objectif prioritaire de cette rentrée est d’établir un cadre serein propice aux apprentissages et à la reprise de la vie collective", vient d’écrire Jean-Michel Blanquer dans sa circulaire de rentrée 2020, qui salue "la mobilisation de l’ensemble des personnels de l’Education nationale" qui a permis à la France d’avoir "l’un des plus faibles taux de décrocheurs en Europe, un enseignement à distance salué par les parents et l’un des déconfinements scolaires les plus volontaristes".

Si cette rentrée 2020, complexe à mettre en œuvre, est un pari et un casse-tête, elle est aussi capitale pour tous ces élèves qui constituent une véritable génération Covid. Plus que leurs prédécesseurs, ils doivent recueillir toute l’attention de l’école de la République, lieu de l’apprentissage, de la découverte, de la transmission des savoirs, mais lieu aussi où se forgent le libre arbitre et la citoyenneté.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 17 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …