Accéder au contenu principal

Ecoutons les malades

 malader


Alors que l’Europe s’alarme d’un rebond de l’épidémie du coronavirus avec une forte hausse des cas en Allemagne, une progression inédite en France depuis mai, ou encore une nouvelle vague en Espagne, l’heure n’est pas au relâchement dans les règles sanitaires, ces gestes barrière et cette distanciation physique que nous apprivoisons depuis six mois au moins. Le virus est toujours là et la maladie Covid-19 continue à faire des ravages, provoquant ici le décès de personnes âgées, là l’épuisement de malades qui souffrent et pour certains mettent beaucoup de temps à retrouver un état normal. Face à ce virus qui n’a pas livré tous ces mystères aux scientifiques, face à cette pandémie qui, faute de traitement efficace et de vaccin, met sous tension notre système hospitalier, nous nous devons d’entendre le vécu, la parole des malades.

Car depuis le début de l’épidémie, ils n’ont pas souvent été au centre de l’attention, comme si l’on voulait cacher la réalité de leur souffrance, les mettre à l’écart de nos pensées.

Au premier rang des acteurs qui ont occupé le devant de la scène, on a vu le président de la République, les membres du gouvernement, Premier ministre et ministre de la Santé en tête. On a vu aussi les fonctionnaires de la Santé dont le directeur général, le Pr Jérôme Salomon, est devenu une figure connue des Français. On a vu aussi une kyrielle d’experts sur les plateaux des chaînes d’information en continu s’exprimer souvent de façon très contradictoire et parfois jusqu’à la prise de becs. Chefs de service de grands hôpitaux parisiens en fonction ou retraités, infectiologues français ou étrangers, virologues, spécialistes des politiques de santé publique, sas oublier les toutologues en tous genres, se sont démultipliés jusque devant leur webcam à domicile.

On a vu, enfin, sur les réseaux sociaux, tous les complotistes se jeter sur le coronavirus pour échafauder des théories plus fumeuses les unes que les autres, douter de tout et accuser tout le monde, relayer des fake news et propager leur colère, par exemple pour réclamer à hauts cris des masques quand il n’y en avait pas et désormais hurler contre l’obligation d’en porter maintenant que ceux-ci disponible en quantité...

Dans ce tourbillon informationnel, la parole des malades de la Covid, les témoignages des personnes contaminées par le coronavirus, comme ceux que nous publions aujourd’hui, apparaissent dès lors d’autant plus importants. Leur sincérité et leur force nous placent tous devant nos responsabilités et nous rappellent que derrière les chiffres des cas positifs, des hospitalisations, des personnes en réanimation et des décès, égrenés depuis six mois, il y a des vies, des combats, des souffrances qui pourraient être les nôtres. Tout faire pour les éviter est donc, plus que jamais, à la fois un devoir collectif et une responsabilité civique individuelle.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 24 août 2020)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan