Accéder au contenu principal

Ecoutons les malades

 malader


Alors que l’Europe s’alarme d’un rebond de l’épidémie du coronavirus avec une forte hausse des cas en Allemagne, une progression inédite en France depuis mai, ou encore une nouvelle vague en Espagne, l’heure n’est pas au relâchement dans les règles sanitaires, ces gestes barrière et cette distanciation physique que nous apprivoisons depuis six mois au moins. Le virus est toujours là et la maladie Covid-19 continue à faire des ravages, provoquant ici le décès de personnes âgées, là l’épuisement de malades qui souffrent et pour certains mettent beaucoup de temps à retrouver un état normal. Face à ce virus qui n’a pas livré tous ces mystères aux scientifiques, face à cette pandémie qui, faute de traitement efficace et de vaccin, met sous tension notre système hospitalier, nous nous devons d’entendre le vécu, la parole des malades.

Car depuis le début de l’épidémie, ils n’ont pas souvent été au centre de l’attention, comme si l’on voulait cacher la réalité de leur souffrance, les mettre à l’écart de nos pensées.

Au premier rang des acteurs qui ont occupé le devant de la scène, on a vu le président de la République, les membres du gouvernement, Premier ministre et ministre de la Santé en tête. On a vu aussi les fonctionnaires de la Santé dont le directeur général, le Pr Jérôme Salomon, est devenu une figure connue des Français. On a vu aussi une kyrielle d’experts sur les plateaux des chaînes d’information en continu s’exprimer souvent de façon très contradictoire et parfois jusqu’à la prise de becs. Chefs de service de grands hôpitaux parisiens en fonction ou retraités, infectiologues français ou étrangers, virologues, spécialistes des politiques de santé publique, sas oublier les toutologues en tous genres, se sont démultipliés jusque devant leur webcam à domicile.

On a vu, enfin, sur les réseaux sociaux, tous les complotistes se jeter sur le coronavirus pour échafauder des théories plus fumeuses les unes que les autres, douter de tout et accuser tout le monde, relayer des fake news et propager leur colère, par exemple pour réclamer à hauts cris des masques quand il n’y en avait pas et désormais hurler contre l’obligation d’en porter maintenant que ceux-ci disponible en quantité...

Dans ce tourbillon informationnel, la parole des malades de la Covid, les témoignages des personnes contaminées par le coronavirus, comme ceux que nous publions aujourd’hui, apparaissent dès lors d’autant plus importants. Leur sincérité et leur force nous placent tous devant nos responsabilités et nous rappellent que derrière les chiffres des cas positifs, des hospitalisations, des personnes en réanimation et des décès, égrenés depuis six mois, il y a des vies, des combats, des souffrances qui pourraient être les nôtres. Tout faire pour les éviter est donc, plus que jamais, à la fois un devoir collectif et une responsabilité civique individuelle.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 24 août 2020)


Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …