Accéder au contenu principal

L'ordre répubicain

 

gendarmes

En rendant hommage à Eric Monroy, ce policier décédé en pleine intervention dans la nuit du 5 au 6 août après avoir été percuté par un automobiliste qui tentait de prendre la fuite, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a déclaré : "Refuser l’autorité, voilà le mal de la société". On se gardera bien de faire, comme le ministre, une généralisation aussi simpliste et large que colorée politiquement, ne serait-ce que parce qu’il y a bien d’autres maux dont souffre la société française, notamment concernant sa situation économique, sa situation sociale, les discriminations ou la précarité qui la minent, etc. En revanche, là où le ministre à raison, c’est que l’on assiste depuis quelques années à une inquiétante multiplication des incidents lors de contrôles, et notamment de contrôles routiers, qu’ils soient effectués par des gendarmes ou des policiers. Des refus d’obtempérer qui vont des insultes au délit de fuite et conduisent parfois à des drames, blessant ou tuant les membres des forces de l’ordre.

Selon une note de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) datant de novembre 2019, 25 policiers et gendarmes ont été tués durant l’exercice de leurs fonctions (contre 15 en 2017), dont 13 (4 policiers et 9 gendarmes) en mission. N’y aurait-il qu’un homme ou une femme portant l’uniforme décédé dans ces situations que ce serait déjà une mort de trop. Ce refus de l’autorité, de toute autorité institutionnelle, se constate aussi auprès des élus et notamment des maires. Depuis début 2020, 233 maires ou adjoints ont été agressés. Un phénomène qui s’aggrave et qui a conduit le sénateur LR Philippe Bas à demander au Premier ministre Jean Castex un "plan pour la sécurité" des élus. Dans un cas comme dans l’autre, les gendarmes et les policiers d’un côté, les élus locaux de l’autre, qui sont en première ligne sur le terrain face à une multitude et une diversité de problèmes à régler, n’attendent plus des mots ni des hommages mais bien des actes.

Les forces de l’ordre ont besoin de moyens, et notamment de moyens humains pour être davantage sur le terrain et retisser le lien de confiance avec la population ; un lien qui était si solide après les attentats de 2015 et qui s’est délité depuis, notamment lors des opérations de maintien de l’ordre des manifestations de Gilets jaunes, qui ont donné lieu à des violences policières. Les élus, dont les prérogatives sont grignotées année après année par les autres strates de notre millefeuille administratif, demandent eux aussi des moyens pour assurer sereinement leur mission au service de l’intérêt général.

Dans les deux cas, c’est bien l’ordre républicain qu’il convient de restaurer. Un travail aussi indispensable que difficile qui ne saurait souffrir des formules à l’emporte-pièce qui fleurissent sur les réseaux sociaux ou dans la bouche de certains responsables politiques. Il faut évidemment dénoncer toutes ces agressions qui abîment la République, mais il faut aussi apporter des réponses globales, sociétales, qui ne peuvent se cantonner au seul aspect sécuritaire du problème.

Car pour reprendre la formule de Jean Jaurès, "le progrès est la condition de l’ordre".

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 22 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l