Accéder au contenu principal

Le style et la méthode

 

Castex


En se rendant hier en Haute-Garonne pour parler "été apprenant" et éducation, à deux semaines d’une rentrée scolaire qui s’organise sous la menace du coronavirus, Jean Castex ajoute une nouvelle étape à un véritable tour de France entamé tambour battant dès sa nomination surprise à Matignon, le 3 juillet dernier. C’est peu dire que le Premier ministre a mouillé la chemise cet été, multipliant les déplacements, seul ou accompagné de ses ministres, s’exprimant sur tous les thèmes – du coronavirus à la sécurité – et sur tous les terrains – de la Guyane à Nice, de Dijon à Nantes, de l’Hérault à la Haute-Garonne. Occupant – pour ne pas dire monopolisant – la scène médiatique continuellement, il s’est appliqué finalement ce qu’il avait demandé à ses ministres lors du séminaire gouvernemental le 11 juillet : aller sur le terrain, dans les "territoires."

Les Français ne connaissaient pas Jean Castex, ils auront appris cet été à entr’apercevoir l’homme derrière l’énarque, bien connu d’une haute administration dont les rouages n’ont plus guère de secrets pour lui. Si cette multiplicité de déplacements n’a pas fait oublier son prédécesseur Edouard Philippe – qui caracole en tête des personnalités politiques préférées des Français – elle a en tout cas permis à l’hôte de Matignon d’imprimer son style. Moins sec et plus en rondeur, avec un langage moins technocratique et plus compréhensible, moins rigide et plus ouvert au dialogue, et avec cet accent – moqué au début par le microcosme parisien, mais qui se révèle jour après jour être un atout – Jean Castex s’attache à montrer qu’il n’est pas que le "collaborateur" du président de la République que certains ont cru voir en lui au moment de sa nomination. 

Déplacement après déplacement, il apparaît comme complémentaire du chef de l’Etat, non pas seulement au niveau institutionnel, mais bien sur des aspects de personnalité, d’expérience, de tempérament qui font défaut à Emmanuel Macron. Jean Castex, qui fait penser à Pompidou, se veut l’incarnation pateline du "bon sens près de chez vous" pour reprendre un slogan qui a fait florès, sans cesse louant les "territoires" et, mezza voce, la "France d’en bas" invoquée il y a bientôt vingt ans par Jean-Pierre Raffarin.

Cette "méthode Castex" sera-t-elle suffisante pour redresser un quinquennat bousculé dans ses certitudes réformistes par le coronavirus et contraint de se réinventer en pensant contre lui ? Permettra-t-elle en quelque 600 jours de renouer le dialogue avec les partenaires sociaux, les élus locaux et finalement les Français – toujours adeptes de dégagisme – jusqu’à la présidentielle de 2022 ?

Rien n’est moins sûr. Cet été, Jean Castex a parcouru la France, souvent loin de Paris, comme une mise en jambes. Car la rentrée sera celle des dossiers et des décisions difficiles, sur la relance économique, sur la gestion sanitaire du coronavirus et sur une myriade de sujets sensibles, le tout sur fond d’élections sénatoriales et régionales qui vont arriver à grand pas. Pour Jean Castex, ce sera l’épreuve du feu, celle que ces prédécesseurs ont souvent appelé l’enfer de Matignon.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 19 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio