Accéder au contenu principal

Le style et la méthode

 

Castex


En se rendant hier en Haute-Garonne pour parler "été apprenant" et éducation, à deux semaines d’une rentrée scolaire qui s’organise sous la menace du coronavirus, Jean Castex ajoute une nouvelle étape à un véritable tour de France entamé tambour battant dès sa nomination surprise à Matignon, le 3 juillet dernier. C’est peu dire que le Premier ministre a mouillé la chemise cet été, multipliant les déplacements, seul ou accompagné de ses ministres, s’exprimant sur tous les thèmes – du coronavirus à la sécurité – et sur tous les terrains – de la Guyane à Nice, de Dijon à Nantes, de l’Hérault à la Haute-Garonne. Occupant – pour ne pas dire monopolisant – la scène médiatique continuellement, il s’est appliqué finalement ce qu’il avait demandé à ses ministres lors du séminaire gouvernemental le 11 juillet : aller sur le terrain, dans les "territoires."

Les Français ne connaissaient pas Jean Castex, ils auront appris cet été à entr’apercevoir l’homme derrière l’énarque, bien connu d’une haute administration dont les rouages n’ont plus guère de secrets pour lui. Si cette multiplicité de déplacements n’a pas fait oublier son prédécesseur Edouard Philippe – qui caracole en tête des personnalités politiques préférées des Français – elle a en tout cas permis à l’hôte de Matignon d’imprimer son style. Moins sec et plus en rondeur, avec un langage moins technocratique et plus compréhensible, moins rigide et plus ouvert au dialogue, et avec cet accent – moqué au début par le microcosme parisien, mais qui se révèle jour après jour être un atout – Jean Castex s’attache à montrer qu’il n’est pas que le "collaborateur" du président de la République que certains ont cru voir en lui au moment de sa nomination. 

Déplacement après déplacement, il apparaît comme complémentaire du chef de l’Etat, non pas seulement au niveau institutionnel, mais bien sur des aspects de personnalité, d’expérience, de tempérament qui font défaut à Emmanuel Macron. Jean Castex, qui fait penser à Pompidou, se veut l’incarnation pateline du "bon sens près de chez vous" pour reprendre un slogan qui a fait florès, sans cesse louant les "territoires" et, mezza voce, la "France d’en bas" invoquée il y a bientôt vingt ans par Jean-Pierre Raffarin.

Cette "méthode Castex" sera-t-elle suffisante pour redresser un quinquennat bousculé dans ses certitudes réformistes par le coronavirus et contraint de se réinventer en pensant contre lui ? Permettra-t-elle en quelque 600 jours de renouer le dialogue avec les partenaires sociaux, les élus locaux et finalement les Français – toujours adeptes de dégagisme – jusqu’à la présidentielle de 2022 ?

Rien n’est moins sûr. Cet été, Jean Castex a parcouru la France, souvent loin de Paris, comme une mise en jambes. Car la rentrée sera celle des dossiers et des décisions difficiles, sur la relance économique, sur la gestion sanitaire du coronavirus et sur une myriade de sujets sensibles, le tout sur fond d’élections sénatoriales et régionales qui vont arriver à grand pas. Pour Jean Castex, ce sera l’épreuve du feu, celle que ces prédécesseurs ont souvent appelé l’enfer de Matignon.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 19 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…