Accéder au contenu principal

Le style et la méthode

 

Castex


En se rendant hier en Haute-Garonne pour parler "été apprenant" et éducation, à deux semaines d’une rentrée scolaire qui s’organise sous la menace du coronavirus, Jean Castex ajoute une nouvelle étape à un véritable tour de France entamé tambour battant dès sa nomination surprise à Matignon, le 3 juillet dernier. C’est peu dire que le Premier ministre a mouillé la chemise cet été, multipliant les déplacements, seul ou accompagné de ses ministres, s’exprimant sur tous les thèmes – du coronavirus à la sécurité – et sur tous les terrains – de la Guyane à Nice, de Dijon à Nantes, de l’Hérault à la Haute-Garonne. Occupant – pour ne pas dire monopolisant – la scène médiatique continuellement, il s’est appliqué finalement ce qu’il avait demandé à ses ministres lors du séminaire gouvernemental le 11 juillet : aller sur le terrain, dans les "territoires."

Les Français ne connaissaient pas Jean Castex, ils auront appris cet été à entr’apercevoir l’homme derrière l’énarque, bien connu d’une haute administration dont les rouages n’ont plus guère de secrets pour lui. Si cette multiplicité de déplacements n’a pas fait oublier son prédécesseur Edouard Philippe – qui caracole en tête des personnalités politiques préférées des Français – elle a en tout cas permis à l’hôte de Matignon d’imprimer son style. Moins sec et plus en rondeur, avec un langage moins technocratique et plus compréhensible, moins rigide et plus ouvert au dialogue, et avec cet accent – moqué au début par le microcosme parisien, mais qui se révèle jour après jour être un atout – Jean Castex s’attache à montrer qu’il n’est pas que le "collaborateur" du président de la République que certains ont cru voir en lui au moment de sa nomination. 

Déplacement après déplacement, il apparaît comme complémentaire du chef de l’Etat, non pas seulement au niveau institutionnel, mais bien sur des aspects de personnalité, d’expérience, de tempérament qui font défaut à Emmanuel Macron. Jean Castex, qui fait penser à Pompidou, se veut l’incarnation pateline du "bon sens près de chez vous" pour reprendre un slogan qui a fait florès, sans cesse louant les "territoires" et, mezza voce, la "France d’en bas" invoquée il y a bientôt vingt ans par Jean-Pierre Raffarin.

Cette "méthode Castex" sera-t-elle suffisante pour redresser un quinquennat bousculé dans ses certitudes réformistes par le coronavirus et contraint de se réinventer en pensant contre lui ? Permettra-t-elle en quelque 600 jours de renouer le dialogue avec les partenaires sociaux, les élus locaux et finalement les Français – toujours adeptes de dégagisme – jusqu’à la présidentielle de 2022 ?

Rien n’est moins sûr. Cet été, Jean Castex a parcouru la France, souvent loin de Paris, comme une mise en jambes. Car la rentrée sera celle des dossiers et des décisions difficiles, sur la relance économique, sur la gestion sanitaire du coronavirus et sur une myriade de sujets sensibles, le tout sur fond d’élections sénatoriales et régionales qui vont arriver à grand pas. Pour Jean Castex, ce sera l’épreuve du feu, celle que ces prédécesseurs ont souvent appelé l’enfer de Matignon.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 19 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan