Accéder au contenu principal

Talon d'Achille

 

police

Ils n’ont évidemment aucun lien entre eux et leur concomitance relève du hasard, mais en pleine crise du coronavirus, angoissante par essence, l’accumulation de faits divers, parfois violents, qui ont eu lieu ces dernières semaines ajoute au sentiment d’insécurité des Français. Selon le dernier baromètre Odoxa-Fiducial paru fin juillet, 68 % d’entre eux disent ne pas se sentir en sécurité. Avec cette hausse de 10 points en six mois, jamais ce sentiment n’avait connu une telle augmentation en un semestre, même au moment des différents attentats perpétrés en 2015 et 2016. Autant dire que ce sujet s’invite dans une rentrée déjà passablement compliquée pour l’exécutif, entre crise sanitaire et relance économique. Un sujet d’autant plus épineux qu’il constitue le talon d’Achille d’Emmanuel Macron, le point faible du quinquennat. Lors de la campagne présidentielle de 2016, le candidat Macron avait – déjà – été attaqué, notamment par la droite, sur son manque d’intérêt pour les questions régaliennes et de sécurité. Quatre ans plus tard, les mêmes attaques resurgissent sur le supposé laxisme de l’exécutif. De la part de l’extrême droite, sans surprise, mais aussi de la droite, dont la sécurité reste le seul thème lui permettant de se différencier des Macronistes. Xavier Bertrand, le président de la Région Hauts de France, a évoqué jeudi un "été Orange mécanique", faisant référence au film de Stanley Kubrick sur l’ultraviolence, et a pointé une faillite du quinquennat, Valérie Pécresse parlant, elle, des "nouveaux barbares…"

Depuis mai 2017, faute de disposer d’une vision claire sur la sécurité et d’une personnalité politique de poids pour l’incarner, à l’instar d’un Joxe, d’un Pasqua ou d’un Valls, le chef de l’Etat a sans cesse essuyé des déconvenues avec les locataires de la place Beauvau. Gérard Collomb, le fidèle d’entre les fidèles, n’a pas su nouer des liens de confiance avec policiers et gendarmes et a plusieurs fois divisé la majorité présidentielle notamment sur la loi asile et immigration. Il démissionnera du ministère après 16 mois sur un bilan très contesté, marqué par l’affaire Benalla. Son successeur Christophe Castaner accumulera les gaffes et, surtout, peinera à établir un cadre pour que les forces de l’ordre contiennent les débordements des Gilets jaunes. Le résultat est catastrophique avec des affrontements urbains inédits et surtout les images terribles de manifestants blessés, éborgnés pour certains. Des violences policières qui feront l’objet d’un déni de l’exécutif.

Avec Gérald Darmanin, Emmanuel Macron tient-il l’homme de la situation ? Venu des Républicains, l’ambitieux ministre – qui fait l’objet d’une enquête pour viol par ceux-là même qu’il dirige – met ses pas dans celui d’un de ses prédécesseurs et mentor, Nicolas Sarkozy. Même activisme, même soif de terrain et de déclarations chocs empruntant parfois les mots de l’extrême droite, un compte Twitter en plus. Mais cette omniprésence médiatique qui confine au "matamorisme" – le mot est de Jean Castex – ne saurait suffire quand les Français demandent tout simplement des résultats.

À moins de 600 jours de la présidentielle de 2022 dont la sécurité sera l’un des thèmes, Emmanuel Macron est comme au pied du mur pour (re) définir une doctrine : apporter les moyens et la considération nécessaires aux forces de l’ordre, et aux citoyens les garanties d’une police républicaine à leur service. L’occasion pour le chef de l’Etat de se rappeler le mot de Pierre Mauroy pour ne pas tomber dans la surenchère sécuritaire : "La droite dit : la première liberté, c’est la sécurité. Nous disons au contraire : la première sécurité, c’est la liberté."

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 31 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à