Accéder au contenu principal

Talon d'Achille

 

police

Ils n’ont évidemment aucun lien entre eux et leur concomitance relève du hasard, mais en pleine crise du coronavirus, angoissante par essence, l’accumulation de faits divers, parfois violents, qui ont eu lieu ces dernières semaines ajoute au sentiment d’insécurité des Français. Selon le dernier baromètre Odoxa-Fiducial paru fin juillet, 68 % d’entre eux disent ne pas se sentir en sécurité. Avec cette hausse de 10 points en six mois, jamais ce sentiment n’avait connu une telle augmentation en un semestre, même au moment des différents attentats perpétrés en 2015 et 2016. Autant dire que ce sujet s’invite dans une rentrée déjà passablement compliquée pour l’exécutif, entre crise sanitaire et relance économique. Un sujet d’autant plus épineux qu’il constitue le talon d’Achille d’Emmanuel Macron, le point faible du quinquennat. Lors de la campagne présidentielle de 2016, le candidat Macron avait – déjà – été attaqué, notamment par la droite, sur son manque d’intérêt pour les questions régaliennes et de sécurité. Quatre ans plus tard, les mêmes attaques resurgissent sur le supposé laxisme de l’exécutif. De la part de l’extrême droite, sans surprise, mais aussi de la droite, dont la sécurité reste le seul thème lui permettant de se différencier des Macronistes. Xavier Bertrand, le président de la Région Hauts de France, a évoqué jeudi un "été Orange mécanique", faisant référence au film de Stanley Kubrick sur l’ultraviolence, et a pointé une faillite du quinquennat, Valérie Pécresse parlant, elle, des "nouveaux barbares…"

Depuis mai 2017, faute de disposer d’une vision claire sur la sécurité et d’une personnalité politique de poids pour l’incarner, à l’instar d’un Joxe, d’un Pasqua ou d’un Valls, le chef de l’Etat a sans cesse essuyé des déconvenues avec les locataires de la place Beauvau. Gérard Collomb, le fidèle d’entre les fidèles, n’a pas su nouer des liens de confiance avec policiers et gendarmes et a plusieurs fois divisé la majorité présidentielle notamment sur la loi asile et immigration. Il démissionnera du ministère après 16 mois sur un bilan très contesté, marqué par l’affaire Benalla. Son successeur Christophe Castaner accumulera les gaffes et, surtout, peinera à établir un cadre pour que les forces de l’ordre contiennent les débordements des Gilets jaunes. Le résultat est catastrophique avec des affrontements urbains inédits et surtout les images terribles de manifestants blessés, éborgnés pour certains. Des violences policières qui feront l’objet d’un déni de l’exécutif.

Avec Gérald Darmanin, Emmanuel Macron tient-il l’homme de la situation ? Venu des Républicains, l’ambitieux ministre – qui fait l’objet d’une enquête pour viol par ceux-là même qu’il dirige – met ses pas dans celui d’un de ses prédécesseurs et mentor, Nicolas Sarkozy. Même activisme, même soif de terrain et de déclarations chocs empruntant parfois les mots de l’extrême droite, un compte Twitter en plus. Mais cette omniprésence médiatique qui confine au "matamorisme" – le mot est de Jean Castex – ne saurait suffire quand les Français demandent tout simplement des résultats.

À moins de 600 jours de la présidentielle de 2022 dont la sécurité sera l’un des thèmes, Emmanuel Macron est comme au pied du mur pour (re) définir une doctrine : apporter les moyens et la considération nécessaires aux forces de l’ordre, et aux citoyens les garanties d’une police républicaine à leur service. L’occasion pour le chef de l’Etat de se rappeler le mot de Pierre Mauroy pour ne pas tomber dans la surenchère sécuritaire : "La droite dit : la première liberté, c’est la sécurité. Nous disons au contraire : la première sécurité, c’est la liberté."

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 31 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en