Accéder au contenu principal

Talon d'Achille

 

police

Ils n’ont évidemment aucun lien entre eux et leur concomitance relève du hasard, mais en pleine crise du coronavirus, angoissante par essence, l’accumulation de faits divers, parfois violents, qui ont eu lieu ces dernières semaines ajoute au sentiment d’insécurité des Français. Selon le dernier baromètre Odoxa-Fiducial paru fin juillet, 68 % d’entre eux disent ne pas se sentir en sécurité. Avec cette hausse de 10 points en six mois, jamais ce sentiment n’avait connu une telle augmentation en un semestre, même au moment des différents attentats perpétrés en 2015 et 2016. Autant dire que ce sujet s’invite dans une rentrée déjà passablement compliquée pour l’exécutif, entre crise sanitaire et relance économique. Un sujet d’autant plus épineux qu’il constitue le talon d’Achille d’Emmanuel Macron, le point faible du quinquennat. Lors de la campagne présidentielle de 2016, le candidat Macron avait – déjà – été attaqué, notamment par la droite, sur son manque d’intérêt pour les questions régaliennes et de sécurité. Quatre ans plus tard, les mêmes attaques resurgissent sur le supposé laxisme de l’exécutif. De la part de l’extrême droite, sans surprise, mais aussi de la droite, dont la sécurité reste le seul thème lui permettant de se différencier des Macronistes. Xavier Bertrand, le président de la Région Hauts de France, a évoqué jeudi un "été Orange mécanique", faisant référence au film de Stanley Kubrick sur l’ultraviolence, et a pointé une faillite du quinquennat, Valérie Pécresse parlant, elle, des "nouveaux barbares…"

Depuis mai 2017, faute de disposer d’une vision claire sur la sécurité et d’une personnalité politique de poids pour l’incarner, à l’instar d’un Joxe, d’un Pasqua ou d’un Valls, le chef de l’Etat a sans cesse essuyé des déconvenues avec les locataires de la place Beauvau. Gérard Collomb, le fidèle d’entre les fidèles, n’a pas su nouer des liens de confiance avec policiers et gendarmes et a plusieurs fois divisé la majorité présidentielle notamment sur la loi asile et immigration. Il démissionnera du ministère après 16 mois sur un bilan très contesté, marqué par l’affaire Benalla. Son successeur Christophe Castaner accumulera les gaffes et, surtout, peinera à établir un cadre pour que les forces de l’ordre contiennent les débordements des Gilets jaunes. Le résultat est catastrophique avec des affrontements urbains inédits et surtout les images terribles de manifestants blessés, éborgnés pour certains. Des violences policières qui feront l’objet d’un déni de l’exécutif.

Avec Gérald Darmanin, Emmanuel Macron tient-il l’homme de la situation ? Venu des Républicains, l’ambitieux ministre – qui fait l’objet d’une enquête pour viol par ceux-là même qu’il dirige – met ses pas dans celui d’un de ses prédécesseurs et mentor, Nicolas Sarkozy. Même activisme, même soif de terrain et de déclarations chocs empruntant parfois les mots de l’extrême droite, un compte Twitter en plus. Mais cette omniprésence médiatique qui confine au "matamorisme" – le mot est de Jean Castex – ne saurait suffire quand les Français demandent tout simplement des résultats.

À moins de 600 jours de la présidentielle de 2022 dont la sécurité sera l’un des thèmes, Emmanuel Macron est comme au pied du mur pour (re) définir une doctrine : apporter les moyens et la considération nécessaires aux forces de l’ordre, et aux citoyens les garanties d’une police républicaine à leur service. L’occasion pour le chef de l’Etat de se rappeler le mot de Pierre Mauroy pour ne pas tomber dans la surenchère sécuritaire : "La droite dit : la première liberté, c’est la sécurité. Nous disons au contraire : la première sécurité, c’est la liberté."

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 31 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …