Accéder au contenu principal

Haut les masques

 

masque


Depuis le début de l’épidémie de coronavirus en France, le masque apparaît pour le gouvernement comme le sparadrap du capitaine Haddock. Impossible pour l’exécutif de se débarrasser de cet épineux sujet pour passer à autre chose : de polémique en polémique, le masque empoisonne la vie du gouvernement, celui d’Edouard Philippe hier, celui de Jean Castex aujourd’hui. Sans doute est-ce là la conséquence d’un "péché originel", celui qui consista en un mensonge de communication – un mensonge d’Etat assurent les oppositions – : affirmer mordicus que le masque ne servait à rien pour le grand public… pour cacher en réalité une pénurie due à l’absence de renouvellement des stocks. Depuis, le gouvernement a heureusement opéré un virage à 180 degrés et admis que le masque était bien, avec le respect des gestes barrière et la distanciation physique, la seule arme dont nous disposions pour lutter efficacement contre la propagation du coronavirus, faute de traitement efficace et d’un vaccin.

Mais si le gouvernement suit les avis des experts – Organisation mondiale de la Santé, Académie de médecine, Haute autorité de Santé ou Comité Covid-19 – quant aux préconisations du port obligatoire du masque, c’est souvent avec retard et de façon très disparate. Jean Castex, chantre des "territoires" et du règlement des problèmes au plus près du terrain, a fait du cas par cas l’alpha et l’oméga de sa politique sur les masques. La méthode sera sans doute efficace sur d’autres dossiers, mais sur celui-ci, elle ajoute plus de confusion qu’elle n’apporte de clarté. D’une ville à l’autre, les règles du port du masque varient ainsi en fonction des horaires, des lieux visés, occasionnant parfois des situations ubuesques où le masque peut être obligatoire ou pas le long d’une même rue. Les dérogations accordables par les préfets sont aussi sujettes à controverses : on a vu récemment l’autorisation octroyée au Puy du Fou de tenir un spectacle devant 9 000 personnes quand des centaines d’entreprises culturelles ont interdiction d’aller au-delà de 5 000 entrées. Quant aux nouvelles règles concernant le port du masque au travail – lieu qui représenterait 25 % des clusters – là aussi, la "recommandation" gouvernementale et non l’obligation crée une situation floue.

Si on ajoute la multiplication des incidents avec ceux qui refusent de porter le masque – voyant dans ce geste altruiste une atteinte à leur liberté – et la question du coût des masques pour les Français, on voit bien qu’il y a, à l’heure où la résurgence de l’épidémie angoisse légitimement les Français, un urgent besoin de clarification et de simplification. En imposant le masque partout, Toulouse a montré la voie…

Les experts prédisent que le virus est encore là pour longtemps. Il va donc falloir s’habituer à porter un masque, et réorganiser en conséquence notre vie quotidienne, privée et professionnelle, sans tarder, quel que soit le lieu où l’on habite. Les Français y semblent prêts selon les sondages, voyant dans le port du masque une mesure de bon sens. Jean Castex, qui se présente justement depuis sa nomination comme un homme de bon sens avec la volonté d’éviter un reconfinement, a l’occasion de sortir de l’ambiguïté en tenant un langage de vérité et en prenant une décision nationale, claire et nette…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 22 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …