Accéder au contenu principal

Haut les masques

 

masque


Depuis le début de l’épidémie de coronavirus en France, le masque apparaît pour le gouvernement comme le sparadrap du capitaine Haddock. Impossible pour l’exécutif de se débarrasser de cet épineux sujet pour passer à autre chose : de polémique en polémique, le masque empoisonne la vie du gouvernement, celui d’Edouard Philippe hier, celui de Jean Castex aujourd’hui. Sans doute est-ce là la conséquence d’un "péché originel", celui qui consista en un mensonge de communication – un mensonge d’Etat assurent les oppositions – : affirmer mordicus que le masque ne servait à rien pour le grand public… pour cacher en réalité une pénurie due à l’absence de renouvellement des stocks. Depuis, le gouvernement a heureusement opéré un virage à 180 degrés et admis que le masque était bien, avec le respect des gestes barrière et la distanciation physique, la seule arme dont nous disposions pour lutter efficacement contre la propagation du coronavirus, faute de traitement efficace et d’un vaccin.

Mais si le gouvernement suit les avis des experts – Organisation mondiale de la Santé, Académie de médecine, Haute autorité de Santé ou Comité Covid-19 – quant aux préconisations du port obligatoire du masque, c’est souvent avec retard et de façon très disparate. Jean Castex, chantre des "territoires" et du règlement des problèmes au plus près du terrain, a fait du cas par cas l’alpha et l’oméga de sa politique sur les masques. La méthode sera sans doute efficace sur d’autres dossiers, mais sur celui-ci, elle ajoute plus de confusion qu’elle n’apporte de clarté. D’une ville à l’autre, les règles du port du masque varient ainsi en fonction des horaires, des lieux visés, occasionnant parfois des situations ubuesques où le masque peut être obligatoire ou pas le long d’une même rue. Les dérogations accordables par les préfets sont aussi sujettes à controverses : on a vu récemment l’autorisation octroyée au Puy du Fou de tenir un spectacle devant 9 000 personnes quand des centaines d’entreprises culturelles ont interdiction d’aller au-delà de 5 000 entrées. Quant aux nouvelles règles concernant le port du masque au travail – lieu qui représenterait 25 % des clusters – là aussi, la "recommandation" gouvernementale et non l’obligation crée une situation floue.

Si on ajoute la multiplication des incidents avec ceux qui refusent de porter le masque – voyant dans ce geste altruiste une atteinte à leur liberté – et la question du coût des masques pour les Français, on voit bien qu’il y a, à l’heure où la résurgence de l’épidémie angoisse légitimement les Français, un urgent besoin de clarification et de simplification. En imposant le masque partout, Toulouse a montré la voie…

Les experts prédisent que le virus est encore là pour longtemps. Il va donc falloir s’habituer à porter un masque, et réorganiser en conséquence notre vie quotidienne, privée et professionnelle, sans tarder, quel que soit le lieu où l’on habite. Les Français y semblent prêts selon les sondages, voyant dans le port du masque une mesure de bon sens. Jean Castex, qui se présente justement depuis sa nomination comme un homme de bon sens avec la volonté d’éviter un reconfinement, a l’occasion de sortir de l’ambiguïté en tenant un langage de vérité et en prenant une décision nationale, claire et nette…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 22 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan