Accéder au contenu principal

Avec Beyrouth

 

beirut

Un immense panache de fumée, deux explosions entendues à des centaines de kilomètres à la ronde, un cratère gigantesque, des dizaines de morts et des centaines de blessés : les images de Beyrouth dévastée qui tournent depuis mardi soir sur les réseaux sociaux et dans les médias du monde entier marquent les esprits, car elles s’inscrivent dans l’histoire des grandes catastrophes qui accompagnent la marche de l’humanité. Ces images d’une capitale éventrée, d’une ville soufflée, de blessés hagards, de familles éplorées et endeuillées, d’un pays sous le choc, en rappellent d’autres : villes rasées ou détruites par la furie de la nature ou la folie des hommes. Elles résonnent surtout en France d’une façon toute particulière pour deux raisons. D’une part parce que l’origine des explosions à Beyrouth se trouve dans le nitrate d’ammonium, ce composé chimique au cœur de l’explosion de l’usine AZF à Toulouse en 2001, la pire catastrophe industrielle que nous ayons connue et que nous n’oublions pas. D’autre part parce que la France et le Liban entretiennent d’indéfectibles liens d’amitié de longue date. Des relations historiques, politiques, économiques, culturelles bâties depuis le début du XXe siècle, lorsque l’engagement franco-libanais permit l’existence du Liban en tant que nation. L’émotion au Liban est dès lors logiquement partagée par la France, le pays "frère", et s’est traduite dès mardi soir par un soutien inconditionnel et l’envoi d’une aide logistique et humanitaire.

Pour le pays du Cèdre, cette catastrophe est un nouveau malheur qui s’ajoute à l’histoire du Liban. Éprouvé par une guerre civile qui dura 15 ans, de 1975 à 1990, miné depuis par un communautarisme politique et par des clans issus de milices armées comme le Hezbollah dont chaque partie travaille à la préservation de ses privilèges plutôt qu’à la recherche de l’intérêt général – jusqu’à l’assassinat, celui du Premier ministre Rafik Hariri en 2005 –, empêtré dans une corruption chronique, sans cesse victime d’ingérences étrangères et suspendu aux événements géopolitiques du Moyen-Orient, le Liban souffre de la déliquescence, pour ne pas dire de l’absence, d’un Etat démocratique organisé. En défaut de paiement depuis février 2020, le pays – qui n’est plus la plaque tournante des affaires entre Orient et Occident comme autrefois – fait face à une situation socio-économique catastrophique : la dette publique dépasserait aujourd’hui 250 % du PIB, le taux de chômage comme l’inflation montent en flèche et le plan de réformes ne convainc ni les créanciers ni l’opinion, qui multiplie les manifestations contre les inégalités. Sans compter la crise du Covid-19…

L’explosion qui vient de détruire la moitié de Beyrouth intervient donc au pire moment de l’histoire du pays. Mais celui-ci peut compter sur le soutien de la communauté internationale, sur la solidité de sa diaspora et sur l’inextinguible soif d’un peuple à multiples facettes d’exister comme nation. "Qu’elle soit courtisane, érudite ou dévote, péninsule des bruits, des couleurs, et de l’or, ville marchande et rose, voguant comme une flotte, qui cherche à l’horizon la tendresse d’un port, elle est mille fois morte, mille fois revécue", écrivait la poétesse libanaise Nadia Tuéni. Aujourd’hui, Beyrouth est détruite, gageons que demain, elle sera reconstruite.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 6 août 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio