Accéder au contenu principal

Monde nouveau

drapeaufrance


On dit parfois que la forme, c’est le fond qui remonte à la surface. Il est à espérer que l’adage n’est pas tout à fait vrai car sur la forme, la communication de l’exécutif depuis le début de la crise du coronavirus est pour le moins chaotique et parfois contradictoire. Il y a eu la déclaration de l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn assurant que le risque de voir ce virus qui paralysait Wuhan arriver chez nous était "pratiquement nul" ; les moqueries de la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye sur les mesures drastiques de confinement prises par l’Italie et qui finiront par être appliquées pareillement en France ; l’explication sur l’inutilité du port généralisé du masque – qui s’est avéré un mensonge pour couvrir une pénurie imputable au précédent quinquennat – qui évolue maintenant vers un masque pour tous ; le maintien du premier tour des élections municipales invitant à la fois les Français à aller voter et à rester chez eux, etc. Si l’on ajoute à ces volte-face des prises de paroles ministérielles nombreuses et parfois précipitées, notamment sur le déconfinement alors que le pic épidémique n’était pas atteint, ces embrouillaminis ont été de nature à troubler les Français.

Mais à la décharge d’Emmanuel Macron et du gouvernement, qui peut dire, notamment dans les oppositions, qu’il aurait pu faire mieux ? Ces tâtonnements face à une crise mouvante n’étaient-ils pas logiques, dès lors que le chef de l’Etat a pris ses décisions en fonction de comités scientifiques dont les avis ont été changeants ? Et à la différence d’un Trump ou d’un Johnson pétris de certitudes, Emmanuel Macron ne s’est-il pas toujours montré réfléchi et prudent face à une épidémie d’ampleur historique ? Enfin, si son langage s’est montré martial – "Nous sommes en guerre" – le Président n’a-t-il pas su enclencher une dynamique d’union nationale et son gouvernement n’a-t-il pas apporté très tôt des réponses, économiques et sanitaires, à la crise ? La façon dont l’exécutif a géré l’épidémie de Covid-19 donnera lieu plus tard, n’en doutons pas, à un examen approfondi, notamment par le Parlement où les oppositions joueront leur rôle légitime.

Mais là n’est sans doute ni l’essentiel, ni la priorité pour Emmanuel Macron qui doit s’exprimer pour la 4e fois lundi devant les Français. Pour le chef de l’Etat, s’il s’agit d’insister sur l’importance du confinement, il s’agit surtout de dresser des perspectives et dévoiler sa stratégie pour "l’après". Car pour celui qui a porté ces trois dernières années des réformes libérales, le Covid-19 a d’ores et déjà bouleversé la donne, signant le retour de l’Etat providence et soulignant les aspects sombres de la mondialisation.

L’effet de blast du coronavirus sur la société impose de tout revoir, de tout réinventer comme en 1945 au sortir de la guerre. Emmanuel Macron en a très tôt été convaincu puisque dès le 16 mars, il assurait que "beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause. Le jour d’après, ce ne sera pas un jour d’avant", et promettait d’en tirer "toutes les conséquences". Autant dire que se dresse devant le Président marcheur du "nouveau monde" de 2017 un défi immense : inventer pour la France, enfin, un monde nouveau.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 10 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…