Accéder au contenu principal

Le savant et le politique

vaccin


La semaine qui s’annonce constituera sans doute le tournant du quinquennat d’Emmanuel Macron. Plus encore que la crise des Gilets jaunes qui avait sérieusement bousculé les certitudes libérales du Président et de sa majorité ; plus encore que la réforme des retraites présentée comme la réforme phare de son mandat – celle sur laquelle tous les gouvernements précédents s’étaient cassé les dents et qui semble désormais d’un autre siècle – l’épidémie du Covid-19 apparaît comme un momentum inédit et historique qui a imposé au Président de penser contre lui-même. Emmanuel Macron, Président-réformateur, a d’ailleurs très tôt compris qu’il lui faudrait se muer en Président-protecteur.

En annonçant aux Français le 16 mars dernier le confinement du pays pour endiguer la propagation du coronavirus meurtrier, le chef de l’Etat concédait déjà, très lucidement et de façon prémonitoire, qu’avec la pandémie "beaucoup de certitudes, de convictions, [étaient] balayées, [seraient] remises en cause". En promettant que "le jour d’après" ne serait pas "un retour au jour d’avant" comme cela avait pu être le cas après la crise de 2008, Emmanuel Macron a compris que l’heure était au retour de l’Etat-providence, à une forme de souveraineté industrielle pour une France au sein de l’Europe, et pour tout dire, à une politique plus social-démocrate que sociale-libérale, "quoi qu’il en coûte".

Le plan de déconfinement que va présenter son Premier ministre Edouard Philippe mardi devant l’Assemblée nationale esquissera-t-il les prémices de cette "refondation" sanitaire, économique, sociétale et politique qu’Emmanuel Macron appelle de ses vœux ?

En tout cas, ce plan, dont la construction complexe aura mis à rude épreuve l’appareil d’Etat et les nerfs du gouvernement, aura, au-delà des mesures présentées, deux rôles clés. Le premier sera d’en finir avec les nombreux couacs qui ont émaillé la gestion de la crise par le pouvoir. Sur les masques ou sur les tests, les zigzags et les contorsions de la communication gouvernementale et élyséenne – gênants mais pas étonnants compte tenu de l’incroyable complexité de l’épidémie – doivent cesser pour redonner confiance aux Français et ouvrir une perspective pour les mois qui viennent. L’exécutif l’a bien compris qui a accéléré la présentation de son plan de déconfinement.

Le second rôle de ce plan sera de rappeler une règle d’airain de notre démocratie : le politique doit primer. En créant le conseil scientifique puis le comité d’Analyse, de recherche et d’expertise pour éclairer ses décisions, Emmanuel Macron – à mille lieues d’un Donald Trump ou d’un Jair Bolsonaro – avait expliqué "Un principe nous guide pour définir nos actions : c’est la confiance dans la science. C’est d’écouter celles et ceux qui savent." Ces instances n’ont pas manqué de livrer leurs préconisations, en les rendant publiques. Et pourtant Emmanuel Macron a décidé de rouvrir les écoles en dépit des difficultés logistiques et sanitaires que cela supposait.

En refusant ainsi une "République des experts", le Président a pris ses responsabilités et illustré ce que disait Max Weber dans "Le savant et le politique" : le savant se doit d’être neutre quand le politique est, lui, déchiré entre éthique de conviction et de responsabilité...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 27 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan