Accéder au contenu principal

Le savant et le politique

vaccin


La semaine qui s’annonce constituera sans doute le tournant du quinquennat d’Emmanuel Macron. Plus encore que la crise des Gilets jaunes qui avait sérieusement bousculé les certitudes libérales du Président et de sa majorité ; plus encore que la réforme des retraites présentée comme la réforme phare de son mandat – celle sur laquelle tous les gouvernements précédents s’étaient cassé les dents et qui semble désormais d’un autre siècle – l’épidémie du Covid-19 apparaît comme un momentum inédit et historique qui a imposé au Président de penser contre lui-même. Emmanuel Macron, Président-réformateur, a d’ailleurs très tôt compris qu’il lui faudrait se muer en Président-protecteur.

En annonçant aux Français le 16 mars dernier le confinement du pays pour endiguer la propagation du coronavirus meurtrier, le chef de l’Etat concédait déjà, très lucidement et de façon prémonitoire, qu’avec la pandémie "beaucoup de certitudes, de convictions, [étaient] balayées, [seraient] remises en cause". En promettant que "le jour d’après" ne serait pas "un retour au jour d’avant" comme cela avait pu être le cas après la crise de 2008, Emmanuel Macron a compris que l’heure était au retour de l’Etat-providence, à une forme de souveraineté industrielle pour une France au sein de l’Europe, et pour tout dire, à une politique plus social-démocrate que sociale-libérale, "quoi qu’il en coûte".

Le plan de déconfinement que va présenter son Premier ministre Edouard Philippe mardi devant l’Assemblée nationale esquissera-t-il les prémices de cette "refondation" sanitaire, économique, sociétale et politique qu’Emmanuel Macron appelle de ses vœux ?

En tout cas, ce plan, dont la construction complexe aura mis à rude épreuve l’appareil d’Etat et les nerfs du gouvernement, aura, au-delà des mesures présentées, deux rôles clés. Le premier sera d’en finir avec les nombreux couacs qui ont émaillé la gestion de la crise par le pouvoir. Sur les masques ou sur les tests, les zigzags et les contorsions de la communication gouvernementale et élyséenne – gênants mais pas étonnants compte tenu de l’incroyable complexité de l’épidémie – doivent cesser pour redonner confiance aux Français et ouvrir une perspective pour les mois qui viennent. L’exécutif l’a bien compris qui a accéléré la présentation de son plan de déconfinement.

Le second rôle de ce plan sera de rappeler une règle d’airain de notre démocratie : le politique doit primer. En créant le conseil scientifique puis le comité d’Analyse, de recherche et d’expertise pour éclairer ses décisions, Emmanuel Macron – à mille lieues d’un Donald Trump ou d’un Jair Bolsonaro – avait expliqué "Un principe nous guide pour définir nos actions : c’est la confiance dans la science. C’est d’écouter celles et ceux qui savent." Ces instances n’ont pas manqué de livrer leurs préconisations, en les rendant publiques. Et pourtant Emmanuel Macron a décidé de rouvrir les écoles en dépit des difficultés logistiques et sanitaires que cela supposait.

En refusant ainsi une "République des experts", le Président a pris ses responsabilités et illustré ce que disait Max Weber dans "Le savant et le politique" : le savant se doit d’être neutre quand le politique est, lui, déchiré entre éthique de conviction et de responsabilité...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 27 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t