Accéder au contenu principal

Bas les masques

masque


Le masque deviendra-t-il le symbole de l’épidémie du Covid-19 ? En tout cas, à travers lui, se révèlent tous les aspects de la crise du coronavirus qui secoue le monde depuis fin décembre : sanitaire, politique, diplomatique, économique. La problématique des masques confirme aussi combien, lors de toute crise humanitaire d’ampleur, ressortent le pire et le meilleur de l’Homme, les comportements les plus vertueux, comme les magnifiques solidarités citoyennes envers les soignants que l’on voit dans la plupart des pays, et les pratiques les plus détestables de ceux qui veulent tirer profit du malheur des uns.

Les déboires que vient de raconter Renaud Muselier, président de l’Association des Régions de France (ARF), appartiennent sans nul doute à la seconde catégorie. Alors que les régions ont été autorisées par l’Etat à importer de Chine des masques et bataillent depuis pour en trouver, M. Muselier assure qu’une commande française a vu sa cargaison entière de masques, pourtant dûment commandée, détournée in extremis sur le tarmac d’un aéroport chinois par des Américains prêts à tout pour l’obtenir et surtout à payer cash trois fois son prix… Cette ruée vers l’or blanc des masques, désormais mondiale, ne respecte visiblement pas d’autres lois que celles du far west et du chacun pour soi. Venant des Etats-Unis de Donald Trump – qui n’a de cesse depuis son élection de mettre à bas les règles du commerce mondial – de telles pratiques ne sont finalement pas étonnantes. Elles interrogent autrement quand on voit un pays membre de l’Union européenne, la République tchèque, voler des centaines de milliers de masques envoyés par la Chine pour l’Italie…

Ces stratégies nationales – pour ne pas dire nationalistes – qui concernent les masques, les tests voire certains aspects des recherches de traitement, sont particulièrement contre-productives, car face à un ennemi commun, planétaire, seule la bonne coopération des Etats, comme le réclame le secrétaire général de l’ONU António Guterres, permet d’avancer plus vite.

Cette guerre des masques à laquelle se livrent tous les pays, de gré ou de force, révèle aussi, par contraste, les faiblesses et les erreurs, notamment d’anticipation, de chacun d’entre eux. En France, la pénurie de masques, imputable au quinquennat précédent, s’est doublée d’une série de cafouillages, de décisions contradictoires voire contestables et d’une communication si spécieuse et zigzagante que certains évoquent un mensonge d’Etat… À l’heure où quatre pays européens viennent de rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics, la mission d’information de l’Assemblée nationale sur la gestion de la crise par l’exécutif, a passé à la question Edouard Philippe mercredi sur le sujet. Un temps courtois d’explication qui, n’en doutons pas, cédera la place à la recherche plus musclée des responsabilités, sitôt la crise passée…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 3 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en