Accéder au contenu principal

Bas les masques

masque


Le masque deviendra-t-il le symbole de l’épidémie du Covid-19 ? En tout cas, à travers lui, se révèlent tous les aspects de la crise du coronavirus qui secoue le monde depuis fin décembre : sanitaire, politique, diplomatique, économique. La problématique des masques confirme aussi combien, lors de toute crise humanitaire d’ampleur, ressortent le pire et le meilleur de l’Homme, les comportements les plus vertueux, comme les magnifiques solidarités citoyennes envers les soignants que l’on voit dans la plupart des pays, et les pratiques les plus détestables de ceux qui veulent tirer profit du malheur des uns.

Les déboires que vient de raconter Renaud Muselier, président de l’Association des Régions de France (ARF), appartiennent sans nul doute à la seconde catégorie. Alors que les régions ont été autorisées par l’Etat à importer de Chine des masques et bataillent depuis pour en trouver, M. Muselier assure qu’une commande française a vu sa cargaison entière de masques, pourtant dûment commandée, détournée in extremis sur le tarmac d’un aéroport chinois par des Américains prêts à tout pour l’obtenir et surtout à payer cash trois fois son prix… Cette ruée vers l’or blanc des masques, désormais mondiale, ne respecte visiblement pas d’autres lois que celles du far west et du chacun pour soi. Venant des Etats-Unis de Donald Trump – qui n’a de cesse depuis son élection de mettre à bas les règles du commerce mondial – de telles pratiques ne sont finalement pas étonnantes. Elles interrogent autrement quand on voit un pays membre de l’Union européenne, la République tchèque, voler des centaines de milliers de masques envoyés par la Chine pour l’Italie…

Ces stratégies nationales – pour ne pas dire nationalistes – qui concernent les masques, les tests voire certains aspects des recherches de traitement, sont particulièrement contre-productives, car face à un ennemi commun, planétaire, seule la bonne coopération des Etats, comme le réclame le secrétaire général de l’ONU António Guterres, permet d’avancer plus vite.

Cette guerre des masques à laquelle se livrent tous les pays, de gré ou de force, révèle aussi, par contraste, les faiblesses et les erreurs, notamment d’anticipation, de chacun d’entre eux. En France, la pénurie de masques, imputable au quinquennat précédent, s’est doublée d’une série de cafouillages, de décisions contradictoires voire contestables et d’une communication si spécieuse et zigzagante que certains évoquent un mensonge d’Etat… À l’heure où quatre pays européens viennent de rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics, la mission d’information de l’Assemblée nationale sur la gestion de la crise par l’exécutif, a passé à la question Edouard Philippe mercredi sur le sujet. Un temps courtois d’explication qui, n’en doutons pas, cédera la place à la recherche plus musclée des responsabilités, sitôt la crise passée…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 3 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…