Accéder au contenu principal

Bas les masques

masque


Le masque deviendra-t-il le symbole de l’épidémie du Covid-19 ? En tout cas, à travers lui, se révèlent tous les aspects de la crise du coronavirus qui secoue le monde depuis fin décembre : sanitaire, politique, diplomatique, économique. La problématique des masques confirme aussi combien, lors de toute crise humanitaire d’ampleur, ressortent le pire et le meilleur de l’Homme, les comportements les plus vertueux, comme les magnifiques solidarités citoyennes envers les soignants que l’on voit dans la plupart des pays, et les pratiques les plus détestables de ceux qui veulent tirer profit du malheur des uns.

Les déboires que vient de raconter Renaud Muselier, président de l’Association des Régions de France (ARF), appartiennent sans nul doute à la seconde catégorie. Alors que les régions ont été autorisées par l’Etat à importer de Chine des masques et bataillent depuis pour en trouver, M. Muselier assure qu’une commande française a vu sa cargaison entière de masques, pourtant dûment commandée, détournée in extremis sur le tarmac d’un aéroport chinois par des Américains prêts à tout pour l’obtenir et surtout à payer cash trois fois son prix… Cette ruée vers l’or blanc des masques, désormais mondiale, ne respecte visiblement pas d’autres lois que celles du far west et du chacun pour soi. Venant des Etats-Unis de Donald Trump – qui n’a de cesse depuis son élection de mettre à bas les règles du commerce mondial – de telles pratiques ne sont finalement pas étonnantes. Elles interrogent autrement quand on voit un pays membre de l’Union européenne, la République tchèque, voler des centaines de milliers de masques envoyés par la Chine pour l’Italie…

Ces stratégies nationales – pour ne pas dire nationalistes – qui concernent les masques, les tests voire certains aspects des recherches de traitement, sont particulièrement contre-productives, car face à un ennemi commun, planétaire, seule la bonne coopération des Etats, comme le réclame le secrétaire général de l’ONU António Guterres, permet d’avancer plus vite.

Cette guerre des masques à laquelle se livrent tous les pays, de gré ou de force, révèle aussi, par contraste, les faiblesses et les erreurs, notamment d’anticipation, de chacun d’entre eux. En France, la pénurie de masques, imputable au quinquennat précédent, s’est doublée d’une série de cafouillages, de décisions contradictoires voire contestables et d’une communication si spécieuse et zigzagante que certains évoquent un mensonge d’Etat… À l’heure où quatre pays européens viennent de rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics, la mission d’information de l’Assemblée nationale sur la gestion de la crise par l’exécutif, a passé à la question Edouard Philippe mercredi sur le sujet. Un temps courtois d’explication qui, n’en doutons pas, cédera la place à la recherche plus musclée des responsabilités, sitôt la crise passée…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 3 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …