Accéder au contenu principal

Le tourisme à réinventer

vacances


S’il est bien un secteur d’activité qui est très durement touché par l’épidémie du coronavirus, c’est bien celui du tourisme. Déjà, dès la découverte du Covid-19 à Wuhan, en Chine, c’est tout le trafic aérien mondial qui a été perturbé puis stoppé, poussant certaines compagnies à la faillite et hypothéquant l’avenir de toutes les autres si elles ne reçoivent pas un fort soutien financier et politique. Au fur et à mesure que le virus se propageait sur la planète, ce sont ensuite les mesures de confinement adoptées par de nombreux pays qui ont placé le secteur du tourisme face à l’immense défi de voir plus de trois milliards de personnes bloquées chez elles pour plusieurs semaines. L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a fait ses comptes et estime que les arrivées de touristes internationaux dans le monde en 2020 pourraient être en baisse de 20 à 30 %, alors que l’on tablait début janvier sur une croissance comprise entre 3 et 4 %. Une situation dramatique qui pourrait se traduire par un manque à gagner de 30 à 50 milliards de dollars dans le monde. De son côté le World Travel and Tourism Council (WTTC) annonce que 50 millions d’emplois pourraient être supprimés dans le monde.

Première destination touristique mondiale, la France, qui perdrait au moins 5 à 6 milliards dans ce secteur, est elle aussi frappée de plein fouet et les professionnels, qui ont déjà dû essuyer des annulations en série pour la période de Pâques, nourrissent les plus vives inquiétudes pour l’été à venir.

Il y a pourtant matière à espérer pour deux raisons. La première est que le secteur touristique a toujours su trouver des solutions pour répondre aux crises si dures soient-elles, et satisfaire ainsi une clientèle qui ne perd pas le goût des vacances. Si les Français ne pourront pas se déplacer autant qu’ils l’auraient voulu – certains pays comme l’Espagne envisagent de fermer leurs frontières – les professionnels vont redoubler d’effort pour séduire la clientèle nationale devenue captive. La seconde raison est évidemment la formidable richesse touristique du pays. À cet égard, l’Occitanie, entre Pyrénées et Méditerranée, dispose d’atouts incontestables aux premiers rangs desquels figurent la diversité des lieux et la qualité des infrastructures touristiques que nous pouvons (re) découvrir.

Le tourisme va cependant radicalement changer. La pandémie du Covid-19 est sans doute l’occasion de réfléchir à la régulation d’un tourisme globalisé qui a eu ses avantages – démocratisation des voyages, développement économique de nombreux pays… – et ses travers – pollution, dégradations de sites fragiles, ubérisation... Le Covid-19 constitue l’opportunité pour un nouveau tourisme, plus responsable, plus durable, respectant davantage le patrimoine naturel et culturel, et promouvant des activités plus proches de chez soi. L’avenir n’est donc peut-être pas si sombre pour peu que l’on repense ce que disait Marcel Proust "le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux."

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 11 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en