Accéder au contenu principal

Le tourisme à réinventer

vacances


S’il est bien un secteur d’activité qui est très durement touché par l’épidémie du coronavirus, c’est bien celui du tourisme. Déjà, dès la découverte du Covid-19 à Wuhan, en Chine, c’est tout le trafic aérien mondial qui a été perturbé puis stoppé, poussant certaines compagnies à la faillite et hypothéquant l’avenir de toutes les autres si elles ne reçoivent pas un fort soutien financier et politique. Au fur et à mesure que le virus se propageait sur la planète, ce sont ensuite les mesures de confinement adoptées par de nombreux pays qui ont placé le secteur du tourisme face à l’immense défi de voir plus de trois milliards de personnes bloquées chez elles pour plusieurs semaines. L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a fait ses comptes et estime que les arrivées de touristes internationaux dans le monde en 2020 pourraient être en baisse de 20 à 30 %, alors que l’on tablait début janvier sur une croissance comprise entre 3 et 4 %. Une situation dramatique qui pourrait se traduire par un manque à gagner de 30 à 50 milliards de dollars dans le monde. De son côté le World Travel and Tourism Council (WTTC) annonce que 50 millions d’emplois pourraient être supprimés dans le monde.

Première destination touristique mondiale, la France, qui perdrait au moins 5 à 6 milliards dans ce secteur, est elle aussi frappée de plein fouet et les professionnels, qui ont déjà dû essuyer des annulations en série pour la période de Pâques, nourrissent les plus vives inquiétudes pour l’été à venir.

Il y a pourtant matière à espérer pour deux raisons. La première est que le secteur touristique a toujours su trouver des solutions pour répondre aux crises si dures soient-elles, et satisfaire ainsi une clientèle qui ne perd pas le goût des vacances. Si les Français ne pourront pas se déplacer autant qu’ils l’auraient voulu – certains pays comme l’Espagne envisagent de fermer leurs frontières – les professionnels vont redoubler d’effort pour séduire la clientèle nationale devenue captive. La seconde raison est évidemment la formidable richesse touristique du pays. À cet égard, l’Occitanie, entre Pyrénées et Méditerranée, dispose d’atouts incontestables aux premiers rangs desquels figurent la diversité des lieux et la qualité des infrastructures touristiques que nous pouvons (re) découvrir.

Le tourisme va cependant radicalement changer. La pandémie du Covid-19 est sans doute l’occasion de réfléchir à la régulation d’un tourisme globalisé qui a eu ses avantages – démocratisation des voyages, développement économique de nombreux pays… – et ses travers – pollution, dégradations de sites fragiles, ubérisation... Le Covid-19 constitue l’opportunité pour un nouveau tourisme, plus responsable, plus durable, respectant davantage le patrimoine naturel et culturel, et promouvant des activités plus proches de chez soi. L’avenir n’est donc peut-être pas si sombre pour peu que l’on repense ce que disait Marcel Proust "le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux."

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 11 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à