Accéder au contenu principal

Effet domino

airbus


"La survie d’Airbus est en jeu si nous n’agissons pas maintenant". En une phrase, le président-directeur général d’Airbus, Guillaume Faury, a donné le ton dans un courrier adressé vendredi à ses 135 000 salariés, pour les préparer aux mois difficiles que va vivre l’avionneur européen, emporté dans les turbulences de l’épidémie du Covid-19 et qui "perd de l’argent à une vitesse folle". Car contrairement aux crises précédentes qu’il a su surmonter, celle du coronavirus, redoutable, est à triple détente.

Le premier effet de la pandémie, à court terme, est sanitaire. Il a contraint Airbus à bouleverser ses chaînes de montage, ralentir sa production, et mettre en place des mesures de chômage partiel. Le second effet, à moyen terme, va être le choc du Covid-19 sur le transport aérien. En clouant au sol plus de 90 % de la flotte mondiale, le coronavirus a mis dans le rouge les compagnies aériennes ; certaines vont droit vers la faillite, celles qui survivront vont drastiquement revoir à la baisse l’achat de nouveaux appareils, au mieux les reporter, au pire les annuler. Une étude du cabinet Archery Strategy Consulting, publiée le 9 avril, évalue ainsi la baisse de la demande d’avions neufs de – 40 à – 60 %, soit la livraison de 3000 à 5000 avions contre 8 000 prévus… Et le déconfinement très progressif que commencent à mettre en œuvre les pays touchés par l’épidémie ne permettra pas de retrouver avant plusieurs mois voire plusieurs années le niveau de dynamisme du transport aérien d’avant. Enfin, le troisième effet du coronavirus va être à plus long terme : voyagera-t-on autant qu’auparavant dans le monde d’après ? Est-il pertinent de passer des vacances à prix cassés au bout du mode en courant un risque sanitaire ? Et à l’heure du boom de la visioconférence, les voyages d’affaires ont-ils encore tout leur sens ? Des questions qui se poseront aussi avec la pression de la lutte contre le réchauffement climatique, éclipsée par le Covid-19, mais toujours là…

Si Airbus va devoir trouver des réponses à cette crise hors normes – avec un plan structurel de grande ampleur comme le fut Power 8, redoutent déjà les syndicats – c’est aussi tout le tissu industriel de la région qui va être impacté par un terrible effet domino. 160 000 emplois dépendent de l’aéronautique en Occitanie, la majorité en Haute-Garonne (110 000) et dans la métropole toulousaine. Quand Airbus tousse, ce sont bien tous ses sous-traitants qui s’enrhument. Certains sont déjà en grande difficulté et la filière pourrait perdre 80 000 emplois directs et indirects.

Revient alors la question, lancinante, de la mono-industrie dans les mains de laquelle se sont mises Toulouse et la région. A-t-on eu raison de tout miser sur l’aéronautique – qui a fait et fait toujours notre fierté – au risque de voir l’économie s’écrouler en cas de problème ? Une récente note pronostique pour Toulouse un destin à la Détroit, la ville jadis capitale de l’automobile américaine, tombée en faillite et en décrépitude. On évoque la sidérurgie lorraine et les mines du Nord… Les images sont fortes, mais comparaison n’est pas raison, car d’une part la filière aéronautique a des savoir-faire solides et d’autre part la région a des atouts dans l’agriculture et le numérique. En revanche, cette crise donne des arguments aux partisans – longtemps peu écoutés – d’une diversification qu’il reste à inventer urgemment.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 30 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…