Accéder au contenu principal

Effet domino

airbus


"La survie d’Airbus est en jeu si nous n’agissons pas maintenant". En une phrase, le président-directeur général d’Airbus, Guillaume Faury, a donné le ton dans un courrier adressé vendredi à ses 135 000 salariés, pour les préparer aux mois difficiles que va vivre l’avionneur européen, emporté dans les turbulences de l’épidémie du Covid-19 et qui "perd de l’argent à une vitesse folle". Car contrairement aux crises précédentes qu’il a su surmonter, celle du coronavirus, redoutable, est à triple détente.

Le premier effet de la pandémie, à court terme, est sanitaire. Il a contraint Airbus à bouleverser ses chaînes de montage, ralentir sa production, et mettre en place des mesures de chômage partiel. Le second effet, à moyen terme, va être le choc du Covid-19 sur le transport aérien. En clouant au sol plus de 90 % de la flotte mondiale, le coronavirus a mis dans le rouge les compagnies aériennes ; certaines vont droit vers la faillite, celles qui survivront vont drastiquement revoir à la baisse l’achat de nouveaux appareils, au mieux les reporter, au pire les annuler. Une étude du cabinet Archery Strategy Consulting, publiée le 9 avril, évalue ainsi la baisse de la demande d’avions neufs de – 40 à – 60 %, soit la livraison de 3000 à 5000 avions contre 8 000 prévus… Et le déconfinement très progressif que commencent à mettre en œuvre les pays touchés par l’épidémie ne permettra pas de retrouver avant plusieurs mois voire plusieurs années le niveau de dynamisme du transport aérien d’avant. Enfin, le troisième effet du coronavirus va être à plus long terme : voyagera-t-on autant qu’auparavant dans le monde d’après ? Est-il pertinent de passer des vacances à prix cassés au bout du mode en courant un risque sanitaire ? Et à l’heure du boom de la visioconférence, les voyages d’affaires ont-ils encore tout leur sens ? Des questions qui se poseront aussi avec la pression de la lutte contre le réchauffement climatique, éclipsée par le Covid-19, mais toujours là…

Si Airbus va devoir trouver des réponses à cette crise hors normes – avec un plan structurel de grande ampleur comme le fut Power 8, redoutent déjà les syndicats – c’est aussi tout le tissu industriel de la région qui va être impacté par un terrible effet domino. 160 000 emplois dépendent de l’aéronautique en Occitanie, la majorité en Haute-Garonne (110 000) et dans la métropole toulousaine. Quand Airbus tousse, ce sont bien tous ses sous-traitants qui s’enrhument. Certains sont déjà en grande difficulté et la filière pourrait perdre 80 000 emplois directs et indirects.

Revient alors la question, lancinante, de la mono-industrie dans les mains de laquelle se sont mises Toulouse et la région. A-t-on eu raison de tout miser sur l’aéronautique – qui a fait et fait toujours notre fierté – au risque de voir l’économie s’écrouler en cas de problème ? Une récente note pronostique pour Toulouse un destin à la Détroit, la ville jadis capitale de l’automobile américaine, tombée en faillite et en décrépitude. On évoque la sidérurgie lorraine et les mines du Nord… Les images sont fortes, mais comparaison n’est pas raison, car d’une part la filière aéronautique a des savoir-faire solides et d’autre part la région a des atouts dans l’agriculture et le numérique. En revanche, cette crise donne des arguments aux partisans – longtemps peu écoutés – d’une diversification qu’il reste à inventer urgemment.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 30 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en