Accéder au contenu principal

Effet domino

airbus


"La survie d’Airbus est en jeu si nous n’agissons pas maintenant". En une phrase, le président-directeur général d’Airbus, Guillaume Faury, a donné le ton dans un courrier adressé vendredi à ses 135 000 salariés, pour les préparer aux mois difficiles que va vivre l’avionneur européen, emporté dans les turbulences de l’épidémie du Covid-19 et qui "perd de l’argent à une vitesse folle". Car contrairement aux crises précédentes qu’il a su surmonter, celle du coronavirus, redoutable, est à triple détente.

Le premier effet de la pandémie, à court terme, est sanitaire. Il a contraint Airbus à bouleverser ses chaînes de montage, ralentir sa production, et mettre en place des mesures de chômage partiel. Le second effet, à moyen terme, va être le choc du Covid-19 sur le transport aérien. En clouant au sol plus de 90 % de la flotte mondiale, le coronavirus a mis dans le rouge les compagnies aériennes ; certaines vont droit vers la faillite, celles qui survivront vont drastiquement revoir à la baisse l’achat de nouveaux appareils, au mieux les reporter, au pire les annuler. Une étude du cabinet Archery Strategy Consulting, publiée le 9 avril, évalue ainsi la baisse de la demande d’avions neufs de – 40 à – 60 %, soit la livraison de 3000 à 5000 avions contre 8 000 prévus… Et le déconfinement très progressif que commencent à mettre en œuvre les pays touchés par l’épidémie ne permettra pas de retrouver avant plusieurs mois voire plusieurs années le niveau de dynamisme du transport aérien d’avant. Enfin, le troisième effet du coronavirus va être à plus long terme : voyagera-t-on autant qu’auparavant dans le monde d’après ? Est-il pertinent de passer des vacances à prix cassés au bout du mode en courant un risque sanitaire ? Et à l’heure du boom de la visioconférence, les voyages d’affaires ont-ils encore tout leur sens ? Des questions qui se poseront aussi avec la pression de la lutte contre le réchauffement climatique, éclipsée par le Covid-19, mais toujours là…

Si Airbus va devoir trouver des réponses à cette crise hors normes – avec un plan structurel de grande ampleur comme le fut Power 8, redoutent déjà les syndicats – c’est aussi tout le tissu industriel de la région qui va être impacté par un terrible effet domino. 160 000 emplois dépendent de l’aéronautique en Occitanie, la majorité en Haute-Garonne (110 000) et dans la métropole toulousaine. Quand Airbus tousse, ce sont bien tous ses sous-traitants qui s’enrhument. Certains sont déjà en grande difficulté et la filière pourrait perdre 80 000 emplois directs et indirects.

Revient alors la question, lancinante, de la mono-industrie dans les mains de laquelle se sont mises Toulouse et la région. A-t-on eu raison de tout miser sur l’aéronautique – qui a fait et fait toujours notre fierté – au risque de voir l’économie s’écrouler en cas de problème ? Une récente note pronostique pour Toulouse un destin à la Détroit, la ville jadis capitale de l’automobile américaine, tombée en faillite et en décrépitude. On évoque la sidérurgie lorraine et les mines du Nord… Les images sont fortes, mais comparaison n’est pas raison, car d’une part la filière aéronautique a des savoir-faire solides et d’autre part la région a des atouts dans l’agriculture et le numérique. En revanche, cette crise donne des arguments aux partisans – longtemps peu écoutés – d’une diversification qu’il reste à inventer urgemment.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 30 avril 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon